Le choix des éléments

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le choix des éléments

Message par Thauma le Lun 31 Déc 2012 - 15:37

LA DÉCOUVERTE DES POUVOIRS

Tout commença dans un bosquet non loin de la Côte Ternie. Au centre de ce bosquet était présent un arbre gigantesque rivalisant tant par sa taille que par sa beauté aux plus belles constructions. Les fruits de cet arbre renfermaient des êtres qui s'éveillaient au monde quant leur heure était venu. Cette histoire raconte le voyage d'un de ces êtres.

Tout a débuté par une froide matinée de printemps, un fruit est arrivé à maturité et c'est à l'être qu'il contient de s'éveiller. Cet être se débattit pour sortir. Il ressentait comme une espèce de suffocation, une impossibilité pour lui de s'enfuir du liquide qui le tenait en vie jusque là. Plus il se débattait, plus le sentiment d'emprisonnement était présent et plus il avait l'impression qu'il allait mourir. Il entendit alors une voix venant de l'extérieur. Elle était douce et chaleureuse, selon lui, cette voix devait appartenir à une femme sage. Elle lui disait de se relaxer et que tout allait bien se passer. Ces mots très anodins lui mirent du baume au cœur et il suivit les instructions. Il se relaxa donc suivant les conseils de l'inconnue qui lui avait parlé. Après quelques minutes, il sortit du fruit. Sa première réaction fut d'ouvrir les yeux, il fut ébahi par tant de beautés mais aussi un petit peu effrayé de par l'inconnue qui se dressait devant lui.

- Bienvenu jeune pousse, bienvenu chez les Sylvaris.
- Les sylva-quoi ? Répondit-il

       Il mit immédiatement les mains devant sa bouche après avoir prononcé ces quelques mots. Il se demanda qu'est ce qui se passait, comment avait-il pu produire ce son.

- Ne t'inquiète pas, répondit l'inconnue, c'est normal. On appelle cela la parole. Pour en revenir à ta question, nous sommes des sylvaris, les enfants de l'Arbre Clair et tu es ici chez toi. Sinon comment t'appelles-tu ?
- Thauma, enfin je pense.
- Soit, Thauma, profites bien de ton éveil en ce monde.
- Merci, répondit-il encore bouleversé.

       L'inconnue partit à quelques mètres de là voir un fruit qui, selon Thauma, devait être sur le pont d'arriver à maturité.

Thauma se leva et alla dans la direction que lui avait indiqué la sylvarie avant de partir. Le chemin sortait du bosquet et conduisait dans un forêt à la fois attrayante et effrayante. Attrayante car plein de nouvelles choses dont le nouvel être ne pouvait pas encore prendre pleinement conscience, et effrayante pour les mêmes raisons car elle pouvait abriter un danger inconnu au sylvari. Thauma pris son courage à deux mains et entrepris de passer outre son instinct.

Il ne le regretta pas car ce qu'il découvrit lui fit une sensation bizarre, il éprouvait une soudaine chaleur au fond de son être, il lui semblait connaître ces lieux. Lui qui venait juste de s'éveiller avait l'impression d'appartenir à cet endroit et il s'y sentait chez lui. Il continua sur la route, son sentiment d'appartenance envers ce lieu grandissant à chaque pas, de même que son émerveillement.

Il continua à arpenter le sentier pendant un temps qu'il lui parut une seconde mais qui avait duré en réalité plusieurs heures. Sans s'en apercevoir, il s'était éloigné du bosquet. Au détour du sentier, toute la plénitude qu'il avait ressenti s'envola en un instant. La si belle forêt avait laissé place à un lieu où les arbres étaient abattus, plus aucun animal vivant n'habitait les lieux. Thauma regarda aux alentours essayant de comprendre ce phénomène, il vit alors deux personnes arriver de l'autre côté et commencer à sortir des scies et à couper les arbres.

Un sentiment inconnu de notre sylvari monta en lui. C'était un composé de puissance pure. Son instinct lui dit de prendre garde à cette montée de puissance mais le sylvari passa outre. Thauma ferma les yeux et laissa cette puissance monter en lui et exploser autour de lui. Ce sentiment primaire lui procura un effet bénéfique, ce qui lui fit ouvrir les yeux.

Ce qu'il aperçut le révulsa au plus haut point. Des flammes s'accumulaient autour de lui détruisant tout sur son passage que ce soit le matériel d'abattage, les personnes ou les arbres tant chéris par le sylvari. Il comprit les flammes venaient de son désir et de sa colère et il essaya donc de les réprimer pour stopper ce carnage. Il essaya de se calmer et de se raisonner. Il essaya aussi de refouler la puissance. Cependant rien n'y fit, il ne pouvait rien faire d'autre que regarder ce qu'il considérait comme son foyer, son lieu d'appartenance partir en fumée et cela par les flammes qu'il avait, à son plus grand regret, convoqués.

Quelques minutes plus tard, les flammes moururent. Le paysage était dévasté et des cendres recouvrait le sol. Le sylvari éprouva alors un fort sentiment de regret et de culpabilité. Tout était de sa faute, il avait stoppé le massacre mais à quel prix ? Il avait lui aussi participé, sans le vouloir, au massacre de la forêt. Il se recroquevilla en position fœtale et il se mit à pleurer toutes les larmes de son corps. Il se répétait sans cesse que tout était de sa faute, que les arbres et les animaux morts seraient encore en vie s'il n'était pas arrivé jusqu'ici. Il alla même jusqu'à regretter de s'être éveiller à cause de ce qu'il considérait comme une malédiction.

Il resta dans cette position à pleurer pendant deux jours et deux nuits. Ce n'est qu'au bout de la deuxième nuit qu'il décida d'agir et de sortir de sa tourmente. Lorsqu'il ouvrit les yeux à contrecœur, certain de retrouver le carnage qu'il avait suscité, il découvrit avec stupéfaction que de l'herbe avait repoussé tout autour de lui, que des fleurs étaient écloses et que des papillons venaient les butiner. Il se frotta les yeux pour s'assurer que ce n'était pas une simple vue d'esprit et qu'il ne rêvait pas. Tout cela était parfaitement réel, le paysage dévasté par les flammes s'était régénéré en cercle autour du sylvari.

Il se demanda comment cela était possible, il pensait avoir tout détruit autour de lui. Il s’assit et commença à réfléchir. Il pensa d'abord que c'était un prodige, que cela n'était pas naturel. Tout à coup il pensa que c'était l’œuvre d'une espèce qu'il ne connaissait et qui devait posséder un grand pouvoir. Il chercha d'autres raisons certaines plus farfelues les unes que les autres. Il continua de chercher en lui même et en son peu de connaissance et c'est alors que des souvenirs et des pensées remontèrent jusqu'à lui. Ce qu'il prenait pour son instinct était en fait la conscience partagée de tout le peuple Sylvari. Les Sylvari, par le biais de l'Arbre Clair, partageaient leurs sentiments les plus forts et leurs souvenirs ayant le plus d'importance. Thauma fut interloqué par cette découverte, comment cela est-il possible ? Mais cette remarque tomba à l'eau car il repensa à la résurrection de la clairière et se dit que plus rien ne pouvait l'étonné. Cependant, il n'avait pas prévu que le passé de ses pairs pouvait lui transmettre son savoir et par la même répondre à ses questions.

Il entreprit donc de questionner ses pairs pour comprendre ce qui lui était arrivé. Ce qu'il découvrit l'étonna fortement. Thauma était un élémentaliste, une personne capable de contrôler les éléments. Il apprit également qu'il y avait quatre éléments principaux : le Feu, l'Eau, l'Air et la Terre. Le sylvari comprit alors qu'il avait inconsciemment appeler l'élément du feu dans la clairière. Pleins de questions lui vinrent à l'esprit.

- Suis-je normal ? Peut-on contrôler cette malédiction ? Comment l'herbe a t-elle pu repousser ?
- Doucement jeune pousse, répondit une voix dans sa tête, cette malédiction comme tu l'appelles peut être un atout des plus précieux.
- En effet, répondit une autre voix, ce pouvoir est une partie de toi, tu dois juste apprendre à la contrôler. Et pour répondre à ta dernière question, ce ''miracle'', comme tu l'appelles, n'est qu'une autre facette de ton pouvoir. L'élément de l'eau a le pouvoir de restaurer et de guérir. À travers tes larmes, tu as insufflé un peu de ton pouvoir de l'eau pour restaurer la terre meurtrie.
- Très bien, je ne vais plus n'utiliser que le pouvoir de l'Eau, répondit Thauma avec conviction, je vais guérir le monde et tout faire pour ...
- Non tu ne doit absolument pas, le coupa la première voix, ton pouvoir se compose des quatre éléments et non pas un seul. Chaque pouvoir à son revers, si tu te focalises sur l'Eau, tu vas finir par geler tout ce qui t'entoure ce qui fera plus de mal que de bien. Tu vas devoir composer avec tous les éléments à ta disposition.
- Oh je vois, répondit le sylvari déçu. Très bien, alors je choisis de me concentrer sur l'élément de l'Eau afin de pouvoir soigner et guérir par ma simple présence sans pour autant tomber dans l'excès.
- C'est un noble choix, répondit la seconde voix.

       La discussion continua comme cela pendant plusieurs heures, Thauma posant des questions sur ces pouvoirs et les voix répondant de manière énigmatique. Le lendemain, le sylvari rentra au bosquet. Il se promena en ce lieu et vit des détails qu'il n'avait pas remarqué la première fois. Ce qu'il prenait à l'origine pour des ponts étaient en fait les branches d'un arbre gigantesque. Il erra dans ce bosquet pendant que le soleil continuait son interminable course. Alors qu'il regardait vers le ciel, une voix  qui lui semblait familière l'interpella. C'était l'inconnue qu'il avait vu à son éveil qui venait vers lui d'un pas preste et rapide. Thauma la regarda vraiment pour la première fois, il découvrit une jeune femme d'une grande beauté à la peau de la couleur des feuilles du grand arbre et à la chevelure d'une blancheur presque pure mais comportant des reflets argentés. Elle arriva à niveau de Thauma et entreprit une conversation avec lui.

- Mais où étais-tu passé ? Je me suis inquiété, je t'ai cherché partout.

       Sa voix paraissait pleine de crainte mais il sembla à Thauma que son angoisse s'éteignait au fur et à mesure de ses paroles.

- Je ne sais pas, répondu Thauma en baissant les yeux, j'ai suivi le chemin que tu m'as indiqué et je me suis perdu.
- Je ne t'ai pas indiqué le chemin mais la pierre qui était à côté pour que tu t'assois dessus le temps que je revienne te voir. Ce n'est pas grave mais tu es parti avant que je ne t'explique tout ce que tu devais savoir. Vient me voir chez moi, je te donnerai à manger car tu dois être affamé.

       L'inconnue repartie aussi vite qu'elle était arrivée. Cependant, elle fit brusquement demi tour et revint vers le sylvari.

- Au fait, je m'appelle Caithe.


Dernière édition par Thauma le Sam 28 Mar 2015 - 0:12, édité 4 fois
avatar
Thauma
La force est avec moi o/
La force est avec moi o/

Messages : 3267
Date d'inscription : 29/12/2012
Age : 24
Localisation : Limoges
Masculin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le choix des éléments

Message par Thauma le Sam 18 Mai 2013 - 21:10

LE VOYAGE INITIATIQUE
En voulant se rendre chez Caithe, Thauma se rendit compte qu’il ne savait pas où elle habitait. Il entreprit donc de demander des renseignements à un garde. C’était un grand gaillard, le plus grand que Thauma ait jamais vu, il portait une grosse armure autant impressionnante que rutilante. Grâce à lui, le sylvari apprit que Caithe habitait au plus bas du Bosquet.

La descente dans les profondeurs de l’arbre était assez courte malgré la grandeur de l’arbre. Le chemin menant à la maison de Caithe fut long mais cela était peut être parce que la jeune pousse s’arrêtait tous les deux pas pour admirer le paysage et ses splendeurs. Une fois arrivé sur place, il s’arrêta sur le pas de la porte se demandant ce que sa nouvelle connaissance pouvait lui réserver. Il laissa de côté ses doutes et entra dans la maison qui ressemblait plus à un bourgeon qu’à autre chose. L’intérieur était décoré avec élégance. Thauma pensa donc qu’en plus d’être sage, Caithe était raffiné et faisait preuve de beaucoup de goût.

Caithe se trouvait sur le balcon et s’approcha de lui lorsqu’elle le vit.

- Ah, te voila enfin, je me demandais ce que tu faisais depuis si longtemps. Cela doit être une habitude chez toi.
- Désolé, répondit Thauma en baissant les yeux et en faisant son air penaud.
- Non, c’est bon, ne te tracasses pas, je te taquine, c’est tout, répondit Caithe en esquissant un sourire. Mais revenons aux choses sérieuses, je ne t’ai pas dit tout ce que tu devais savoir lors de ton éveil. Avant tout, je voudrais savoir quelles sont tes capacités.
- Mes capacités ? répondit Thauma interloqué.
- Oui, les choses que tu peux accomplir, en deux semaines tu as bien du découvrir quelque chose.
- Euh, je ne vois pas …
- Tu ne te rappelles de rien d’anormal, qui ne soit pas habituel

Le ton de la voix de Caithe montrait son impatience, Thauma farfouilla sa mémoire à la recherche de chose anormale et finit par répondre.

- Je ne sais pas si c’est quelque chose d’anormal mais je suis un élémentaliste, enfin à ce qu’il paraît.
- Ah, nous avançons … Un élémentaliste, tu as dit ?
- Voila qui est bizarre, cela faisait un moment qu’un élémentaliste ne s’était pas éveillé, il faudra que j’en parle aux Premiers Nés, continua à dire Caithe en marmonnant.
- Pardon ? Les Premiers Nés, qui sont ce ? demanda Thauma
- Euh, oui pardon, je pensais tout haut. Alors les Premiers Nés, comme leur nom l’indique sont les sylvaris qui se sont éveillés en premier. Et pour ton information, j’en fais partie. Mais revenons-en à nos moutons à savoir ton apprentissage.

La conservation entre les deux sylvaris continua pendant quelques temps. Thauma apprit donc que peu d’élémentalistes résidaient encore au Bosquet et qu’il faudra donc voyager dans le but de s’entraîner à la maîtrise des éléments.

Le lendemain, Thauma retrouva Caithe à l’entrée du Bosquet aux premières lueurs de l’aube. Ils se retrouvèrent à côté d’une caravane tirée par un taureau de bât à bord duquel se trouvaient déjà deux sylvaris. Le premier était assis devant et tenait les rênes. Il semblait être assez jeune mais une incroyable confiance en soi émanait de lui. La deuxième personne était tout aussi jeune mais elle n’avait pas l’assurance du premier. Elle paraissait plus réservée mais cela ne faisait qu’ajouter à son charme.

- Ton voyage à travers la Tyrie commence aujourd’hui. Tu accompagneras Haemos et Yewien, dit Caithe en montrant le moyen de transport. Donc, tu te rappelles, tu dois rejoindre tes pairs au Fief du Sorcier dans les Collines de Kesse en Kryte. Cependant, n’oublies pas qu’ils te regarderont avec interrogation car les humains qui résident par là bas n’ont pas l’habitude de voir nos semblables.
- D’accord, répondit Thauma. J’essaierai de ne pas vous faire honte.
- Bon voyage et soit prudent

Après ces quelques mots, Thauma monta dans la carriole qui sortit du Bosquet. Il se retourna une dernière fois pour voir ce paysage qui était tout ce qu’il avait connu jusqu’à présent s’éloigner. Au fur et à mesure que le voyage passait, les luxueuses forêts sylvaris laissaient de plus en plus place à des clairières disséminées de ça et là.

Le silence timide du début de la traversée se mua en une sorte de barrière entre les trois compagnons. Le silence était tellement pesant que celui-ci paraissait ne pas pouvoir être rompu. Ce n’est qu’à la fin de la journée que Yewien décida enfin de prendre la parole. Ce fut juste pour échanger une banalité en rapport avec leur frugal repas mais cela suffit à faire éclater le silence entre les compagnons de voyage. Tous se détendirent et esquissèrent un sourire en coin lorsque Thauma renversa sa soupe sur lui.

Une fois le repas terminé presque en silence, ils entreprirent de se présenter chacun son tour.

- Bon les garçons, j’en ai marre de voyager, la caravane est inconfortable et en plus, je ne connais même pas vos noms pour vous râler dessus quand on prend des nids de poule. Donc, je suis Yewien et je me suis éveillé au moment du zénith.

Les deux sylvaris se regardèrent mais aucun ne répondit à Yewien

- Bon allez, à votre tour. Dites-moi tout de vous. Faites pas vos timides. Oh ces garçons, dit-elle en levant les yeux au ciel. Très bien, puisque vous ne voulez pas parler, je ne vous dirai plus rien du tout et vous pourrez aller voir ailleurs si j’y suis si vous avez besoin de moi.

Elle se leva et alla se coucher près d’un grand chêne. Thauma et Haemos firent de même après avoir rangé leurs affaires, fait un petit tour n forêt et éteint le feu qui les avait éclairés la nuit tombée.

Le lendemain, les compagnons d’infortune se levèrent comme un seul homme dans le plus grand des silences. Haemos attela la caravane au dolyak de bât tandis que Thauma préparait la pitance qui les aiderait à avoir le ventre plein au moins pendant une partie de la journée.

Ils mangèrent en silence et à la fin du repas, Thauma et Haemos s’assirent à l’avant pour laisser Yewien à l’arrière. Lorsque celle-ci, elle aperçut que du foin avait été étalé au fond de l’attelage.

- C’est gentil, vous avez mis du foin pour que cela soit plus confortable, dit-elle en se regardant à l’avant où Haemos s’affairait avec le dolyak.
- Tu n’étais pas censée ne plus nous adresser la parole ? demanda Thauma
- Par l’Arbre Clair, mais tu parles ?! Je commençais à croire que vous étiez muet, répondit-elle.

Thauma perçut l’humour dans la réponse de la sylvarie et il se mit à rire. Haemos, ayant tout entendu, fit de même. Il répondit à Yewien.

- Bon, on a assez fait durer les choses, je m’appelle Haemos et l’autre gus qui rigole est Thauma. On se demandait combien de temps tu allais mettre avant de te plaindre et, ma foi, j’ai perdu mon pari. Je pensais qu’au bout se seulement une heure, tu nous aurais cassé les oreilles alors que Thauma avait dit cinq heures.
- Alors comme ça, vous étiez de mèche, mais quand avez-vous décidé de tout ça ?
- Tu te rappelles juste avant de partir que tu as du retourner chez toi chercher les affaires que tu as oubliées. Pendant ce temps là, Thauma et moi avons commencé à discuter et à rigoler. Et c’est comme ça qu’on a fait ce petit pari.
- Oui, répondit Thauma, tu as tout de même été absente pendant plus d’une demi heure, cela laisse largement le temps.

La discussion entre les voyageurs continua comme ça pendant tout le reste de la journée, les blagues fusant, les rires éclatant. Une fois le sérieux retrouvé vers le début de soirée, la conversation dériva vers leurs expériences personnelles et leurs raisons pour le voyage dans les contrés humaines.

C’est comme ça que Thauma apprit que Yewien était une nécromancienne, elle pouvait appeler des serviteurs de l’au-delà et même communiquer avec des morts. Thauma et Haemos eurent des frissons dans le dos quand celle-ci appela le golem de chair pour leur montrer ses capacités. Le golem de chair faisait près d’un mètre quatre vingt et était d’un amas de chairs en putréfaction. De temps en temps, certains morceaux se décollait du corps du serviteur et tombait à terre en bougeant encore. Face au dégout de ses deux compagnons, Yewien rappela son golem.

Ce fut ensuite au tour de Thauma de raconter son histoire, il parla de la destruction de la forêt et la résurrection de celle-ci sans oublier la conversation avec les anciens. A l’ouïe de cela, Yewien et Haemos voulurent tout de suite voir une démonstration du pouvoir de Thauma mais celui-ci refusa car, comme il ne contrôlait pas son pouvoir, il avait peur de les blesser par inadvertance.

En dernier, ce fut Haemos qui raconta ses expériences. Ce dernier n’avait pas accès à la magie mais sa forte carrure lui permettait de se battre avec une lourde armure et des armes imposantes. Au fur et à mesure de son récit, il sortait des pièces d’armure des sacs qu’il avait emmené pour leur montrer l’aspect de l’armure des Protecteurs (les gardes du Bosquet) qu’il possédait.

Les trois amis continuèrent à raconter des anecdotes sur des habitants du Bosquet notamment Caithe, ils imitaient certains protecteurs. Ce fut le sommeil qui arrêta leur discussion.

Le lendemain, le voyage se poursuivit dans la même bonne ambiance à mesure que la caravane avançait dans les collines de Kesse. Peu après le zénith, Haemos arrêta le dolyak et appela Yewien et Thauma pour leur montrer leur point d’arrivée qui se profilait au détour d’une colline.

- Mes amis, voici le Fief du Sorcier, lieu d’apprentissage de nombre de personnes utilisant la magie chez les humains. Nous y resterons jusqu’à la fin de votre apprentissage.

Thauma et Yewien se turent subitement et tournèrent la tête pour apercevoir la cité niché dans la montagne.

_________________
Save a keyboard, use emotes !
avatar
Thauma
La force est avec moi o/
La force est avec moi o/

Messages : 3267
Date d'inscription : 29/12/2012
Age : 24
Localisation : Limoges
Masculin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le choix des éléments

Message par Thauma le Dim 18 Aoû 2013 - 16:59

UN CHOIX DIFFICILE

La ville en soi était assez petite comparée au Bosquet mais ce qui les étonna le plus fut de voir le château flottant dans le ciel. Le château était immense, Thauma n’en avait encore jamais vu et celui là lui paraissait majestueux avec ses nombreuses tours, ses portes hautes comme un chêne millénaire et son donjon s’amusant avec les nuages. Les deux amis restèrent bouche bée pendant la fin du trajet jusqu’à la cité.
Une fois entrée dans la cité, Haemos fit signe à Thauma et Yewien de rester dans le chariot en attendant son retour. L’attente se passa dans le silence, Thauma s’extasia de chaque petit bruit et odeurs qui venaient jusqu’à lui. Cela lui changeait du Bosquet, les cités humaines n’étaient pas constituées de plantes mais de briques et de pierres, tout lui paraissait nouveau. L’envie d’arpenter les rues le titilla mais il repensa à ce que lui avait dit Caithe et il resta avec Yewien.
Quelques humains leur jetaient des coups d’œil mais ce n’était jamais avec méchanceté ou peur. Ils constataient juste que des personnes venaient d’arriver sans leur accorder plus d’importance.
Au bout d’un quart d’heure, Haemos revient avec une humaine, celle-ci n’était pas très grande mais elle avait une démarche que seuls les personnes qui connaissent le chemin peuvent avoir, elle marchait d’un pas assuré, évitant les ornières sans même regarder la route.

- Je vous présente Lasha, elle nous servira de guide les premiers jours.
- Comme l’a dit votre ami, je m’appelle Lasha et je vous servirai de guide. Avant tout, bienvenue à Garenhoff. Cette petite ville était assez quelconque jusqu’à ce qu’Isgarren, un sorcier au pouvoir exceptionnel vienne habiter ici. Depuis Garenhoff est plus connu comme le Fief du Sorcier. Tout d’abord, je vais vous conduire à vos appartements, Dame Caithe nous a prévenu de votre visite et vous a réservé des chambres.

Le petit groupe suivit donc Lasha à travers la ville jusqu’à une petite maison qui n’avait guère d’allure comparée aux riches masures ayant une vue sur le port. Toutefois, les chambres bénéficiaient du confort optimal. Une fois leurs bagages posés dans la chambre, les trois amis descendirent retrouver Lasha.

- Je présume que tu es Thauma, dit-elle en montrant le jeune sylvari.
- Euh, oui c’est moi.
- Très bien, je vais te conduire auprès de Dylane, c’est lui qui se chargera de t’apprendre les bases de ton enseignement.

Thauma trouva Dylane à même pas 2 minutes de la place. Il était vêtu d’un grand tissu rouge qui lui couvrait la tête. En voyant le sylvari, celui-ci s’approcha.

- Tu dois être Thauma, enchanté, moi c’est Dylane.

Le sylvari ne répondit pas à cause du stress, c’est le premier humain qui lui parlait et en plus il était seul. Si seulement Haemos ou Yewien avait été là pour lui donner du courage. Dylane recommença à parler.

- Je suppose que c’est toi puisque tu es le seul sylvari ici. Donc, moi c’est Dylane et je t’apprendrai les bases de la magie élémentaire. Ah oui, j’oubliais, voici Merbessa.

Thauma cria et alla se cacher derrière un mur en voyant cette chose apparaître. Cette créature produisait plus de chaleur que tous les feux de l’enfer, elle possédait des ailes en flammes et son corps en était recouvert. Thauma avait vu tant de puissance destructrice dans cet être que cela lui faisait peur.
Quand il tourna la tête pour voir si la créature se rapprochait, ses jambes flagellaient. Il savait que si la créature était toute proche, il n’aurait pas la possibilité de s’enfuir assez vite et il succomberait dans la douleur et le feu. Cependant, il ne vit pas la créature mais il entendit une voix l’appeler.

- Calme-toi, je lui ai dit de partir derrière ma maison qui est juste là.
- Qu’e … qu’est … ce … que c’était, répondit Thauma en haletant et en essayant de se calmer.
- C’était Merbessa, un élémentaire de feu. C’est mon ami depuis que je suis un novice tout comme toi. Bon, essaye de te calmer et raconte moi ton histoire et la découverte de tes pouvoirs.

Le sylvari raconta tout ce qui lui était arrivé dans la clairière en décrivant ses émotions et ses sensations. De temps en temps Dylane hochait la tête ou posait une question pour mieux comprendre. A la fin du récit, Dylane comprit la peur de Thauma envers la créature de feu.

- Ainsi, tu as eu une très mauvaise expérience avec l’élément du feu mais il ne faut pas que tu te focalises sur cet évènement. Viens suis moi, je vais te montrer quelque chose.

Dylane monta une pente pour s’enfoncer plus profondément dans Garenhoff. Thauma le suivit de près en jetant des coups d’œil à droite et à gauche pour voir si la créature enflammée ne les suivait pas. Après deux minutes de marche, Dylane fit signe de s’arrêter.

- Regarde ces graines, je vais les mettre dans le pot et tu viendras mettre de l’eau dessus.
- D’accord, répondit Thauma en aspergeant les graines, mais je ne vois pas ce que tu veux me montrer …
- Regarde.

Dylane créa  une petite boule de feu dans sa main, cette boule dégageait une chaleur tellement forte que Thauma se croyait sous un soleil d’été. Au bout de 10 secondes, une petite tige sortit du pot et quelques feuilles commencèrent à apparaître sur celle-ci. Thauma écarquillait les yeux de plus en plus au fur et à mesure que la plante poussait. Dylane rit devant la surprise du sylvari.

- Certes le feu est destructeur en son état le plus primaire, mais à plus faible dose et mieux contrôlé, il est indispensable à la vie qu’elle soit végétale ou animale. Sans la chaleur du feu, la Tyrie serait surement resté un caillou tout vierge …

Dylane reprit puisque le jeune élémentaliste était toujours sans voix.

- J’ai besoin de savoir si tu accepteras de t’initier à la maîtrise de tous les éléments y compris le feu. Si ce n’est pas le cas, c’est que tu n’es pas encore prêt et peut être que tu ne le seras jamais … Sur ce, je retourne voir Merbessa. J’attendrai ta réponse, tu as jusqu’au coucher du soleil ce soir.

Thauma resta seul avec lui-même toujours perdu dans ses souvenirs et la contradiction de ce qu’il venait de voir. Comment la destruction à l’état pur pouvait elle être un élément essentiel de la création … Cette question dépassait Thauma et le laissait dans un grand trouble.
Il se mit à marcher pour s’éclaircir les idées et pour essayer de faire le tri dans ses pensées. Sans s’en rendre compte, il se retrouva devant ses appartements. Il décida donc de retrouver ses amis à feuilles. Haemos et Yewien étaient en train de discuter tranquillement quand Thauma entra.

- Quelque chose ne va pas ? demande Yewien en voyant la tête de Thauma.
- C’est juste une chose qui me tracasse, répondit ce dernier.

Thauma entreprit donc de raconter son entretien avec Dylane et surtout sa peur envers Merbessa et son trouble après la démonstration de Dylane. Pendant ce temps là, les deux sylavaris écoutaient patiemment le récit, hochant la tête de temps en temps. A la fin de l’histoire, un silence régna, L’élémentaliste en profita donc pour poser la question qui le préoccupait.

- Pensez vous que la destruction peut conduire  la création, que le feu puisse être autrement utile que pour blesser ?
- Calme toi, répondit Yewien, je me suis posé une question similaire à mes débuts. Je peux invoquer des créatures faites de chaires en décomposition. Au début aussi, j’ai eu peur, je croyais que c’était profaner les cadavres. Mais après une longue réflexion sur l’utilisation de mes pouvoirs et ses implications, je me suis aperçu que je créais à partir de choses détruites. En quelque sorte, je leur donne une seconde vie, un nouveau but. Suivant comment tu regardes quelque chose, tu peux voir les bons ou les mauvais côté mais cette chose est la composante de ses bons et mauvais côtés. Pour l’instant, tu ne vois que les mauvais côtés du feu, essaye de voir les bons côtés comme ce que t’a montré l’humain.

Thauma écouta les paroles de son amie et il réalisa que ses paroles étaient pleines de sens et que celle-ci comprenait ce qu’il ressentait. Il décida donc de lui faire confiance.
Ce soir là, Thauma sortit des appartements pour retrouver Dylane et lui donner sa réponse. Il avait décidé qu’il tenterait par tous les moyens de voir les bons côtés des choses sans pour autant en oublier les mauvais. Il entreprit donc de lui dire qu’il voulait commencer son apprentissage des forces élémentaires
Dylane l’attendait sur la place et à l’ouïe de la réponse du sylvari, un sourire se dessina sur ses lèvres. Les affaires sérieuses allaient commencer bientôt.

_________________
Save a keyboard, use emotes !
avatar
Thauma
La force est avec moi o/
La force est avec moi o/

Messages : 3267
Date d'inscription : 29/12/2012
Age : 24
Localisation : Limoges
Masculin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le choix des éléments

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum