[GW1 et 2 background] Le récit de Funérail.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[GW1 et 2 background] Le récit de Funérail.

Message par Demahus Karthiel le Lun 2 Mar 2015 - 4:41

Un renouveau




Ce background est le premier racontant l'histoire de funérail ma guerrière Norn, sachez qu'il est basé à la fois sur le personnage de uild wars 2 que sur ma guerrière/parangon de guild wars 1, il y a aura donc des screens des deux jeux. De plus un seul personnage aura été inventé pour l'histoire, tout le reste provient des jeux, à vous de vous amuser à trouver à quoi ressemble chaque personnage Wink

De plus, El' le sait, j'écrit le soir, en outre cet écrit a été fait un lendemain de soirée, je vous le met des à présent mais je sais par avance des fautes d'orthographes ou d'écriture dans le texte, vous m'en pardonnerez(je ferais des eddits quand j'aurai le courage de le retoucher mais le contenu sera le même).

Enfin pour une bonne immersion, je met de temps à autres des références, des liens, qui renvoie à des musiques qui vont bien avec la scène, donc n'hésitez pas à les écouter, histoire de vous plonger encore plus dans le récit.
Aller bonne lecture :bye:





Chapitre premier: les larmes et la vision





- Je pense faire un tour en Dolyak cela vous intéresserais vous de m'accompagner ?

- Si tu cherches à me courtiser ce ne sera certainement pas ainsi que tu y arrivera Ivor. Même si le froid des cimefroides me plaît particulièrement.

- Aucunement, je ne cherche qu'un moyen pour remercier celle qui nous à sauver des Destructeurs et qui rencontra des races encore inconnus de nos contrées. Vous savez, je suis curieux de tout en ce monde,

- Je me disais aussi, vous devez parler de Vekk et de son espèce, les Asuras. Nous en parlerons alors, je vous retrouve à la descente du yak d'ici une semaine, je doit d'abord aller voire quelqu'un.



Premier lien
Funérail, une guerrière Parangon qui évinça Le grand Destructeur, Parcourus les trois continents ainsi que l'Outre monde, domaine du dieu Grenth en personne, et porte la « robe » de combat provenant du tombeau des Rois primitifs d'Elona. Elle, qui avait combattue des Kurzicks pendant des lustres, n'avait comme seule préoccupation d'attendre un jeune rôdeur pour une balade en dolyak... Bien que son nom était aujourd'hui connu de tous en Tyrie, elle ne savait que faire, ne voyait plus d'avenir pour elle. Ces seules objectifs dans la vie, terminés, il ne lui restait plus qu'à attendre sa fin.


Ces amis l'avait bien vu, Jora et Margrid en particulier, et cherchaient sans cesse à lui redonner le goût à la vie, partager des aventures avec elle. Ils parcoururent la fissure du malheur ensemble mainte et mainte fois, lieu connue pour des batailles endiablées. Mais sans succès.



Jora l'a fit participer à de nombreuses batailles en cimefroides, et lui fit rencontrer l'amour, Maari, un Norn grand, brun aux cheveux longs.
Membre de la famille éloignée de Devona, Maari était un grand aventurier dans l'âme et sa relation avec Funérail fut incroyable, allant même jusqu'au fait que, quelques soit la bataille en cours, cela ne les empêchait pas de se supporter, s'entraider et se montrer leur amours  à tout moment. Mais lors de la bataille des collines de Grothmar opposant les Norns et les humains aux charrs, un incident se produisit. Alors qu'ils étaient comme toujours au coude à coude à en découdre contre des Charrs, Maari fut pris à partie et dut contrôler cinq Charrs en même temps. Et malgré sa transformation en Loup, il chuta. Lorsqu'elle vut cela, Funérail hurla, et courut vers ce dernier, elle enfonça son égide dans le ventre de l'un d'eux et lui déchira l'armure ainsi que l'intestin, le lâcha et utilisa sa hache à deux mains pour décapiter les quatre autres. Mais c'était trop tard son Norn était à terre, sa transformation terminée, le sang coulant doucement de son corps, et venant noircir encore un peu plus les jambières de Funérail. A genoux elle cria de plus belle, les larmes roulant à grosse goutte. La bataille finie, elle était toujours là, le corps de son amour dans les bras, ces armes enfoncés dans des cadavres de Charrs. A moitié inconsciente, elle fut relevée par Cynn, qui l'a pris dans ces bras un court instant pour la ramener ensuite au campement de Gunnar.
En la voyant arrivée ainsi, Devona compris et s'effondra à son tour.



Depuis plus rien n'eu guère d'importance pour Funérail, elle se remit de cette terrible épreuve, mais n’eut plus jamais le sourire. Et même lorsque Margrid lui proposa un séjour à Elona, et découvrir de nouveaux temples ou oasis, cela ne changea rien.

C'est Gwen qui lui parla de Ivor œil de faucon, par le biais de Vekk, et même si elle avait une idée derrière la tête, cela n'était pas contre Funérail, bien au contraire.

- Pourquoi m'envoyer le voire ? Ton idée de flirt tombe à l'eau mon amie, ce jeune est peut être à ton goût, mais pas du mien. Je te l'ai toujours dit, je ne cherche plus l'amour, le seul que j'avais étant perdu sur les champs de guerres.

Gwen se retourna et vit son amie rentrer dans le panthéon des hauts faits.Elle sourit un peu embarrassée et vint l'embrasser. Funérail vit même une larme couler sur le visage de Gwen. Elle aussi connaissait Maari, ils avaient vécu tant d'aventures ensemble.

- Cela faisait longtemps que l'on ne s'était pas vu, j'espère que Vekk ne t'a pas dit cela en faisant              passer le mot, car ce n'est pas, uniquement je l'avoue, pour ca que je t'envoie vers Ivor.

Vekke en profita pour venir saluer Funérail et grommelait quelques mots sur cette race si étrange qu'était les humains.



- Non en vérité j'ai eu une vision, très trouble, comme vu à travers un miroir fendue mais où je te voyais toi, le sourire aux lèvres, portant les drapeaux d'une guilde, en train de brandir un espadon magnifique. Et je ne sais pourquoi, mais j'ai vu que Ivor avait un lien avec cela. Je ne sais pas ce que cela signifie mais va le voire, et tu retrouveras la joie que l'on aimait tant voire sur ton visage, malgré les difficultés. Je t'en prie Funérail, nous ne voulons que ton bien.

Funérail contempla les trophées qui lui avait été fait pour chaque victoire contre le mal et se dit que cela ne lui ferait dans tout les cas aucun mal après ce qu'elle avait traversée.

- C'est d'accord.






Second lien
- Vous êtes prête ?

- Oui partons, les villageois ont parlé d'une tempête en fin de journée, et je n'ai pas envie d'être en dessous quand elle tombera, j'aime le froid mais restée bloquer au val du pèlerin en pleine nuit est toujours une mauvaise idée, les congères sont parfois très dangereuses.

Ils partirent alors tout les deux et une longue discussion commença. Funérail parla de sa grande relation avec les Norns, race très impressionnante d'après elle. Elle parla aussi comme l'avait demandé Ivor, des Asuras. Elle se permis même de rire à propos des statues de dragon qu'elle croisa par ci par là dans les cimefroides. C'est alors qu'il sortie un parchemin et lui demanda :

- Vous parlez de sculpture et justement que pensez vous de celle ci, c'est un croquis que l'on me donna, très précieux et il semblerait que cela soit une créature magique encore inconnue.

Ce dessin fit un dé-clique dans la tête de la guerrière, elle avait vu dans une arène, et c'était posé la question aussi de ce que cela pouvait bien être. Elle en avait parlé à bien des personnes et c'est un centaure qui lui répondit.


(Cette image est tirée du net, elle ne viens pas de moi ^^)

- C'est une légende centaurienne à propos d'une race émergeant de la forêt de Maguuma, mais personne n'a jamais pu croire en ces histoires, et moi non plus.

Le rôdeur sourit légèrement, Funérail en fut d'ailleurs bien surprise. Elle venait de lui dire que son parchemin n'avait au final aucune valeur puisque tiré d'une légende idiote et sans intérêt. D'ailleurs elle savait à qui avait appartenu ce papier, à Ronan, garde de la lame brillante. Et le connaissant, il aimait beaucoup de genre de babioles ridicules, sa femme râlait justement beaucoup à ce sujet.

Sa pensé fut interrompue lorsqu'elle vit Ivor s'approchait d'elle, ou plutôt de son égide.

- Eh ! Que faites vous ?

- Non non vous faites erreurs, j'observais ce bouclier qui n'est autre que la très célèbre égide exaltée ! J'adore ce genre de merveilles, j'avouerais même que jen ai fait un peu une collection, minime je suppose par rapport à la votre, mais j'en suis tout de même un peu fier. D'ailleurs je suis bien curieux, comment avez vous eu ces pièces primitives ?

- C'est une longue histoire, que je suis au regret de ne pas vous raconter, car bien trop longue pour ce simple trajet. Savez vous au juste où vous nous emmené ? Car je connais très bien cette région et elle est plutôt impraticable en dolyak. Nous devrions d'ailleurs repartir, la nuit commence à tomber.

Et ça ne loupa pas, la tempête qu'avait annoncé les villageois tomba belle et bien, et Funérail et Ivor furent pris dans une vague de neige énorme. Au bout d'un quart d'heure, elle n'arrivait même plus à discerner le chemin, elle se retourna pour voire si Ivor avait une idée de comment s'en sortir et fut surprise de ne plus le voire. Il avait disparu, surement pris dans des congères, son Dolyak a dut s'arréter se dit elle. Elle retourna en arrière mais peine perdue, elle se retrouvait seule.

Enfin c'est ce qu'elle pensa jusqu'à ce qu'elle vit une flèche lui raser de près le visage, puis une autre et encore une , Ivor l’agressait ! Mais d'où ? Elle sauta du Dolyak et s'empara de ces armes, elle ne finirait pas ici ! Les tirs qu'elle se prenait ne l'empecha pas pour autant de bouger, mais c'était comme se battre contre la tempête elle même, les flèches commencaient à la toucher, et la ralentir, et elle ne voyait pas où pouvait etre son ex camarade de discussion, et plus le temps passait et plus la tempête se faisait forte et violente. Elle finit par mettre un genoux à terre, le froid lui brulait les cicatrices due aux flêches, elle ne pouvait se concentrer correctement.

- Mon amour j'arrive.

Dit elle avant de tomber dans la neige, évanouie. Il ne resterait bientôt plus rien  d'elle, Elle compris pourquoi iI l'attaquait ainsi, ces artefacts, il avait sûrement attaqué Ronan pour s'emparer du manuscrit, et il comptais faire pareil avec elle.Et personne ne pourrait l'en empêchait. Saloperie... Elle vie une rivière à quelques mètres d'elle et chercha à l'atteindre.

- Si tu veux mes affaires, tu vas être déçue.

Mais elle ne réussit qu'à s'y immerger partiellement, et alors qu'une dernière flèche se planta entre ces cotes, ces yeux se fermèrent, ces cheveux baignant de sang dans sa bouche, elle lâcha sa hache dans l'eau et craché une dernière giclée de sang.

- Ça y est je suis à toi mon chéri.


Un œil, puis le deuxième, son bras voulait bien bougé.



- Qu'est ce que ?

L'eau s'engouffra soudain dans sa bouche, elle regarda en vitesse ou elle était, dans une sorte de lac, des éclats de glace collés à sa peau pendant que d'autre étaient autour d'elle, vite la surface ! Elle sortie la tête respira, vit la rive et nagea tant bien que mal vers cette dernière, une fois sur la neige elle s'allongea. Son corps était douloureux, et lui criait de l’épargner. Elle était en vie, mal en point mais en vie ! Par contre ou se trouvait elle, la rivière devait être vraiment longue pour la faire parvenir à une région qu'elle ne connaissait pas.
Elle tenta de se relever et cria de douleur, un morceau de bois, sûrement d'un radeau, lui transperçait les cotes. Des restes de flèches étaient aussi présent. Par contre son armure avait, elle, bien disparue ! Et son égide et sa hache aussi...
Elle souffla un coup et cassa le bois, se planta la main dans le trou pour en extraire la partie intérieure, récupéra un morceau de tissu qui traînait sous la neige, et se fit un garrot. Sa tête lui tournait atrocement, elle compris vite lorsqu'elle sentit du sang coulait de son crane, elle fit alors de même. Il fallait absolument qu'elle trouve un village où se soigner. Elle tenta de se relever mais en vain. Elle pris alors le temps de rebouger chacun de ces muscles, un à un, et finalement se relever en s'appuyant sur le reste d'embarcation. Elle allait le retrouver et lui faire subir bien plus qu'il ne le méritait.
A sa grande surprise ce ne fut pas un village sur lequel elle tomba mais une immense cité. Elle n'en avait jamais vu de telle en cimefroides.
Troisième lien
Elle entra, les gardes, des Norns, la lissèrent passer. Elle avança ne sachant trop où aller.

- Un loup ?

Un immense pavillon se trouvait là à sa gauche, avec le symbole du loup, un des emblèmes des Norns. Elle avança un peu et réfléchit. Si elle était chez les Norns l'endroit le plus à même de l'aider, serait le temple de l'ours, Jora étant liée à l'esprit de l'Ourse, ils pourraient l’aiguiller sur l'endroit où elle se situe et surtout comment retrouver son amie.

Mais alors qu'elle avançait elle aperçut une immense statue qui l’intrigua, s’avança et fut pris d’effrois.

- Jora. Arpenteuse de montagnes, fratricide, briseuse de malédiction. Le sang par le sang.

Elle tomba à genoux, pourquoi son amie posait là devant elle, sous la forme de pierre.  Que se passait il ?



Une main se posa sur son épaule, Funérail se retourna, le visage détruit par l’événement, et vit une femme rousse, accompagné d'un loup Garm.

- Funérail, je savais que tu viendrais, tu dois savoir la vérité...


Fin du premier chapitre

Je viens de me rendre compte que j'ai fait de la merde sur les photos elles sont un peu tronqués sur le forum !!!!! :cries:

_________________
avatar
Demahus Karthiel
Leçon de séduction n°148
Leçon de séduction n°148

Messages : 275
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 25
Localisation : Limoges
Masculin

Revenir en haut Aller en bas

Re: [GW1 et 2 background] Le récit de Funérail.

Message par Demahus Karthiel le Ven 27 Mar 2015 - 2:16

Chapitre 2 : le sang du passé



musique pour le chapitre.

- Non, je n'en crois rien, laisse-moi les retrouver, je sais que mes amis sont encore là !

Eir soupira, attristée pour Funérail, et repris son histoire.

- L'histoire raconte que des années durant, tes amis pourchassèrent ton meurtrier,enfin celui qui était ton meurtrier. Gwen pris même son courage à deux mainspour quitter la Tyrie, en espérant voir ton agresseur dans les bazars de Cantha. Une fois Tous les déserts d'Elona traversés, Margrid fut la première à se résigner. Vekke fut le second lorsqu'il rata pour la trente-deuxième fois son appareil à détection d'armure primitive.
Petit à petit chacun abandonna, seule Gwen continua durant deux années encore, et trouva même un indice dans les forêts de Maguuma. Son vertige ne l’arrêta pas mais malgré tout ces efforts, elle se résigna à poursuivre cette maigre piste, à travers les hauteurs si dangereuses de Maguuma. Pour finir, cet homme qui te fit disparaître, disparut à son tour de la circulation du monde. Le temps passa mais Jora, entre autre, n'oublia jamais son devoir envers toi, et continua d’entreprendre ce que tu avais si bien commencé, rétablir l'équilibre en Tyrie.
Depuis ce jour, la Tyrie s'est reconstruite, les races se sont unifiées, les terres se sont reformées, Elona fut engloutie par l'océan, et Cantha disparut. Les Norns sortirent plus encore de leur contrées, les Asuras cherchant plus de connexions entre les régions, la race des Sylvaris apparue au bout de quelques siècles, et les Charrs s'allièrent aux humains...

Sur ces derniers mots, Funérail éclata sa chope contre la table, se leva, le regard noir, et se dirigea vers la porte. Eir lui attrapa le bras avant qu'elle ne sorte de l'auberge, l'observa droit dans les yeux et vit un tout autre regard, une grande panique venait de s'y engouffrer. Ses yeux trempés de larmes semblaient s'éteindre, ses mains tremblaient et son corps se couvrait de sueur. Sa peau palissait à vue d’œil.
Elle compris alors que Funérail perdait la volonté qui l'avait animée auparavant. Pire encore, ses yeux clairs retranscrivaient parfaitement son état d'esprit, et la mort en était le principal sujet. Elle voulut la prendre dans ces bras seulement Funérail s'en dégagea, ouvri la porte mais, à la vue de cette ville si étrangère à ses yeux, tomba à terre. Garm, sorti à son tour, regarda sa maîtresse qui compris, et qui se recula un peu. Le loup sinistre s'approcha de la désespérée, lui huma la main, et se posa sur les genoux de cette dernière. Funérail s'effondra en larmes sur le loup, qui lui lécha tristement les joues. une lamentation sembla même être chuchoté par la bête. Eir fut légèrement étonnée de voire que son propre familier était aussi « lié » avec une inconnue. Après quelques minutes à pleurer, Funérail se remit sur ces jambes, toujours tremblantes.

- Je suis sincèrement désolée que tout cela te semble si incohérent mais j'ai bien peur que ce ne soit que la dure vérité Je ne peux t'aider à retourner d'où tu viens, mais dit moi ce que je peux faire pour toi, et je ferai en sorte que cela soit possible. J'aimerais pouvoir faire bien plus, mais pour l'instant je ne peux que t'offrir le logis, le repos et de quoi t'habiller un peu. Suis moi à l'étage, je connais le responsable de l'auberge, c'est un très bon ami, tu pourras prendre la chambre qui te plait et te coucher, je pense que tu devrais prendre du temps pour toi. Je t'attendrai quelques jours pour voir si tu as besoin de quoi que se soit, après je repartirai je doit encore participer à une grande traque dans quelques jours.

Sur ces mots Eir l'aida à marcher et lui proposa même de l'accompagner, malgré que ce soit réservé aux Norns, elle pouvait très certainement la laisser participer.
Désintéressée par la proposition mais incapable de répondre, Funérail se résigna et monta à l'étage, prendre une chambre. Elle s'écroula sur le lit, et au bout de nombreux craquements d'os et d'articulations, arriva à ce défaire de ces affaires. Les larmes se remirent à couler, elle ne pouvait pas se voir sans tout ça, sa vie, ses amis, son foyer. Son équipement n'était rien, elle pouvait s'en passer, mais il n'est pas question de vivre sans tout ce qu'elle avait construit, alimenter. Funérail n'avait plus rien, alors pourquoi vivre ? Que pouvait elle faire dans un univers qui n'était pas le sien ?

Fin du second chapitre.


Le chapitre fut plus court que le premier et pour cause, relatant une partie sans action, juste de discussion, elle est naturellement plus courte. J'aurais pu continuer sur la suite, mais elle casserait avec la ligne directrice des chapitres écrits Wink
De même les illustrations sont absentes et ce n'est pas pour rien, elles n'auraient eu aucune utilité, et alourdiraient plus qu'autre chose le chapitre.

Aller bientôt le troisième !

_________________
avatar
Demahus Karthiel
Leçon de séduction n°148
Leçon de séduction n°148

Messages : 275
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 25
Localisation : Limoges
Masculin

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum