[GW2] Morceaux choisis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[GW2] Morceaux choisis

Message par legann le Jeu 9 Aoû 2012 - 21:51

Comme l'histoire principale des membres de la famille Ryvarhen est un peu bloquée jusqu'à la sortie du jeu, je me suis lancé dans de petits morceaux de leur vie, des passages qui permettent de mieux comprendre qui ils sont et d'où viennent leurs relations. Les différentes parties ne se suivront donc pas forcement chronologiquement (mais je vais essayer que la période de chaque passage soit clairement définie :langue2:).

La comptine à la fin de ce premier texte est de Migayel. Encore merci à toi, tu m'as sauvé sur ce coups là Embarassed




Léonore se réveilla en hurlant et tremblante, une fois encore.
Elle descendit de son lit, ouvrit la fenêtre de sa chambre et sortit sur le petit balcon.
Elle leva la tête vers le ciel, ferma les yeux et laissa l'air nocturne frais calmer la chaleur de sa peau. La brise fit onduler ses cheveux noirs comme sa chemise de nuit. Elle savoura le jeu de l'air entre ses mollets, la fraicheur de la pierre sous ses pieds et le calme de la nuit.

Six jours déjà depuis... tout ça. Elle avait l'impression que c'était hier tout comme le siècle précédent. Sa fièvre était tombée et ses blessures commençaient lentement à guérir mais elle revivait la scène chaque nuit, se réveillant en sueur, frissonnante et avec l'impression de bruler de l'intérieur. La jeune fille ne savait plus quoi faire, ni à qui se confier.

On toqua doucement à la porte, elle ne répondit pas. La porte s'ouvrit tout de même et Kira entra dans la pièce, elle s'avança jusqu'aux cotés de la jeune fille, sur le balcon.

Léonore remarqua que la femme portait une robe simple, chose étonnante puisqu'elle ne se souvenait pas l'avoir jamais vue aussi féminine. La norn était généralement habillée pour la vie dans les bois, elle semblait toujours prête à partir au combat.
Léo prit quelques secondes pour la détailler, c'était vraiment une belle femme, ça elle le savait déjà, mais cette tenue faisait disparaitre son air féroce habituel pour le remplacer par quelque chose de plus tendre.


- Salut petite. Je t'ai entendu crier, ça va?


Léonore n'avait jamais bien su comment se comporter avec la norn, bien qu'elle soit la compagne de son oncle depuis plusieurs années maintenant. Elle n'avait pas la sociabilité de sa sœur ni les connaissances des différentes mœurs comme ses parents. Aussi répondit elle timidement.


- Heu... Oui, j'ai juste été... surprise par... un insecte.


La jeune fille n'osait pas croiser le regard bleu profond de Kira, ses yeux semblaient toujours creuser au plus profond de votre être. Léonore trouvait cela dérangeant.


- Et si tu me disais la vérité?


Léonore sentit la chaleur envahir son visage. Les mots restèrent bloquer dans sa gorge.
La norn s'assit par terre, dos contre la balustrade du balcon.


- Cauchemar hein?


La jeune fille acquiesça après quelques seconde.


- Raconte moi.
- Je... Je les revois... Papa, maman, les centaures, chaque nuit. La scène se répète en boucle, j'entends les cris, je les revois par terre, encore, encore, encore... enc...



Léonore se laissa tomber à genoux, serrant la balustrade assez fort pour faire trembler ses bras. Des larmes brulantes coulaient sur ses joues malgré ses efforts pour les retenir.
Des bras se mirent à la serrer.
Kira se mis à lui parler d'une voix que la jeune fille ne lui avait que très rarement entendu. Comme celle d'une mère, douce et chaude.


- Arrête de tout retenir en toi Léonore. Laisse toi aller pour une fois.


Ces quelques paroles firent leur effet, sans que la jeune fille ne sache réellement pourquoi. C'était aussi la première fois que Kira l'appelait par son prénom. Ses larmes se mirent à couler plus facilement. Les mots se mirent eux aussi à jaillir, comme si ils étaient resté coincés depuis trop longtemps.


- Pourquoi?! Pourquoi j'ai rien pu faire?? J'ai même pas été capable de protéger ma sœur alors que papa et maman... Ils se sont battus contre ces monstres! Maman était forte, mais il y en avait trop, et... et... et elle avais pas ses armes, parce qu'elle me les avaient prêtés! Tout ça c'est ma faute! Si j'avais été plus forte j'aurais pu les défendre, tout le monde serait là!! Tout ça serait pas arrivé! Je me sens si faible! Si seule! Si égoïste de penser à ma solitude alors qu'Anjy est toute seule dehors...


Elle frappa la balustrade de ses poings tout au long de sa tirade, s'écorchant les doigts. Elle continua de pleurer pendant de longues minutes, toujours dans les bras de la Norn qui restait silencieuse.

Léonore finit par se calmer, les pleurs se réduisant peu à peu à de simples sanglots. Kira força la jeune fille à lui faire face.


- Je sais que c'est dur pour toi, je connais bien ce que tu ressens. Mais tu te trompes, tu n'es pour rien dans tout ça.
- Mais...
- Non, laisse moi finir. Si tu avais été plus forte, si ta mère avait eu ses armes. Ce ne sont que des suppositions, rien ne dis que ça aurait changé quelque chose. Et si ces centaures avait tournés à droite plutôt qu'à gauche à un moment sur la route? Et si vous étiez restés ici plutôt que de partir à la campagne? Tu vois, on peux en rajouter autant qu'on veut des si.



Léonore baissa la tête, regardant le sol. Kira n'avait pas tort mais elle n'arrivait pas à se sortir ces idées de la tête. La norn lui prit le menton pour lui relever la tête et la fixer dans les yeux.


- Tu n'y es pour rien Léonore. Tu n'aurais rien pu faire de plus, tu n'es encore qu'une petite fille voyons. Mais tu es vivante et je suis persuadée que ta sœur l'est aussi. C'est ça que tu dois te dire. Et tu n'es pas seule, tu as toujours ton oncle. Bien que ce soit l'une des pire tête de pioche que je connaisse, il t'aime plus que tout.


La fillette ne pu retenir un sourire devant l'image de Legann affublé d'une tête de pioche. Cette image le définissait assez bien.


- Et puis moi aussi je suis là rajouta Kira.
- Mais vous n'allez pas rester ici indéfiniment. Vous finirez par partir... un jour.
- Tu plaisantes? Ton oncle n'accepte de s'éloigner de la maison que si je reste pour veiller sur toi. Et puis, il a des responsabilités maintenant, même si ça ne l'enchante pas vraiment. Non, tu vas devoir nous supporter pendant un bon moment.
- Mais... Vous avez votre vie! Vous allez avoir des enfants, votre maison et tout.
- Notre maison, c'est ici maintenant. Legann doit rester et je ne vais pas l'abandonner ici, ne serait ce que pour éviter que lui et Ervald ne finissent par s'étriper. Et je ne peux pas avoir d'enfants.
- Pourquoi? Parce que oncle Legann est humain et toi une norn?
- Hum j'ignore si nos deux races sont compatibles la dessus mais non, j'ai été blessée il y a quelques années, au ventre. Je suis stérile depuis.
- Oh... Désolée.


La norn balaya la remarque d'un geste de la main.

- Je me suis faites à l'idée, ça n'a pas d'importance. La question que tu dois te poser, c'est comment tu comptes faire face à tout ça. Tu peux laisser ces stupides remords te dévorer peu à peu ou tu peux relever la tête et avancer malgré la douleur.


Le silence se réinstalla pendant que Léonore réfléchissait à tout ce que venait de lui dire Kira. L'étau de métal qui lui serrait la poitrine depuis plusieurs jours semblait s'être allégé, un peu.
Elle releva les yeux pour soutenir le regard de la femme.


- Je veux devenir forte. Je veux que papa et maman soient fiers de moi de là où ils sont. Mais... je ne sais pas comment faire... Et oncle Legann ne sera jamais d'accord.
- Ton oncle n'est pas obligé d'être au courant. Et j'ai une ami qui vit à quelques ruelles, je sais qu'elle sera ravis de te donner des cours. Mais je te préviens, elle est encore plus exigeant que moi. Tu es sure que c'est ce que tu veux?



Léonore acquiesça.
Kira sourit et se releva, entrainant la jeune fille avec elle.


- Tu fais le bon choix Léo. Maintenant, au lit petite, tu n'es pas encore en état pour t'entrainer, tu dois te reposer.


La fillette se laissa conduire jusqu'à son lit sans résistance, fatiguée d'avoir trop pleuré. Lorsque Kira commença à s'éloigner, Léonore lui agrippa le poignet.


- S'il te plait... Reste. Juste... juste un peu.


La norn sourit de nouveau et s'assit au bord du lit.


- Tu veux une chanson?
- Tu chantes?
s'étonna Léonore.
- Oui, mais c'est un secret. Seule ta mère le savait. Que cela reste entre toi et moi d'accord?


La fillette, ravie de connaitre un nouveau secret, se cala contre les coussins, les couvertures remontées jusqu'au menton, les yeux rivés sur Kira.
Cette dernière commença à chanter une comptine de chez elle, d'une voix douce et claire. Cette façon de chanter, Léonore la connaissait bien, c'était la même que celle de sa mère. Elle ferma les yeux pour écouter.


Ce matin petit corbeau,
Il ne fait vraiment pas beau,
Le ciel est noir comme ton plumage
Et le temps est à l'orage.

Les éclairs strient le ciel,
de zébrures de couleur miel,
Attention le tonnerre gronde
sa colère à tout le monde.

Mais sais-tu petit corbeau,
Que le temps c'est comme la vie,
Il y a des bas, il y a des hauts,
Et le soleil chasse la pluie.

Mais regarde ce midi,
Tout est devenu gris,
La tempête est passée
Et tout semble apaisé.

L"eau ruiselle sur le sol,
L'heure n'est pas encore à l'envol,
Reste à l'abri bel ailé
A quoi bon être mouillé

Mais sais-tu petit corbeau,
Que le temps c'est comme la vie,
Il y a des bas, il y a des hauts,
Et le soleil chasse la pluie.

Le soleil est revenu,
les nuages sont révolus,
la chaleur si bienvenue
inonde ton bec si pointu.

Vole vole mon ami,
Que fais-tu encore ici,
et parcourt libre comme l'air
Sans regarder en arrière.

Mais sais-tu petit corbeau,
Que le temps c'est comme la vie,
Il y a des bas, il y a des hauts,
Et le soleil chasse la pluie.


Lorsque la dernière note se perdit dans l'ombre de la pièce, la petite fille dormais. La norn repoussa une mèche de cheveux ébènes tombé sur le visage de la petite fille.

- Dors bien, petit corbeau.

Kira chanta pour elle tous les soirs qui suivirent, des chansons que la mère de Léonore lui avait apprises, des chants de chez elle, d'autres entendus au fil de ses voyages.

Léonore ne fit plus de cauchemars.

_________________
avatar
legann
This is... SPARTAAAA !!!
This is... SPARTAAAA !!!

Messages : 336
Date d'inscription : 09/06/2012
Age : 34
Localisation : mickey
Masculin

Revenir en haut Aller en bas

Re: [GW2] Morceaux choisis

Message par legann le Mar 13 Nov 2012 - 14:06

Vu que cette section ne bouge plus des masses, essayons de la relancer un peu, il serait dommage qu'elle tombe dans l'oublie. Donc, voici un nouveau personnage, Emy Nocte, ainsi que son histoire. Bonne lecture et que je ne sois pas le seul à poster :yatta:




La petite Emilie encore une fois fut grondée pour avoir parcourut ce livre prohibé. Pourtant, que reprochaient les sœurs à la danse et la magie? N'était ce pas ce qui donnait du cœur et de l'espoir dans cette vie? La jeune Emilie prit la première décision de sa vie, puisque ce lieux n'avaient plus rien à offrir, elle devait partir.


Emmy, au milieu de la salle au parquet de bois, se rappelant sa vie, se mit à danser. Trois compagnes illusoires vinrent à ses cotés pour suivre ses pas dans un étrange ballet.


Lorsque la nuit tomba, la petite Emilie laissa tout derrière, sauf le livre interdit et un bijoux en forme de papillon. Trois mètres la séparaient du sol en bas, elle se permit un regard en arrière, un lit et c'était tout, elle inspira et dans une dernière prière, elle sauta, disant au revoir à cette prison.


Emmy tournoyait dans la salle au plancher de bois, tournant autour des elle même qui suivait son gala. Elle ouvrit les bras et la première de ses trois amies à la femme fusionna.


Petite Emilie vivait maintenant dans la rue, volant de fruits et pillant des poches inconnues. La nuit, sur le toit qui lui servait de lit, elle rêvait d'être un jour une de ces femmes danseuses, sur des musiques qu'elle inventait, elle laissait ses pieds l'entrainer, heureuse.
Un soir de gala solitaire, une petite lueur vint se placer devant son nez, suivant les pas comme une partenaire, de la petite fille émerveillée. Lorsque le duo se terminât, l'étrange petite bête bourdonna une dernière fois et sans un mot, repartit.
la petite fille regarda la petite lumière s'envoler dans le ciel automnale, brillante comme une étoile à portée de mains. Elle pensa, moi aussi, un jour, je serais une luciole.


Emmy dansait encore dans sa salle de bal, douce et tendre dans ce ballet sentimental. Elle tendis le bras vers son second moi et son image se cala sur ses pas. La danse était maintenant un duo, un pas à deux calme et beau.


Les années passèrent, les danses du toit descendirent sur terre, dans la rue, à la vue d'inconnus, la petite Emilie se fit connaitre par ses pas et les illusions qu'elle savait faire apparaitre. Un homme lui proposa un jour de remplacer la pierre de la rue par des planches d'un théâtre connus. Ravie, la petite Emilie s'empressa de dire oui. Plus de vol, de poches inconnues, maintenant on la paierait pour être vue.
Le premier soir, la petite Emilie découvrit dans un miroir. Petite Emilie était devenue femme, belle et pleine de charme, comme les danseuses de son livre elle réalisa que c'était son rêve qu'elle allait vivre.


Emmy ne sentait plus ses pieds à force de tournoyer. Une voix s'était mise à chanter, au rythme de la dame, sans qu'elle ne l'ai encore remarqué. Une panthère, assise au milieu de la salle, fixait la femme et son double éphémère. D'un geste de la mains, Emmy fit signe à la panthère blanche, viens ma belle et avec nous, danse. Le félin obéis, visiblement ravis, et d'un pas lent alla rejoindre ce groupe surprenant. La dernière femme illusoire se rapprocha de sa maitresse, les deux fusionnèrent, Emmy lâchant un cri d'allégresse, en harmonie avec le rugissement de la panthère et le chant de la voix de l'inconnus derrière.

Emmy sembla soudain revenir à la réalité.

- Mélopée! Bonjour ma fille!

Elle passa ses bras autour du cou de la panthère, sans la moindre peur. Le félin se laissa faire sans broncher, allant même jusqu'à ronronner comme un gros chat.

- Attends, attends, si tu es là, cela signifie que notre chanteuse mystère est...

Emmy se retourna pour découvrir sans surprise son amie.

- Kira! Par les dieux, cela fait si longtemps!

Elle se précipita vers la norn qui se laissa étreindre.

- Bonjour Emmy. C'est rare de te voir exécuter cette danse.
- Parce que cela ne se danse pas sur commande quoi que tu puisses croire, norn insensible à mon art. Mais que fais tu ici?
- Je suis venu te présenter quelqu'un et te demander quelque chose. J'ai besoin que tu entraines une personne.


Emmy recula en soupirant.

- Par pitié, pas toi. J'en ai plus qu'il ne m'en faut des élèves, tous aussi inutiles les uns que les autres d'ailleurs, à croire que les enfants nobles ne sont bons qu'à piquer les sous de leurs parents.
- Je pense que celle là te plaira. Léonore, cesse de te cacher et viens saluer Emmy.


Léonore détailla l'amie de sa tante, une femme dont les cheveux bruns ondulaient en cascade autour d'un visage souriant. Sa stature dévoilait facilement la passion de cette dame pour danse. Tout en elle respirait la grâce et l'aisance. Si Kira représentait la beauté sauvage, Emmy incarnait celle des artistes. Sensuelle. La petite fille sentit un frisson de jalousie et pria, furtivement, pour devenir un jour comme elle.
La jeune fille avança timidement, tête baissée.

- Heu... bon..bonjour, je m'appelle Léonore..

Emmy croisa les bras en haussant un sourcils pendant qu'elle jaugeait la nouvelle venue. Une gamine, même pas dix ans encore, à quoi pensait donc Kira? la fillette avait l'air aussi faible qu'un oisillon.

- Kira... Dis moi que tu plaisantes s'il te plais, je..
- C'est l'ainée des filles de Léana.
Coupa Kira

Un silence dura plusieurs seconde suite à la révélation qui laissait visiblement Emmy sous le choc. Léonore tortillait la pointe de sa botte sur le sol, très mal à l'aise.

- Léana? Léana Ryvarhen?

La norn ne répondit rien. Emmy s'approcha de la fillette et s'agenouilla devant elle.

- Dis moi, Léonore... Je sais que tu m'as vue danser. Qu'as tu compris de ma danse?
- heu... je... je ne voulais pas vous espionner! C'est jute que..
- Je ne t'ai rien reproché, répond à ma question s'il te plait.


Léonore réfléchit quelques secondes avant de répondre.

- Ca racontait votre vie, les doubles représentaient les différentes étapes importantes de votre vie. C'est la somme de ces "vous" qui fait ce que vous êtes aujourd'hui. C'était très beau à voir.
- Et pourquoi veux tu que je t'entraine?


La timidité de la fillette monta encore d'un cran, elle un regard désespéré vers la norn.

- Ce n'est pas à moi qu'on pose la question Léo.

La petite fille fixa de nouveau le sol. Elle sentis quelque chose se glisser sous sa mains, Mélopée. La panthère la fixait et poussa sa main de la tête.
Léonore releva la tête. Emmy vit quelque chose changer dans son regard, à peine un détail.

- Je veux devenir forte.

Oui, c'était bien là, cette lueur au fond des yeux, la même que dans ceux de Kira, de Léana et d'Emmy, cette étincelle qui signifiait "je veux vivre et je suis prête à me battre pour ça".
La danseuse sourit, il semblait que son amie n'ai pas mentis, elle venait de trouver une élève comme elle souhaitait, quelqu'un qui ne venait pas pour impressionner les autres mais pour elle même uniquement.

- J'accepte. Léonore Ryvarhen, bienvenue dans mon école.


_________________
avatar
legann
This is... SPARTAAAA !!!
This is... SPARTAAAA !!!

Messages : 336
Date d'inscription : 09/06/2012
Age : 34
Localisation : mickey
Masculin

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum