Eilenora la rêveuse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Eilenora la rêveuse

Message par Jeradon le Jeu 27 Déc 2012 - 19:33

Devoir et Destinée

La nuit était depuis longtemps tombée quand Eilenora parvint au Forum d’Ashford. Alors même que ses pas résonnaient sur les plaques du sol, elle ne pensait plus qu’à un grand verre d’eau qu’elle allait absorber après sa course à travers les sous bois roussis et les ruines humides. Ou peut être même un bain de pied serait nécessaire ! Toute à ses pensées elle demanda à la sentinelle son chemin…Et ce fut la déconvenue

« Quoi ! De l’eau ! Ecoute la plante, ici les Charr ne boivent que du whisky raffiné. Pour l’eau tu vas voir ailleurs ! »
Sévèrement désappointée Eilenora reprit son chemin. Elle passait devant un grand brasero quand elle entendit une toux feulante. reconnaissable…Et, oui, Wyrr Pasdefeutre était assis devant le feu, une flasque à la main, dévoilant en un rictus stupide ses incisives, canines et prémolaires.

Elle se souvenait de ce Charr voleur, qui, sous des dehors matois, travaillait pour la Légion des Cendres. Quelques semaines auparavant non loin de la citadelle noire, ils avaient tous deux participés à une échauffourée avec des skritts à la recherche de munitions à canon. Et donc après avoir tué un nombre appréciable de ces pillards (et avoir un peu calmé les environs) ils avaient bavardé non loin d’un feu de camp.

Sourire aux lèvres Eilenora s’approcha. « Hé t’es qui la plante ! Amène-toi ici! »
Même si Wyrr avait tout l’air d’avoir laissé sa mémoire au fond de sa flasque de whisky Eilenora entreprit posément de répondre. Oui elle s’appelait Eilenora et ... « Oh bon sang ! » Réalisant l’étendue de sa cuite, le Charr commença à se relever. Toute confuse, Eilenora s’approcha, tendit une main ligneuse, mais finalement Wyrr s’était levé, et titubant, commençait une longue marche vers un lac qui, à ce qu’il disait, n’était pas trop loin.

La descente vers le lac ne fut une partie de plaisir. Non seulement la fourrure de Wyrr puait la gnôle de deuxième choix, mais des Drakes Salamandres arpentaient les chemins menant aux rives.
Et ce ne fut qu’après avoir infligé une demi-douzaine de punition sévère qu’ils parvinrent au bord de l’eau. Wyrr eut assez de sens pour se défaire de ses armes et armure, et, les confiant à la garde d’Eilenora, partit s’asseoir en frissonnant dans l’eau froide. La gueule baveuse il marmonnait des mots comme honneur, excuse, et eau de feu. Eau de feu surtout. Et bien sur comme il s’éloignait tout en marmonnant, Eilenora dut le suivre en pataugeant. Bientôt elle décida d’enlever ses chaussures avant qu’elles ne soient complètement perdues. « Vous autres Sylvaris ne savez pas boire ? ». A cette question angoissée, Eilenora non plus ne savait pas répondre. Et c’est silencieusement qu’ils passèrent un long moment au bord du lac. Enfin le Charr revint à un entendement digne d’un légionnaire des cendres.

Secouant sa ramure parée de fer, il revint vers le rivage. La tête encore plus basse que d’habitude il marmonna quelques excuses. Cependant Eilenora était occupée à se défaire de trois drakes, et ne pouvait ni écouter, ni répondre. La contrition du Charr avait l’air d’être sincère. Peut être se retiendrait-il de boire avant la nuit suivante.

Le soleil apparut justement à l’horizon et Wyrr entreprit de guider Eilenora en une randonnée autour du Forum. Alors qu’ils avançaient le long d’un chemin à travers la prairie roussie Wyrr finit par reprendre la parole. « Vous devez penser que je suis tout le temps comme ça. Mais vous savez, ce n’est pas évident pour moi… »
Cette annonce rendit Eilenora perplexe : « Vous voulez dire que quelque chose n’est pas visible ? Qu’on vous cache quelque chose ? »

Le Charr poussa un soupir grondant. « Si c’était le cas, ce serait simple. Malheureusement dans la légion tout le monde sait de quoi il s’agit… » Eilenora se retint de faire un commentaire et hocha la tête.
Wyrr secoua sa ramure cerclée de fer, et poursuivit. « J’aurai beau être le meilleur des agents de la légion, on me le reprochera toujours…
-Mais quoi donc ? »
Le Charr se retourna d’un bloc, toisa l’idiote sylvarie qui lui faisait face, et gronda… « Mon géniteur bien sûr ! Lui et rien d’autre…Il n’est qu’un bon à rien, et c’est une malédiction pour moi et mon fahrar.
Eilenora avait déjà lu quelque chose dans un parchemin de Kahedins. « Et lui que lui dit on dans sa troupe ? »
-Il n’en a pas.

-Oh ! » L’acrobate Sylvarie se tut. Tout était clair. « Il est devenu Gladium n’est ce pas ? »
En un rictus, Wyrr dévoila quelques canines. « Oui, et sa faute rejaillit sur moi. »
Eilenora laissa son regard trainer sur la lande roussie avant de reprendre. « Et tout ça seulement parce qu’il est rentré au camp seul ! Il aurait très bien pu rester hors du camp, vivre dans les champs !
Wyrr s’impatienta. Sa queue se mit à fouetter l’air. « Dans ces cas là, il serait non pas Gladium, mais mort pour nous tous. Il aurait complètement failli à son devoir.
-Devoir, devoir qu’est-ce que vous en savez? Etes-vous esclaves de ce devoir ? A quoi sert ce « devoir » ? Même au Bosquet nous comprenons ceux qui ne peuvent plus accomplir les taches les plus dures dans la forêt !!! Au moins nous leur donnons asile, et…
-Assez !!!
-Le rugissement fit s’envoler quatre corbeaux d’un buisson voisin. Le Char se retourna, crinière hérissée vers l’envouteuse sylvarie. Stupéfaite, celle-ci ne disait plus rien.
«Je vais vous montrer à quoi sert le devoir ! » Il désigna la lisière d’un bois tout proche. « Suivez moi ! ».
Et sans attendre il se rua vers les frondaisons roussies.

Le Charr bondissait à un rythme infernal, et à plusieurs reprises Eilenora dut lancer un rideau spectral pour rester à proximité. Au bout de quelques instants de course sous les frondaisons lumineuses, Wyrr s’arrêta brutalement : dans une clairière devant eux se dressait la forme colossale d’un cristal géant. Ils s’approchèrent : la chose avait non la forme homogène d’un cristal taillé par un joaillier, mais était hérissé de pointes multiples.

Deux de ses branches s’appuyaient sur le sol au bas d’un ravin, et une troisième se dressait bien au-dessus du feuillage de la forêt dans le ciel bleu clair. Eilenora ne pouvait pas comprendre comment un tel cristal avait pu arriver là : clairement cette chose n’avait pas pu pousser ici. Une pancarte se trouvait là, mais Wyrr avait pris la parole. « Jamais nous n’aurions pu faire venir cette chose ici sans l’aide des chamans.
-Vous voulez dire que c’est l’œuvre de votre peuple ? » Interrompit Eilenora, surprise.
-Lisez donc. »
Eilenora s’approcha de la pancarte. L’alphabet était analogue au vieux Krytan, et la grammaire archaïque correspondait à l’Ascalonien.
« Ce cristal est le seul témoignage de l’avalanche causée par les Charr sur la région. Les défenses sont rompues mais le Roi Aldebern est toujours au pouvoir ».

Des dizaines, sinon des centaines de cristaux s’étaient donc abattus, ici. Les yeux écarquillés, elle se retourna. « Pourquoi »
Wyrr secoua la tête. « Il était de notre devoir de récupérer la terre de nos ancêtres. Les Chamans de la Légion du feu nous ont donné le pouvoir de revenir ici. Mais ce faisant ils nous ont mis sous le joug des dieux. Et ainsi ils ont failli à leur devoir.
-Et donc que s’est-il passé ? »
-Quarante ans plus tard nous nous sommes défaits de ces chamans, qui aujourd’hui ne sont que des renégats. Vous voyez donc, le devoir décide de notre destinée. Et vous Eilenora, qu’en pensez-vous ?

Le visage rond de la Sylvarie se fronça d’un sourire amer. Elle se retourna vers le cambrioleur Charr. « La destinée est quelque chose de plus mystérieux que ce que vous me dites. Ce n’est pas quelque chose que vous déterminerez. Bien souvent la destinée détermine votre devoir. A l’ignorer on peut en souffrir. »

La curiosité du Charr était piquée. Dans un grondement assourdi, il reprit : « Qu’est ce à dire ? Est-ce une expérience que vous avez mal vécue ?
L’envouteuse sylvarie leva le regard. « Disons que j’ai ignoré en temps voulu, des signes important, et j’ai quitté le Bosquet d’une façon plus triste que je ne l’aurais voulu.
Ah ! »

Tout à leur discussion ils étaient parvenus à la lisière du bois. Devant eux s’étendait une ruine immense, crevassée. Ici ou là on pouvait voir ce qui avait du être des fenêtres.
Wyrr reprit. « En parlant de devoir, regardez par là ! » Il montrait de qui avait l’air d’être une roche corrodée. Au sommet pourtant on pouvait voir le torse d’un guerrier casqué, le poing sur la garde d’une épée. Eilenora reconnut cette silhouette. « C’est un humain !

-Non c’est un dieu des humains. Leur dieu de la guerre, et du devoir. Ha, il n’a pas été un bon exemple, et maintenant ils en sont réduits à l’implorer pour défendre leur terre. »
Mais l’envouteuse sylvari avait les yeux fermés. Elle avait entendu des voix parler. Des voix qui disaient « Balthazar ». Elle rouvrit les yeux. « Balthazar donne moi la puissance ! » Très vite elle ajouta. « C’est ce que les humains chantent » Wyrr hocha la tête, et ses prunelles dilatées se réduisirent en une fente habituelle. Il n’avait pas sorti les griffes, d’ailleurs.

Ils s’approchèrent. La statue avait clairement connu des jours meilleurs. La pierre érodée de la base avait depuis longtemps perdu sa décoration, montrant le minéral nu. La statue était peut être aussi vieille que le mur gigantesque lui-même.

Eilenora commença à tourner autour à la recherche de détails. Sur un côté en caractère ocre, quelqu’un avait tracé «Badazar ». Eilenora jeta un regard surpris à son compagnon, mais celui-ci ne put que lui retourner un regard perplexe assorti d’un haussement d’épaules.
C’est alors qu’ils entendirent une voix bramer. « Badazar aide nous contre les infidèles ! ».

Wyrr tira son couteau et disparut à l’instant. Eilenora s’empara de son cristal espadon. De trois côtés à la fois, trois paires de Grawl bondissaient vers eux. D’un coup de taille magistral, l’envouteuse expédia une impulsion mentale qui projeta quatre des assaillants dans le décor. Roulant sur le côté, elle se retourna, et expédia un rayon vers les grawls qui s’étaient rapprochés dans son dos. En un instant elle troqua son espadon contre un sceptre et fit apparaître un gardien illusoire. De derrière lui parvenaient les grondements de Wyrr et les cris d’agonie des grawls.

Quelques instants plus tard, les guerriers grawls étaient tous morts. Le chaman grawl secoua la tête, hérissa la crinière « Misérables ! Pour votre châtiment vous allez affronter le grand champion de Badazar ! »

Déjà on entendait le galop de toute une troupe. D’un fourré bondit un Grawl gigantesque escorté par une bonne dizaine de guerriers. « Ronces ! » Murmura Eilenora. De derrière un Charr rugit un ordre, et à l’instant deux charr de la Légion sanglante se ruèrent sur les Grawls.

Les instants suivants furent une course poursuite autour de la statue, à abattre les guerriers, à éviter les coups du héros Grawl, et enfin abattre celui-ci en une attaque pas à pas. Enfin, percé de multiples blessures, le héros de Badazar s’effondra.
Le chaman grawl poussa une lamentation hurlante, et se rua vers la dépouille de ce qui avait été son plus grand espoir guerrier. Eilenora se tourna vers Wyrr. Mais celui –ci avait résisté à l’impulsion d’égorger le vieux chaman, et rangeait son poignard. Ils laissèrent le terrain aux Charr de la légion sanglante , et c’est sur une esplanade à l’orée du bois qu’ils firent une halte.

Wyrr lui-même n’avait apparemment aucune blessure, mais son manteau de cuir avait grand besoin d’un rabibochage.
Eilenora par contre arborait sur son visage ligneux de nombreuses entailles. Déjà elle fouillait dans une musette, à la recherche d’un baume cicatrisant. En lui passant un rouleau de pansement, Wyrr ne put s’empêcher de gronder. « Vous voyez, dans son adoration d’un fantôme, ce chaman a failli à son devoir de protection. »

Eilenora secoua la tête . « Et le héros Grawl était destiné à la défaite. » C’est alors qu’elle se souvint de ses chaussures abandonnées au bord du lac.



_________________




Pierre Arborea
avatar
Jeradon
La force est avec moi o/
La force est avec moi o/

Messages : 3212
Date d'inscription : 30/07/2012
Age : 49
Localisation : United Kingdom
Masculin

http://cieuxdetyrie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum