Parce que l'alcool réussit à tout le monde...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Parce que l'alcool réussit à tout le monde...

Message par Hysta le Dim 27 Jan 2013 - 19:17

Chapitre 1



Val Vivevague bondit à terre, et se retourna une dernière fois vers la silhouette immense de l’Archelien. Le vaisseau tanguait doucement sous l’effet de la houle, des ombres délicates se dessinaient sur les grandes voiles qui seraient bientôt au repos. Le capitaine charr ferma les yeux, huma l’air marin, lourd des odeurs de la ville. Sa dernière traversée était achevée, car plus jamais il ne filerait au vent avec un autre bateau. Il resterait fidèle à l’Archelien, coursier des mers. Val soupira, puis gagna l’intérieur de la ville, sans même récupérer sa paie.
Car ce soir-là, il ne se sentait pas le cœur à boire en compagnie de ses anciens camarades. Une part de lui s’en allait avec l’Archelien, dans un obscur hangar où le bois pourrirait, loin de la brise et de la houle. Le jeune capitaine, que le sort et les aventures avaient vieilli avant l’âge, après avoir longuement marché dans un fouillis de ruelles, s’arrêta devant une taverne, et entra…

Val recracha brusquement sa bière sur le comptoir, et gronda, menaçant. L’aubergiste, qui déjà tendait sa main vers les quelques piécettes de cuivre du charr, s’abstint. Quelques sous de cuivre, qu’était-ce par rapport à une main, une… vie ? Le charr dévoila ses dents en un sourire carnassier tandis que l’homme servait un client. Il détestait, entre autres, le mauvais alcool.
- Hé,le paillasson, notre bière n’est pas assez bonne pour ta tête cornue ? Un conseil, l’ami… Retourne dans ton foutu pays te faire cramer par tes titans.
Les marins avinés, ça, Val s’y connaissait. Pourquoi ne pas partir, à défaut d’un seau d’eau claire et salée ? Mais ce soir, le charr était de méchante humeur. De massacrante humeur, même…
Se levant brusquement en envoyant valser le tabouret, il fit volte-face, saisit le bras du poivrot arrogant, se plaqua tout contre lui, la gueule à quelques centimètres de ses yeux. Et l’haleine charr n’est pas la meilleure qui soit… Alors, lentement, il dévoila ses dents, et poussa un grondement bas et sauvage, un grondement qui montait du fond de sa gorge, du fond de son être. Un grondement qui retentit dans toute la taverne miteuse… L’homme, tout ivrogne qu’il soit, roulait des yeux terrorisés, et quand Val le lâcha, il tituba jusqu’au coin de la salle, se blotissant entre sa bouteille et une chaise branlante. C’est seulement après cela que le charr retourna au comptoir, redressant au passage son tabouret. Il repoussa la chope de bière d’un air déçu, et fixa les boiseries rapées du bar, perdu dans ses pensées.
C’est alors qu’un grand éclat de rire retentit…
Dane s’esclaffa franchement devant l’attitude apeurée de l’aubergiste, et clama, quelque peu emporté par l’eau de vie :
- Si tu veux de la vraie bière, il te faudra aller par chez nous à Hoelbrak ! Le houblon des Contreforts est bien meilleur ! Les brasseurs aussi, d’ailleurs !
Val observa d’un air amusé le norn qui semblait allègrement prendre son parti, et, mû par une brusque impulsion, se leva et alla s’appuyer précautionneusement contre sa table.
- Je ne nierai pas que la bière des Cimefroides est excellente. C’est bien dommage que je n’en ai pas sous la main… Ce soir, je n’ai pas le cœur à m’enivrer d’un mauvais alcool.
- Je crois que nous nous comprenons, le charr ! Attends voir, je vais te commander de quoi t’enflammer le gosier ! Le premier par terre a perdu !
- Très bien, répliqua Val avec un sourire en coin. Je pourrai donc bientôt savourer ma victoire.
- Hahaha ! J’aime quand on parle comme ça, mais il ne sera pas dit qu’un gros chat l’emporte sur mon domaine favori !
Dane était bien parti pour ingurgiter plusieurs litres de tord-boyaux divers et variés, mais un nouveau trouble-fête fit brusquement son entrée…
- Messieurs et… Messieurs, bonsoir ! Un tour, un défi, qui oserait se mesurer au grand Logan Lakeway, entourloupeur et prestidigitateur… A votre service et pour votre malheur !
Dane, Val et tous les occupants de la taverne observèrent d’un œil surpris le jeune homme exubérant et haut, très haut en couleur, qui venait à l’instant de déferler dans la minuscule salle. Svelte, la taille étroite, il était vêtu d’une chemise blanche aux manches retroussées, le col relevé, lacé de cuir marron. Ses mains et ses avant-bras étaient enroulés dans un tissu rouge un peu lâche, qui se coinçait autour du pouce et de la paume. Il portait un pantalon jaune, ample, rentré à mi-mollets dans des bottes de cuir. Ses cheveux châtains, courts et batailleurs, laissaient apparents ses traits fins… Et maquillés. Un trait noir surlignait ses paupières, se propageait en délicats volutes agrémentés d’ocre vers ses sourcils, relevant le vert pur, légèrement foncé, de ses yeux. Les arabesques couraient aussi le long de sa tempe droite, formant une griffe abstraite. Son teint, sans être livide, était assez pâle, faisant toujours plus ressortir la délicate œuvre. Et, au milieu de tout cela, un sourire amusé, légèrement provocateur.
Logan s’approcha du couple étrange que formaient le norn et le charr, et fléchissant les genoux, il appuya ses coudes sur le dossier de la chaise, son menton reposant sur ses mains croisées.
- Allons, messieurs, vous me semblez de biens valeureux guerriers. Aussi, l’un de vous aura bien le courage de défier un jeune chenapan tel que moi… Non ?
- Je relève le défi, gamin ! Et je parie une pièce d’argent que je te bats sans problème !
Sous les yeux surpris de Val, son compagnon de beuverie fouilla un moment dans sa bourse, jusqu’à trouver un sou d’argent plutôt vieilli. Il le fit sauter un instant dans son poing, puis le posa avec vacarme sur la table. Logan sourit, se releva, sortit trois gobelets et une noix de sa sacoche, et les plaça posément sur le vieux bois qui tremblait encore. Ce faisant, il y a ajouta aussi une pièce d’argent.
- Pari relevé, norn ! Très bien. Je suppose que tu connais les règles du jeu…
- Bien entendu, jeunot ! A la bonne heure, me voilà sur d’empocher ta pièce !
Le charr leva un sourcil, puis se tourna vers l’amuseur d’un air menaçant. Il se méfiait toujours de ces habiles personnages, doués pour la gouaille et la tromperie.
- Ecoute bien, le gosse… Si tu oses tricher, je n’hésiterai pas à m’amuser avec tes charmantes petites oreilles.
- Flatté que vous les trouviez charmantes, messire ! La tricherie est tout un art en soi, mais ce soir, seul mon talent, si vous le permettez, sera de mise. Je m’en voudrai de fâcher de tels gentilhommes.
Dane rit devant la mine sévère de Val, puis fixa le Logan dans les yeux. Ce-dernier plaça ostensiblement la noix sous le gobelet de gauche, et tout en fixant le Charr, commença lentement la rotation des verres. Soudain, il se tendit, et accéléra brusquement le rythme, ses mains dansant autour des récipients. Après une quinzaine de secondes de ce traitement intensif, il s’arrêta brusquement, et attendit, les bras croisés. Le norn, quant à lui, fixait d’un air pénétré les trois gobelets. Val releva un sourcil amusé, et finalement arrêta son choix sur celui de droite. Parfois, deux paires d’oreilles valaient mieux d’une paire d’yeux. Dane tendit soudain la main vers le gobelet de gauche… Vide. Le charr dévoila ses dents, et saisit délicatement celui de droite entre ses griffes. La noix était bien là, immobile, la coque ravinée. Logan lui jeta soudain un regard interloqué, le fixant dans les yeux.
-Comment ?
- Tout est dans les oreilles, gamin.
- Très bien… Aubergiste, trois verres de cognac, et du bon je t’en prie !
Ce faisant, il recula une chaise et s’attabla avec les deux compères.
avatar
Hysta
FusRohDah!

Messages : 1567
Date d'inscription : 03/10/2012
Age : 20
Localisation : Un piaf se fait griller les ailes !
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum