Background de Keneth Stark

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Background de Keneth Stark

Message par Adhémar le Mar 9 Avr 2013 - 0:17

Une nuit sans lune. Une forêt si sombre, si ancienne, si sauvage. Une obscurité que rien ne semblait pouvoir venir troubler…

Et pourtant… Sous l’œil étonné d’un hibou, une silhouette s’avançait entre les enchevêtrements de branches. Sa démarche était pénible, appuyé sur son épée, l’homme s’avançait le regard fixé droit devant lui. Son autre main plaquée contre sa poitrine, cachant à demi une large entaille dégoulinant de sang. Tellement de sang…

Le hibou, pas dupe, savait ce que cette présence impliquait. Il déploya large ses ailes et s’envola.

L’homme lui, s’arrêta dans une petite clairière. Adossé contre un tronc d’arbre il entreprit tant bien que mal de se défaire de sa cotte de maille devenue inutile. Les bruits qu’il émettait, peu soucieux d’être entendu, semblaient se répercuter à des lieues à la ronde. Peu lui importait. Que risquait-il de plus ? Il avait déjà tout perdu.

Le hibou, intrigué, se mis à faire de grands cercles autour de la clairière, bien à l’abri dans le ciel.

La cotte de maille tomba sur le sol, le cliquetis métallique quelque peu étouffé par le lit de feuilles mortes. La plaie était profonde, l’homme estima à quelques minutes, une dizaine tout au plus le temps qu’il lui restait. Mais peu lui importait. Mourir ici n’était pas un problème pour lui. Après tout il était déjà mort, dans cette clairière un peu plus loin, avec tous ses compagnons.

Le hibou voyait cette clairière au loin. Il en émanait une sensation de froid, de mort.

L’humain s’écroula en larme. Pourquoi ? Pourquoi pleurait-il ainsi ? Pourquoi perdait-il ses moyens à cet instant précis ? Était-ce la peur de mourir ? Ses compagnons auraient si honte de lui ! Il les avait menés à la mort, il était responsable de ce carnage ! Il ne pouvait, non, il ne devait pas flancher ici ! Une seule chose à faire, une unique chose, pour venger ce massacre. En serait-il seulement capable ? Il le fallait. Se reprenant, il se releva, non sans peine. Il s’avança au centre de cette clairière, à ses pieds gisait son épée, luisant faiblement. Elle serait sa dernière compagne. Elle serait l’instrument de sa folie vengeresse…

Le hibou regardait toujours la scène quand son regard fut attiré par autre chose, à l’orée du bois. Il ne voyait pas précisément de quoi il s’agissait, mais il y avait du mouvement dans les fourrés. La cime même des arbres se déplaçait de gauche à droite, et ces bruits… Ces grognements, ces bruit de pas lourd… Il ne pouvait s’agir que d’une chose. Une horde d’Ettins. Mais que faisait cet idiot d’humain ? Pourquoi ne fuyait-il pas ?

L’homme s’était saisi de son épée, il entendait la forêt s’agiter. La mort s’approchait. Il n’avait plus peur maintenant, son destin était tracé, seule comptait son unique mission et tant pis s’il finissait dans l’estomac d’un Ettin, il en emporterait le plus possible avec lui…

« Décidément cet humain est idiot » pensa le hibou. Il est encerclé, trop tard pour fuir désormais… Le volatile connaissait déjà l’issue de cette triste affaire et décida d’aller voleter ailleurs. Il avait vu trop de sang pour cette nuit.

La horde était là, à l’orée de la clairière. L’homme ne voyait pas les bêtes mais il entendait leur souffle, il sentait leur haleine fétide, il ressentait leur envie de tuer. Il se mit à sourire, c’était là exactement ce que Serbher disait toujours : « Une mort honorable pour les braves ». Il allait exaucer son vœu. Soudain l’homme se mit à hurler, un cri jaillissant du plus profond de ses entrailles, un cri de haine et de tristesse à la fois.

Le hibou n’avait jamais entendu pareille complainte. Il tourna la tête en un dernier regard pour cet humain si stupide.

- Je suis Keneth Stark ! Capitaine de la Compagnie du Cygne Iridescent ! Capitaine… Vengeur de ceux qui vous avez massacrés !

Pas un son à l’orée de la forêt. Etrangement, les Ettins ne bougeaient pas, qu’attendaient-ils ?

- Venez monstres ! Dix d’entre vous mourront pour tous ceux que vous avez assassinés !

Il brandit son épée devant lui, attendant la charge qui ne venait pas. Puis soudain un rire dans le noir, une voix désincarnée :

- Tuez-le.

L’apocalypse. C’était le seul mot qui pouvait venir à l’esprit de l’homme. Une meute chargeant dans sa direction, une horde de monstre verdâtres, la bave aux lèvres, les yeux pleins de rage. Tout autour de lui, des masses, des gourdins, des griffes, des crocs étaient brandis.

Le hibou ne regardait pas. Il était déjà loin du tumulte quand les premiers chocs se firent entendre. Un cliquetis de métal, des râles d’agonies, des bruits de chute.

Keneth tranchait, plantait, lacérait, perçait, cognait, frappait… Sa rage semblait sans limite, sa folie meurtrière l’avait mis dans une transe destructrice, les Ettins tombaient les uns après les autres, des têtes roulaient aux pieds du capitaine, des membres volaient et rien ne semblait pouvoir stopper cet humain. Ses membres lui faisaient mal, ses muscles semblaient sur le poing d’exploser. Il avait le souffle court, sa plaie lui causant d’atroces douleurs… Il tuait, encore et toujours, si bien que la horde d’Ettins s’éclaircit peu à peu. Il marchait dans une marre de sang, il était gêné par les cadavres, jamais il ne s’était battu ainsi, jamais il n’aurait cru pouvoir pousser son corps dans de tels retranchements. Mais il le savait, la fin allait venir. Déjà sa vision se troublait, son cœur ne palpitait plus de manière régulière, sa respiration saccadée ne suffisait plus à approvisionner son corps en oxygène. Ses membres tremblaient, ses coups devenaient de moins en moins précis à mesure que le temps passait, ses estocades manquaient de puissance.

Un genou à terre, entouré de quelques Ettins qu’il n’était parvenu à éliminer, il tentait de se relever mais un coup de pied vient le projeter au sol. Keneth Stark, dernier de sa lignée allait mourir comme le premier, son illustre aïeul, Kane Stark, au combat, face à des ennemis plus nombreux et plus forts. Il rejoindrait peut-être ses ancêtres en esprits, et il l’espérait, ses compagnons. Il regrettait seulement de n’avoir pu tuer tout leurs assassins. Déjà la lame de leur chef se levait dans les airs, dans quelques instants elle s’abattrait…

Le hibou le voyait, plus loin, en contrebas, son maître avait fait vite. Le norn courait le plus vite qu’il pouvait. Pourquoi ces idiots ne l’avaient pas attendu pour partir à la rencontre de ce contact si mystérieux ? Pourquoi ces gringalets n’avaient pas attendu le plus fort d’entre eux, leur protecteur ? Lui, Serbher qui leur avait juré de donner sa vie pour leurs idéaux. A quoi bon faire cette promesse s’ils se comportaient comme des idiots ? Tiens mais n’était-ce pas son hibou Ulgride qui arrivait à tire d’aile ?

- Attendez. Finalement je veux le tuer moi-même…

Keneth vit la hache s’éloigner et un bruit de cape froissant le sol s’approcha.

- Ainsi, c’est ainsi que va finir le dernier des Stark ? Quelle ironie… Cent ans jour pour jour après avoir causé la mort de votre aïeul, je vais détruire le dernier de son infâme lignée… Kane Stark… Keneth Stark… Vous êtes si ressemblant. Mon plaisir n’en sera que plus grand. Saluez-le de ma part aux enfers. Zerthur vous salue insignifiant insecte.

Le visage pâle, presque translucide s’approcha de celui de Keneth et il senti une dague glisser le long de sa gorge. Un liquide chaud s’en écoulait… Sa vision se troubla, puis devint noire, les bruits ambiants s’étouffèrent, un dernier rire machiavélique retentit puis, étrangement, un cri de rage.

- PAR L’OURS !

De la lumière ? Certainement le fameux tunnel… Tiens, il n’avançait pas vers la lumière, il reculait… Hein ? Des bruits ? Et… Cette chaleur ?

- Alors tafiole de Stark ! C’est pas bientôt fini ta grasse mat’ ! V’là d’la bonne bière, bois ça cul sec et tu seras sur pied en un rien de temps !


Dernière édition par Keneth Stark le Dim 14 Avr 2013 - 13:29, édité 2 fois
avatar
Adhémar
This is... SPARTAAAA !!!
This is... SPARTAAAA !!!

Messages : 343
Date d'inscription : 07/04/2013
Age : 28
Localisation : Basse Normandie
Masculin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Background de Keneth Stark

Message par Adhémar le Dim 14 Avr 2013 - 3:54

- Hey ! Oh ! Te rendors pas bougre de paysan ! Me r’fait pas c’coup là ou j’t’assome pour de bon !

Keneth Stark, dernier des Stark, héritier de cette lignée si particulière, détenteur des derniers secrets de son aïeul, le mystérieux Kane Stark.

Serbher Pansedefer, Norn du clan Martelfer, mentor et ami du dernier des Stark. Aussi habile à l’épée qu’à la chopine.

Deux caractères. Deux hommes si particuliers et si différents. Et pourtant, chacun d’eux était si heureux de voir l’autre en cet instant, chacun d’eux se rendait compte que tout n’était pas perdu, qu’ils avaient encore quelque chose à quoi se raccrocher. Ils se regardaient droit dans les yeux, chacun saisissant, en cet instant, l’essence des pensées du second. Ce fut Serbher qui prit la parole le premier.

- Eh beh… Bougre de parbleu ! On peut dire que tu m’en auras fait des belles toi ! Espèce de cornichon sur pattes ! Mais j’suis bien content de t’revoir en vie gamin !

Keneth regardait dans le vide, il ne parvenait à fixer le fil de ses pensées que sur une seule chose :

- Zerthur…
- Boup ! Ce vieux bonhomme ? J’suis bien désolé p’tit mais il m’a filé entre les pattes.
- Je vois…
- Allons bonhomme, c’est pas le moment pour parler de ça. Prend ça et repose-toi.


Tandis que Serbher lui tendait un verre empli d’un remède quelconque, Keneth le stoppa tout net :

- Je n’ai pas le temps pour ça Serbher. Je dois tuer quelqu’un.
- Par l’Ourse, tu va boire ça et cesser de bouger ! Quand crois-tu que nous sommes ? Ca fait trois mois que t’es inconscient ! Les guérisseurs ont du rivaliser d’ingéniosité pour te maintenir en vie ! Alors va pas tout gâcher et repose toi !


Trois mois… Trois mois que ses compagnons étaient morts… Trois mois depuis cette funeste nuit… Keneth ne parvenait pas à réaliser, toute sa compagnie anéantie. De tous ceux qui l’avaient servit autrefois, de tous ceux avec qui il avait combattu, aucun n’était encore là aujourd’hui. Il ne restait plus que Serbher et lui. Tout cela à cause de son inconscience… Il n’était pas digne d’être un Stark, encore moins d’avoir été leur capitaine…

- Je vais le tuer. Je ne suis plus capitaine de la compagnie du Cygne Iridescent. Je ne suis même plus Keneth Stark. Je ne suis que fureur et violence. Plus que haine et vengeance.

Serbher l’avait vu. Ce jour là, la lueur dans le regard du gamin venait de s’éteindre. Le Keneth Stark joyeux et insouciant qu’il avait connu venait de disparaitre sous ses yeux impuissants.

*****

La pluie tombait. Le tonnerre grondait et la foudre venait de s’abattre sur la cime d’un arbre dans la forêt voisine. Dans un fracas épouvantable, l’arbre s’écroula en emportant certainement d’autres dans sa chute. Le vent soufflait si fort qu’il avait emporté les étendards du fort. Par ce temps, personne n’aurait osé mettre le nez dehors et pourtant…

Au milieu de la cour, juste au centre de la place d’arme, une silhouette s’agitait. Faisant virevolter sons épée dans tout les sens, mettant toute sa force contre un ennemi imaginaire, dans une gestuelle si emplie de grâce que l’on n’aurait jamais imaginé que ces gestes soient ceux d’un art destiné à donner la mort. Habillé d’une simple tunique et d’un pantalon, le corps ruisselant d’eau de pluie, Keneth Stark se tenait là, à mettre toutes ses forces dans un entrainement destiné à un seul but, un seul et unique but, celui de mettre à mort ce monstre, ce Zerthur.

Au premier étage du fort, Serbher observait son ami par la fenêtre. Le visage blême, il n’arrivait à réaliser que tout ce qu’ils avaient construit était mort dans cette clairière. Il en voulait à Keneth, il lui en voulait tellement d’avoir couru un risque pareil cette nuit là. Mais par-dessus tout, il s’en voulait à lui-même de ne pas être arrivé plus tôt. Il éprouvait un tel remord, un tel sentiment de culpabilité, il aurait donné jusqu’à sa vie pour revenir en arrière… Mais cela n’était pas possible et il devait faire bonne figure devant le gamin, coûte que coûte, malgré sa colère. Il savait que Keneth était effondré, il savait que s’il laissait éclater son courroux, le petit ne s’en remettrait probablement pas. Et il avait une mission, une mission qu’il ne pouvait pas gâcher.

Pour l’instant, le gamin ruminait sa vengeance, il mettait toute sa haine dans sa quête de revanche. Pour l’instant… Mais que ce passera-t-il quand il aura assouvit cette pulsion meurtrière ? Que lui restera-t-il ? Il n’aura alors plus rien ! Et c’est à Serbher qu’il revenait d’éviter ça. Lui, son mentor, lui à qui on avait confié ce gosse à sa naissance. Avec les années ce jeune humain était devenu pratiquement un fils…
Un petit claquement retentit à la fenêtre voisine. C’était Ulgride qui revenait de sa mission. Allant lui ouvrir, Serbher remarqua que Keneth n’était plus au milieu de la cour. Le cherchant du regard, il le vit, sous le parapet du mur d’enceinte, prostré.

*****

- Gamin ! Keneth ! Monte un peu ici, j’ai du nouveau !

Quelques instants plus tard, Keneth était sur le seuil de la porte, le corps dégoulinant d’un mélange d’eau et de sueur, le regard fixe, déterminé. Il s’exprimait maintenant d’une voix froide, sèche et dure :

- Du nouveau ?

C’était ainsi désormais, il allait droit au but, s’épargnait les fioritures. Tout son être orienté dans une seule direction, son corps maintenant forgé dans un seul but, il semblait avoir renoncé à tout ce qui faisait de lui Keneth Stark.

- Ouai mon gars. Ulgride vient de me rapporter ça.

Tout en parlant il tendait un bout de parchemin.

- Zerthur. Un ami m’envoit des informations, ce Zerthur aurait bien un rapport quelconque avec les Stark. Il correspond à la description qu’on a fait de l’homme qui à assassiné Kane Stark.

Toujours aussi stoïque, Keneth lui parla sans même le regarder :

- Je sais tout ça.

Le vieux Norn eut un mouvement de surprise, puis s’exclama :

- Et tu comptais me le dire quand ?
- Jamais. Vous n’êtes pas un Stark. Cela ne vous concerne plus. Donnez ce parchemin.


Sur ces mots il se retourna et s’enfonça dans l’obscurité du manoir, laissant son ancien mentor dans une profonde tristesse. Il n’en avait cure, pourquoi s’encombrer de proches quand leur disparition pouvait vous causer tant de douleur ? Ses proches, ses serviteurs, ce fort et ses souvenirs. Tout ça devait disparaître, tout ça allait disparaître. Il n’était plus qu’une lame destiné à percer le cœur de ce Zerthur.

Le lendemain, au coucher du soleil, il mettait le feu au fort de la Compagnie. Et dans les flammes, il voyait s’envoler ses dernières inhibitions, il se sentait enfin prêt.

Serbher, au loin, voyait l’héritage des Stark partir en fumée. Il avait vu grandir le dernier d’entre eux, il l’avait élevé, il lui avait appris tout ce qu’il savait et l’avait secouru alors au seuil de la mort, et en quelques semaines il l’avait vu changer. Il avait vu la haine prendre le dessus, il avait compris alors qu’il avait échoué. Jamais Norn n’avait ressenti une telle tristesse…

*****

Le Promontoire Divin.

La plus belle citadelle que les Hommes n’aient jamais construit. Au pied de ses murs, Keneth doutait qu’elle puisse être conquise un jour. Mais, si Zerthur était entre ses murs, alors il la raserait s’il le fallait, dut-il y passer plusieurs vies. Alors qu’il passait la grande porte, il se rendit compte de l’immensité de ce bâtiment et de la sensation de sécurité qu’y ressentaient ses habitants.

La main sur le pommeau de son épée, il s’avançait lestement parmi la foule. Il se pourrait qu’un homme, ici, sache quelque chose sur Zerthur. Il trouverait cet homme et le ferait parler, quoi qu’il faille faire pour cela. Ce n’est qu’une heure plus tard qu’il atteignit le lieu recherché, une piteuse taverne au fond d’un quartier miteux.

Le tenancier était un homme d’âge mur, bedonnant, le visage rouge, une barbe de plusieurs jours. Il essuyait des verres avec un chiffon crasseux, le regardant en coin. Keneth, assis à une table proche, le regardait fixement, ne cachant pas son hostilité. Quand il se leva, laissant la chaise chuter au sol derrière lui, le tenancier ressentit la haine émaner de ce jeune homme. Tremblotant, le vieux barbu pris la parole :

- Je… Je suppose que vous êtes S-Ser St-Stark ?
- Vous supposez bien.
- Voilà… Ce que j’ai pour Se-Serbher…


Il fit glisser un carré de parchemin plié sur le comptoir et descendit en trombe dans la réserve. L’air circonspect, Keneth lu le document puis, avec un sourire carnassier, le jeta dans la cheminée. Il avait localisé sa proie.
avatar
Adhémar
This is... SPARTAAAA !!!
This is... SPARTAAAA !!!

Messages : 343
Date d'inscription : 07/04/2013
Age : 28
Localisation : Basse Normandie
Masculin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Background de Keneth Stark

Message par Adhémar le Dim 14 Avr 2013 - 13:29

Un ciel magnifique. Sans nuages. Un soleil dont les rayons baignaient le monde dans une douce chaleur. Son armure étincelait, brillante de milles feux mais le guerrier en dedans était désormais l’incarnation de la haine. Devant lui, une ouverture dans la paroi rocheuse de la montagne, un gouffre obscur qui semblait avaler la lumière elle-même. Il n’avait pas peur. Depuis de nombreux mois maintenant il se préparait à cet instant, son ultime but. Il tira son épée de son fourreau et s’avança lentement. Sur son plastron resplendissait le Cygne, symbole de sa compagnie. C’était en son nom qu’il allait donner la mort. Il ne s’agissait plus de justice mais bien de vengeance. Depuis plusieurs semaines qu’il cherchait ce lieu et enfin, à portée de main, il était là. Il n’avait qu’à serrer le point pour écraser cet homme. Lentement, un pied devant l’autre, un pas après l’autre, il s’avançait dans l’obscurité de cette grotte.

Cette odeur… Une infâme fragrance… Des Ettins. Il souriait, cela ne pouvait lui faire plus de plaisir. Peu à peu, il disparu dans l’obscurité.

Le hibou survolait la zone depuis quelques minutes quand il fondit en piqué vers le sol. Une autre personne était là, attendant dans l’obscurité des arbres. Engoncé dans une armure d’acier, une lourde hache à la main, il attendait. Lui aussi avait une vengeance à assouvir.

Au plus profond de la grotte, une silhouette frêle était prosternée devant un vieillard à la peau si pâle qu’elle en était presque translucide. Zerthur riait à gorge déployée. Tout fonctionnait à la perfection.

Dans la taverne miteuse du Promontoire Divin, le vieux tenancier barbu gisait sur le sol de son établissement, la pense percée de nombreux trous.

Keneth n’avait encore rencontré aucune résistance. Et pourtant il devinait que là, quelque part, le danger menaçait. Tout cela était trop facile. Il entendit bientôt une voix, sans comprendre ce qu’elle disait, il entendait les échos du murmure se répercuter dans les galeries. Instinctivement, il se dirigea vers la source de ces bruits.

- Elinne. Lève-toi mon enfant.
- Oui maître.


La frêle silhouette se releva, une jeune femme aux cheveux auburn, les yeux verts, le teint pâle et la silhouette gracieuse. Elle avait le regard vide et pas une once de chaleur n’émanait de sa peau. Elle n’était qu’un outil pour le Nécroman.

- Elinne. L’heure approche. Ceux qui t’ont abandonné. Ceux qui ont tué tes parents. Et ceux qui veulent du mal à ton cher maître son en chemin. Es-tu prête à accomplir ton devoir ?
- Oui maître.
- Alors prépare-toi mon enfant.


Répondant à cet ordre par un simple hochement de tête, Elinne saisit ses dagues et partit se fondre dans l’obscurité. Zerthur, son baton à la main, s’avança au centre de la caverne. Il était temps d’accueillir ses invités. Il frappa le sol et quelques Ettins sortirent des galeries adjacentes.

- Approche Keneth Stark dernier de ton infâme lignée.

Comme répondant à sa demande, une silhouette enchassée dans une armure d’argent et d’or sorti d’une des galeries, face au Nécroman. Sous son casque, son regard trahissait une tempête intérieure. Ses membres tremblaient mais il lui fallait les maitriser. Son corps lui dictait de se jeter sur ce tueur et ses sbires mais son cœur voulait savoir.

- Ainsi nous nous retrouvons Zerthur.

Il était clair que Zerthur ne s’attendait pas à une telle attitude. Il avait opté pour un combat instantané, il sentait ses sbires s’agiter. Il ne les tiendrait plus sous influence très longtemps… Mais il prit la parole, la voix presque chantante :

- J’en suis très heureux Stark. Tu es courageux. Et aussi très idiot. Sais-tu que c’est la mort qui t’attend ici ?
- Quelques peaux vertes ne m’effraient pas vieil homme. Vous n’avez plus devant vous l’enfant que j’étais jadis.
- Oh… Je n’en doute pas… Mais dans ce cas, pourquoi ne pas attaquer ? Je sens ta rage suinter de ton être, tu en meurs d’envie. Alors qu’attends-tu ?
- Je… Je veux savoir pourquoi ?
- Pourquoi ?


Sur ces mots, le Nécroman se mit à rire. Un rire machiavélique, un rire cruel, dénué d’humanité. Son corps tremblait, gesticulait dans tout les sens, la démence émanait de son corps. Lorsqu’il cessa enfin de rire, ses cheveux translucides lui masquaient le visage mais son ton n’avait plus rien de chantant :

- Puisque la mort t’attend au bout du chemin je consens.
- Faites vite vieillard, car je ne retiendrais pas mon bras éternellement…
- La fougue, non, l’assurance de la jeunesse… Ha… Ton aïeul, Kane Stark, était fait de la même trempe que toi. Un jeune noblion arrogant et sur de lui. Où il allait il répandait la « justice », une justice qui n’avait de justice que le nom… Il prétendait défendre son fief contre les incursions des bandits et des centaures, il prétendait combattre les ombres et les revenants… Fis ! Il ne faisait que laisser abattre sa légendaire colère sur ceux qui se trouvaient face à lui ! Partout ! Partout il voyait des bandits, des espions, des possédés ! Nombreux sont ceux a qui la vie fut orée par son épée…


Il s’arrêta un moment et lança un regard de mépris à l’épée que tenait Keneth.

- C’est cette même épée que tu tiens… Le même visage. La même attitude. La même soif de sang ! Et puisque ton aïeul détruisit tout ce que je possédais jadis alors je sombrais dans les ténèbres et mit tout en œuvre pour le détruire lui et sa lignée… Et j’y suis parvenu.

Un rictus sadique sur les lèvres, il regarda droit dans les yeux le jeune Stark :

- Quel plaisir je pris à tuer tout tes ancêtres ! C’est ma foi en le royaume des morts qui me maintint en vie pour accomplir mon dessein… Chacun d’entre eux fut tué de ma main sauf ta mère… Tu savais que tes parents avaient été tués lors d’un voyage au Promontoire n’est-ce pas ? Mais… En vérité, ce n’est pas tout à fait ça…

Ne tenant plus, Keneth fis un pas en avant, le corps tremblant de rage. Ne maîtrisant même plus ses mouvements. Les Ettins formèrent un mur devant leur maître et l’un d’entre eux, cédant à la soif de carnage se jeta sur le jeune guerrier.

D’un mouvement d’une rapidité presque surhumaine, Keneth esquiva la charge d’un pas sur le coté et trancha la bête sur le flanc qui s’écroula de douleur. Un rictus méprisant éclaira le visage du guerrier, il leva son épée et la ficha dans l’œil du monstre.

- Un de moins vieillard.

Un mouvement de main agacé du Nécroman fit s’écarter les Ettins :

- Tu n’auras pas tant de chance la prochaine fois… Je ne nie pas que tu sois puissant. Tout les Stark le sont. Mais tu ne pourras tenir tête à mes esclaves cette fois. Tout comme ta mère, tu succomberas…
- Ma… Mère… ?
- Oh oui… Si j’ai bien tué ton père lors de ce voyage, j’ai gardé ta mère avec moi. Je l’ai maintenue en vie juste assez longtemps pour procréer et obtenir un enfant qui serait l’ultime outil de ma vengeance… Après quoi… Et bien elle se montra utile pour nourrir mes Ettins…


Le néant. Son esprit était vide de pensées. Il ne comprenait pas. Il ne voulait plus rien entendre. Keneth ne contrôlait plus du tout ses mouvements, il venait de se jeter en avant. Comme possédé il avait hurlé toute sa haine et dans un fracas épouvantable avait balayé en un instant les quelques Ettins qui se tenaient devant lui. Mais déjà tout autour, de multiples créatures mortes vivantes sortaient des galeries, des parois et parfois même du sol. Une multitude de créature venaient de refermer la nasse. Il était piégé.

Ce bruit ! Cette voix ! La haute silhouette se leva et s’élança, quelque peu gênée par son armure et sa lourde francisque. Il allait pénétrer dans la caverne quand un énorme Ettin apparu devant lui. La créature était gigantesque. Ses deux têtes, aux yeux injectés de sang et la bave dégoulinant entre les crocs acérés.

- Tfeuh ! Tu ne m’empêchera pas de rejoindre mon ami… Mon fils !

La charge d’un guerrier Norn est toujours quelque chose de spectaculaire, une puissance destructrice que presque rien au monde ne peut arrêter. Pourtant, cette fois-ci, le Norn fut balayé comme un fétu de paille. Il lui faudrait se surpasser pour aller aider le jeune Stark.
avatar
Adhémar
This is... SPARTAAAA !!!
This is... SPARTAAAA !!!

Messages : 343
Date d'inscription : 07/04/2013
Age : 28
Localisation : Basse Normandie
Masculin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Background de Keneth Stark

Message par Adhémar le Dim 14 Avr 2013 - 21:42

Le Chef Ettin balayait l’air avec sa lourde massue. Le Norn luttait tant bien que mal contre cette gigantesque créature. Il souffrait, jamais il n’avait eut à combattre une créature de cette puissance et il ne doutait pas qu’il y ait eu là quelque intervention surnaturelle. Fort heureusement, il pouvait compter sur ses longues années d’expérience et sur la résistance légendaire des Norns. Chaque coup reçu était rendu, il faisait virevolter sa francisque comme jamais il n’avait eu à le faire, jamais il n’avait eu une armure si abîmée lors d’un combat. Il n’arrivait pas à le terrasser, et cela l’enrageait, il le savait, un peu plus loin Keneth était en difficulté. Il fallait à tout prix éliminer ce monstre…

Une nouvelle fois repoussé comme un fétu de paille et dans un hurlement de rage, s’élança de nouveau. Cette fois-ci son lourd bigot vint se planter dans la cuisse du monstre qui gémit de douleur. D’un revers de sa massue il frappa le Norn de toutes ses forces…

Dans la caverne, Keneth avait fort à faire. Il y avait là plusieurs dizaines de créatures, il allait bientôt être débordé et, déjà, ses bras lui faisaient mal, une douleur lancinante qui, peu à peu, entamait la puissance et la précision de ses coups. Pour autant son courroux ne semblait connaitre aucunes limites, il était en larmes, sa vision presque totalement troublé, il frappait dans le vide, il taillait dans la masse.

Sa lignée… Ses parents… Ses compagnons… Il ne s’agissait plus de seulement venger ses hommes, pas même de venger ses aïeux ou ses parents, par-dessus tout, par-dessus tout il voulait tuer. Tuer celui qui avait ainsi utilisé sa mère. Sa mère. Il en avait encore quelques souvenirs, c’est son visage qu’il voyait le soir avant de s’endormir, c’est sa présence qu’il sentait à ses cotés tout les jours, à chaque instant. Et, alors qu’il se battait comme jamais auparavant, c’est son soutient qu’il ressentait, c’est elle qui lui permettait de tenir encore debout, il n’en doutait pas une seconde.

Mais cela ne suffirait pas. Il était à bout de souffle. Son cœur tambourinait dans sa poitrine comme s’il voulait en sortir, ici et là son corps se couvrait de blessures, contrairement à lui, les morts ne se fatiguaient pas, il ne parvenait même pas éclaircir leurs rangs…

Le Norn se releva, le visage complètement bosselé et tuméfié, il jetait son casque à terre. Le monstre se ruait sur lui, de toute la force que ses jambes le lui permettaient. Serbher savait quoi faire, il attendait. Il attendait le moment propice. Bientôt… Il commença à prendre de l’élan, peu à peu il gagna en vitesse et, juste avant l’impact, roula entre les jambes de l’Ettin, qui allait s’écraser contre la paroi rocheuse. Faisant volte-face en un éclair, le vieux Norn profita que le monstre chancelle pour lui asséner un puissant coup de hache…

A genou, appuyé sur son épée, sous le regard méprisant de Zerthur, Keneth attendait venir la mort. Il sentait les morts resserrer les rangs, leurs bras décharnés tendus dans sa direction, il sentait leur odeur de pourriture s’approcher de sa gorge…

- STAAAAAAAAARK !

Un puissant rugissement. Serbher se tenait à l’entrée de la galerie, il leva une gigantesque tête tranchée et la jeta aux pieds de Zerthur. Puis, sans crier gare, il chargea le groupe de morts-vivants…

Les Norns, en la matière, son de vrais expert et il n’eut aucune peine à éliminer les quelques survivants. Alors il s’approcha de son ami et l’aida à se relever.

- Keneth. C’est à toi qu’il revient de faire le choix. Tu peux le tuer ou bi…

Un bruit effroyable se fit entendre et Keneth vit avec horreur une lame dépasser en deux plaque de l’armure du Norn. Le visage de Serbher marquait encore son expression de surprise quand il s’écroula au sol, face contre terre.

- Serbheeeer !

Un rire cristallin retentit dans la caverne et une jeune femme sortit de l’ombre. Elle était belle mais étrangement, semblait familière à Keneth. Elle affichait un sourire satisfait, son regard braqué sur Keneth.

- Espèce de…

Quoi qu’il choisisse, quoi qu’il fasse, le destin se montrait toujours aussi cruel envers le jeune Keneth. A bout de force, incapable même de pleurer, le guerrier se laissa glisser au sol, il n’y arrivait plus… Il était plus simple pour lui de mourir maintenant. Il fallait mettre un terme à cette tragédie. En voulant épargner son ami, il n’avait fait que le précipiter à la mort. Il avait tout faux, toujours tout faux. Trop orgueilleux pour écouter les conseils des autres, trop fier pour accepter de l’aide, trop vaniteux pour croire vaincre un homme qui avait éradiqué sa lignée… Il était anéanti, son âme était brisée et jusque à coté de lui, Zerthur savourait sa victoire. Il riait doucement de ce spectacle pitoyable, il s’avança et s’accroupit devant Keneth qui ne semblait pas le voir. Alors il lui murmura à l’oreille :

- C’est ta sœur… Plutôt ta demi-sœur qui va mettre fin à tes jours !

Et sur ces mots, il intima l’ordre, d’un signe de tête à Elinne, de finir le travail. Toujours souriante, elle s’approcha de lui et leva sa dague. Keneth voyait son visage, et il comprit, elle ressemblait tant à sa propre mère. Alors la boucle serait bouclée. Bien, qu’enfin tout cela soit terminé.

La dague fendit l’air et se planta dans son corps. Le sang ruisselait à grosses goutte sur son plumage. Ulgride le regardait avec ses grands yeux inexpressifs, la peur traversa son regard qui se figea.

Les Stark. Ses parents. Ses soldats. Son ami et maintenant Ulgride. Elle lui avait offert un répit mais pourquoi faire ? Il était à bout de force. Le pauvre animal lui avait offert sa vie pour rien. Elle gisait dans ses bras, elle même s’était dressée entre le danger et lui. Une fois de plus, une fois de plus quelqu’un avait donné sa vie pour lui. Il fallait que cela cesse… Il fallait… Il fallait…

Son corps s’était mis à trembler, sans comprendre pourquoi ni comment, ses jambes bougèrent d’elles mêmes. Une sorte d’aura bleutée, nimbée de flammes bleues émanait de lui, sans le brûler, il sentait… Il ne savait décrire ce qui lui arrivait, peu à peu il se redressait, ses blessures avaient cessé de saigner, ses forces revenaient peu à peu, sa fatigue s’estompait. Il sentait une présence à ses cotés, il n’était pas seul… Puis il comprit. Lui qui avait toujours dédié sa vie à Baltazhar, lui le guerrier sans peur, il avait enfin saisi l’essence de sa destinée. Etait-ce Dwayna ou sa simple puissance qui se manifestait ? Il ne le savait pas mais, c’est ce jour là qu’il devint un Gardien.

Zerthur était bouche bée, il ne s’attendait pas à une telle chose et avant qu’il ait eu le temps de faire quoi que ce soit, Keneth était sur lui. La main serrée autour de sa gorge, il ne touchait même plus le sol, et il le voyait, ce jeune Stark, le regard plein d’assurance qui peu à peu empêchait l’air de pénétrer ses poumons. Ses pieds se mirent à s’agiter dans le vide, il ne parvint qu’à articuler :

- Eli-ne…

La jeune fille ne comprenait rien, mais en voyant son maître dans cette situation elle se jeta sur Keneth qui n’eut aucun mal à la tenir en respect de son autre bras. Peu à peu, Zerthur cessa de s’agiter, et quand son visage devint aussi froid qu’il était blême, Stark le lâcha, mort, sur le sol. Son corps avait pris une position presque comique et tombait peu à peu en poussière.

Elinne était restée là, figée devant la vision qu’elle avait du Gardien. Elle ne parvenait à exprimer ses mots, alors elle s’enfuit en courant, elle ne comprenait pas ce qu’il s’était passé, mais libérée de l’emprise de Zerthur elle s’était rendue compte d’avoir été manipulée. Alors elle couru, elle couru aussi loin qu’elle le pu loin de ce jeune homme si étrange.

Cela faisait plusieurs mois que Keneth recherchait sa sœur, il la savait proche du promontoire mais il ne parvenait pas à la retrouver. Elle était décidément très doué pour lui échapper. Mais il n’abandonnait pas, elle était sa famille après tout. Parfois Serbher se joignait à lui dans ses recherches, mais sa blessure l’avait handicapé pendant de longues semaines et il passait le plus clair de son temps à forger et à chérir le souvenir de son Ulgride. Tous deux avaient rencontré des aventuriers très étranges, las d’être seuls, il s’étaient joints à leur compagnie et ils avaient pu rencontre de nombreuses personnes aussi bizarre qu’impressionnantes. Keneth était devenu très amis avec un Norn appelé Elentar, il avait passé plusieurs soirées en compagnie d’une jolie jeune femme répondant au nom de Snow et il avait croisé des guerriers très puissants et même, pour la première fois de sa vie, une sylvari. Il ne savait ce que donnerait cette alliance, mais il avait enfin trouvé un peu de paix, et il adorait cela.
avatar
Adhémar
This is... SPARTAAAA !!!
This is... SPARTAAAA !!!

Messages : 343
Date d'inscription : 07/04/2013
Age : 28
Localisation : Basse Normandie
Masculin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Background de Keneth Stark

Message par Adhémar le Mar 16 Avr 2013 - 18:33

La taverne du murmure de la jeune fille. Drôle d’endroit pour rencontrer son contact. Pour l’occasion, Keneth avait revêtu son armure de Capitaine du Cygne Irisdescent. Il ne savait pas vraiment pourquoi, peut-être pour paraître plus imposant, plus digne, et aussi, peut-être, pour laisser entrevoir son rang ou même se rassurer…

La main gauche posée négligemment sur le pommeau de son épée, une attitude apprise lors de sa formation aux arts de la guerre, soulignait son rang, sa dignité et sa fonction tout en avertissant d’éventuelles menaces qu’il était prêt à parer tout éventualité. La démarche assurée, le port droit et altier, il dégageait une certaine grâce teintée d’assurance. En ce temps là, il venait de résoudre le mystère lié à son ascendance et avait mené un combat désespéré pour venger les siens. Il était alors devenu un gardien et avait voué sa vie à la défense des autres.

Les siens car, quelques années auparavant, il avait été le Capitaine de la Compagnie du Cygne Iridescent, un ordre mercenaire très impliqué dans la lutte contre les centaures, les bandits et le chaos. Et deux années avant d’être face à la taverne du murmure de la jeune fille, tout ses hommes et amis avaient été décimés lors d’une embuscade. Il aurait eu tôt fait d’y laisser la vie aussi sans l’intervention de son mentor et ami, le Norn Serbher Pansedefer du clan Martelfer. Et les trois années suivantes, rongé par la haine, il avait poursuivit sans relâche l’instigateur de ce complot, un nécromant nommé Zerthur. C’est lors de leur ultime combat qu’il avait appris l’existence de sa demi-sœur et il la recherchait depuis lors.

Le cheveu auburn, les yeux verts et une barbe de quelques jours, son apparence n’était pas de nature à laisser les femmes indifférentes. D’autant que sa grande taille et sa puissante musculature laissaient deviner une force et une endurance certaine. Il avait l’habitude que les regards se tournent sur son passage mais il n’y prêtait pas attention. Ce fut le cas alors qu’il traversait la taverne, regardant droit devant lui, il ignora les regards insistants d’une jeune femme et alla s’accouder au comptoir. Son contact n’était pas là, aussi il décida de l’attendre en buvant une bière.

Ce n’est que plusieurs dizaines de minutes plus tard qu’il entendit le pas lourd caractéristique d’un Norn et des éclats de voix enjoués. A l’angle du mur apparurent un Norn, une Sylvari et deux Humaines qui semblaient en grande conversation. Le Norn, grand et bien charpenté, même pour les siens, semblait être le chef de ce rassemblement hétéroclite. Il parlait d’une voix forte caractéristique à son espèce mais avait l’œil vif et généreux. Vêtu d’une armure noire et arborant une splendide épée longue, Keneth le reconnu instantanément comme étant Elentar grâce à la description faite par Serbher. C’était son contact.

A son coté, une Sylvari vêtue d’une armure à la couleur indéfinissable. Sa peau vert-bleu et ses cheveux bleus, luisaient dans la pénombre. Bien que son attitude informait de sa longue expérience, Keneth lui trouva aussitôt un air naïf et un peu ahuri.

De l’autre coté du Norn se tenaient deux humaines. L’une était une déesse incarnée, une peau de pêche et un regard séducteur, les cheveux mi-longs, un corps comme sculpté par la grâce de Lyssa. Elle arborait un vêtement bleu, laissant paraître généreusement certaines parties de son anatomie. Elle avait le port noble et généreux mais Keneth lui trouva un certain air qu’il ne savait décrire.

Mais ce jour là, ce qui marqua le plus le jeune gardien, ce fut la seconde jeune femme. Elle avait un parfum de mystère, charmante, elle portait ses cheveux longs. Sa peau et ses cheveux étaient blancs comme neige et lui donnaient un air presque surnaturel. Elle avait revêtu une armure d’écailles d’un bleu givre qui, bien que masquant totalement son corps, laissait deviner ses formes. Dans son dos elle portait une longue épée, quasiment aussi grande qu’elle, et Keneth estima que ce corps frêle devait masquer une grande force. Etrangement, elle ne le regardait pas dans les yeux mais fixait un point un peu au dessus de l’épaule de Keneth, le visage à demi caché par une mèche de cheveux. Son regard avait quelque chose de mystérieux et ses yeux, magnifiques, respiraient la bonté. Ces divers paradoxes avaient attisé la curiosité du jeune homme…

A plusieurs reprises Keneth tenta de croiser son regard quand Elentar prit la parole :

- Je suppose que vous êtes Keneth Stark ?
- En effet, Ser Keneth Stark pour vous servir.


Sur ces mots, le jeune homme s’inclina brièvement comme le voulait la coutume.

- Je vous présente Zerael la Sylvari, Brume Crépusculaire, la jeune femme au regard de braise et enfin, la dernière arrivée, Snow Aesilith.

L’une après l’autre elles tendirent la main au jeune gardien sauf Snow, qui lui tapota maladroitement l’épaule.

- Croyez bien, mes dames, que je suis enchanté de vous connaitre. Je crois que Serbher vous a déjà parlé de moi ? C’est par son entremise que nous nous rencontrons. Permettez vous que je vous offre à boire ?

Tandis que les compagnons s’installaient au bar, Keneth passa la commande et offrit une pinte à chacun.

- Merci pour le rafraichissement l’ami. Ainsi donc, Serbher ma laissé entendre que vous seriez à la recherche de compagnie ? En tant qu’ancien des Lucioles Automnales, je crois que c’est à moi qu’il revient de vous entretenir de nos us et coutumes.

Et tandis que la conversation se poursuivait, Keneth ne pu s’empêcher de penser que ces personnes étaient de celles qu’il lui fallait. A plusieurs reprises il tenta de croiser le regard de la mystérieuse Snow mais celle-ci persistait à l’ignorer. Les autres, à l’inverse, le perçaient du regard tandis qu’il répondait à leurs questions. Bientôt Brume sembla déceler le malaise de Snow car un sourire mesquin s’afficha sur son visage :

- Quelque chose ne va pas Snow ?

La jeune femme aux cheveux longs s’empourpra instantanément :

- Hein… ? Qu-Quoi… ? Non ! Non pas du tout… !

Dans sa précipitation, elle avait renversé sa bière qui s’écoula sur le bar.

- Oh ! Heu… Pardon, pardon… Excusez-moi… !

Le visage rouge pivoine, elle avait entreprise de nettoyer le bar quand sa main rencontra accidentellement celle de Keneth. Elle la retira si brusquement qu’elle renversa la pinte d’Elentar qui s’exclama :

- Hey ! Ma bière ! Vraiment, ces maladroits !

Brume, elle, semblait se régaler de la gêne de Snow…

Plusieurs heures durant il continuèrent à parler de Keneth, des Lucioles, des objectifs de chacun… Puis à l’issue, Keneth fut accepté, ainsi que Serbher, parmi les Lucioles Automnales.
avatar
Adhémar
This is... SPARTAAAA !!!
This is... SPARTAAAA !!!

Messages : 343
Date d'inscription : 07/04/2013
Age : 28
Localisation : Basse Normandie
Masculin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Background de Keneth Stark

Message par Adhémar le Ven 26 Avr 2013 - 21:09

Keneth était là, dans l’ombre. A quelques centaines de mètres devant lui, se tenait Elinne, sa demi sœur. Le vent soufflait si fort que la cime des arbres semblait sur le point de se rompre. La pluie tombait si violement que le sol était recouvert d’une épaisse couche de boue qui lui arrivait aux chevilles. Le bras ballant, le long du corps, il tenait dans sa main son épée brisée. Son bouclier fendu gisait à son coté et son armure était couverte d’éraflures et de chocs. Son casque le gênait, sa vision était troublée, d’une main tremblante il le retira et le laissa chuter au sol. Sous sa pansière il sentait un mince filet de sang couler le long de ton torse. Il avait le regard fixé sur la silhouette de l’autre coté de la plaine. Il ne se préoccupait guère des quelques bandits mourants à ses pieds.

Il était là. Celui qui avait vaincu Zerthur, son défunt maître. Il se tenait là, dans son armure d’argent et d’or. Elinne le regardait sans le croire, quelques instants auparavant, une aura enflammée bleutée avait jaillit de lui et il avait balayé sans peine les quelques malandrins qui s’étaient trouvés là. Elle ne savait que penser, cela faisait plusieurs semaines qu’il lui filait le train. Il avait tué Zerthur, souhaitait-il sa mort à elle aussi ? D’une geste de la main, elle écarta une mèche de cheveux mouillés de son front, elle ne devait pas le perdre de vue une seule seconde. Il était fort. Elle ne pensait pas pouvoir lui tenir tête en combat singulier. Mais elle devait faire en sorte qu’il ne la suive plus ! Et ces malchanceux bandits auraient dû être son rempart pour fuir… Ils s’étaient montrés bien inférieur à leur tâche. Quand il fit un geste elle serra instinctivement ses dagues. Il retirait son casque. Elle l’avait pourtant touché, avec cette dague, elle le savait, et pourtant il se mouvait encore comme si de rien n’était. Et cette pluie qui tombait…

Sa vision se brouillait, le sang lui échappait a torrents de l’abdomen, son cœur battait à tout rompre. Il voyait le ciel, les nuages sombres et la pluie qui tombait. Sur sa droite se tenait le chevalier, debout, fier, respirant la puissance. Ils avaient été idiots de tenter de venir à bout de cet homme. Il le savait maintenant, cette nuit serait la fin de sa courte carrière de brigand. Vaincu par un Gardien de Dwayna. « Tfeuh ! Quelle déveine ! Clark t’es qu’un imbécile » pensa-t-il. C’est quand la main du gardien se leva qu’il comprit que cet homme n’était pas vraiment ce qu’il semblait être au premier abord. Il se souvenait de ce qu’il avait dit quelques instants avant l’affrontement…

C’était juste ici, sur cette plaine, un peu avant la tombée de la nuit. Le soleil était rasant et il arrivait dans les yeux du Gardien. Les hommes de Clark s’étaient placés dans en cercle autour de Stark. L’ayant vu venir de loin ils avaient échafaudé un plan sous l’égide de leur patronne, Elinne. Ils devaient le retenir assez longtemps pour qu’elle puisse le blesser mortellement à l’aide de sa dague empoisonnée, voir le tuer si l’occasion se présentait. Ils ne savaient pas pourquoi, ils ne savaient pas qui il était, ils ne connaissaient rien de sa force, certains que leur nombre et leur astuce l’emporterait… Mais lui leur avait dit quelques mots :

- Messieurs, ne soyez pas stupides. Je ne souhaite faire de mal à personne. Vous pouvez partir sur l’instant sans craindre de représailles.

Il avait dit tout ça sur un ton serein, il était posé et visiblement ne craignait pas le moins du monde la petite troupe. Son regard était braqué sur leur chef, Elinne, les yeux pleins de tristesse et d’amertume. Il avait bien essayé de lui parler…

- Elinne, écoute-moi. Tu…
- A l’attaque !


Elle avait hurlé cet ordre comme pour ne pas entendre sa voix. Alors naturellement, enhardis par la promesse des richesses de l’homme, Clark et ses hommes s’étaient jetés sur lui. En un instant une lueur bleuté avait jaillit d’entre les plaques de son armure et il avait tiré son épée. Dans la main droite, son épée tournoyait et dans la gauche, son bouclier frappait. Clark n’avait jamais vu quelqu’un se servir ainsi d’un bouclier mais c’était efficace. Ils furent très vite balayés, mais le Gardien prenait grand soin de leur faire le moins de mal possible. Clark l’avait tout de suite remarqué, et il avait échafaudé un plan… Se jetant au sol après un coup de bouclier, il avait fait semblant de rester assommé. Et alors que le Gardien lui tournait le dos, il s’était jeté sur lui, toutes lames sorties.

Keneth l’avait ressenti et s’était tourné en un éclair pour lui assener un puissant coup de bouclier sur le plexus. Clark avait littéralement été projeté dans les airs et avait atterrit quelques mètres plus loin. C’est alors qu’une dague fila. Elle fendit l’air, à toute vitesse. Quand Stark se tournait pour faire enfin face à Elinne, l’objet vint se planter pile entre deux plaques d’acier, perçant la chair et délivrant son mortel venin… Il n’avait pas tardé à s’écrouler, le poison faisant son effet. Alors Clark et ses hommes eurent tout le loisir de lui faire payer leur correction… Au final, et bien que le bougre se défendait corps et âmes, ils parvinrent à fendre son bouclier à coup de hache et son épée fut brisé par les chocs portés à répétition.

Elinne souriait, elle jubilait. Zerthur serait vengé. Ensuite elle lui glissa quelques mots à l’oreille… Clark ne savait pas ce qu’elle avait bien pu lui dire mais toujours est-il que cela n’eut pas l’effet escompté. Le Gardien se releva en hurlant sa colère et s’aidant de son épée brisé, il parvint à détruire toute résistance de la bande de bandits. Où était passé le poison, ce venin n’était-il pas censé le rendre inoffensif ?

Clark le voyait… Même dans la nuit il le voyait. Le regard de cet homme n’était plus le même que quand il s’était adressé à lui la première fois. Son regard aimable et bienveillant avait laissé place à deux yeux bleus, sans chaleur, plein de haine. Quand il le vit lever son épée il comprit… Cet homme ne lui laisserait plus la vie… Il gémit et tenta de fuir en rampant quand un pied chaussé de fer vint le plaquer contre le sol. Keneth tenait son épée brisée. Une fois de plus sa raison avait cédé face à la haine, une fois de plus c’était la colère qui guidait ses pas. D’une main de fer, il retourna Clark et appuya son pied chaussé sur sa poitrine. Quelques côtes éclatèrent sous l’impact. Alors, lentement, Stark enfonça sa lame dans l’abdomen du bandit…

C’est quand l’étincelle, au fond des yeux du brigand, fut éteinte que Stark se tourna vers sa demi-sœur. Il avait espéré la convaincre, il avait souhaité de toutes ses forces la faire revenir à la raison, lui apprendre quelles étaient ses vraies origines.

Elle l’avait vu éliminer si facilement ses hommes. Elle l’avait vu venir à bout du poison et elle venait de le voir tuer sans hésiter son fidèle lieutenant, Clark. Elle ne ressentait pas de haine, elle n’en avait pas même le courage. Toute sa peur faisait trembler son être. Ses jambes étaient figées. Les larmes lui coulaient aux yeux.

Stark fit un pas en avant. Elle serra ses dagues tellement fort que les jointures de ses doigts craquèrent. Il s’avançait, le pas lourd. Le bruit caractéristique de ses chausses de fer résonnait sur toute la plaine. Maîtrisant sa peur elle parvint à se mettre en position de défense quand il s’élança.

Elle s’apprêtait à recevoir l’impact quand elle cru déceler un changement. Il chancelait. Et bientôt il s’écroula au sol. Elle ne comprenait pas, les yeux écarquillés par la surprise elle le vit s’écrouler comme au ralenti et heurter le sol dans un grand fracas métallique. Face contre terre, il se débattait vainement, puis cessa bientôt tout mouvement…

Elle ne savait pas vraiment ce qu’il lui prenait quand elle s’élança vers lui. Elle avait laissé tomber ses dagues. Elle se jeta sur le corps inanimé et le retourna. Ses yeux bleus étaient grand ouverts, l’étincelle de la vie brillant faiblement, il usa de ses dernières forces pour saisir la main de sa demi-sœur. Il ne parvenait plus à dire le moindre mot. Il se rendait compte de son erreur et, dans ce dernier regard plein d’amour et de regret, il tentait de lui faire savoir quel chemin prendre. Elle n’avait pas choisi. Elle ne savait rien. Elle devrait trouver sa voie sans lui maintenant.

Quand la lueur dans le regard de Keneth s’éteignit, ses yeux bleus azur semblèrent virer au gris acier. La bouche mi-close, les cheveux auburn, le corps sans vie du dernier des Stark reposait entre les bras de sa meurtrière, sa demi-sœur.

- Il était le dernier des Stark. Victime du mal qui rongeait sa lignée. Incapable de refreiner la haine et la soif de combat. Plus que le poison c’est la haine qui fut la cause de son trépas. Il est mort comme tous les siens, dans le sang et les larmes. Il a choisi la voie menant au trépas mais par son geste à sauvé l’âme de sa demi-sœur. Sa force de conviction était telle qu’elle aurait pu renverser des montagnes. Il a combattu à de nombreuses reprises. Il a vengé les siens. Il a retrouvé sa sœur. C’était un homme de combat. Un homme de cœur qui a cédé à la haine et au désespoir. Jamais il n’a pu trouver sa place. Aujourd’hui, par ses derniers actes, il permet à sa demi-sœur de retrouver la lumière. Et par ses derniers actes il laisse les amis et sa famille endeuillés. Il était mon fils, il était mon ami et mon compagnon d’arme. Jamais je ne l’oublierais…

Serbher avait parlé. Les yeux rougis par le chagrin il avait laissé le pupitre et avait pris la direction de la sortie. Il n’y avait pas beaucoup de monde. Keneth n’était pas un homme très sociable. Un petit groupe était tout de même présent. Elentar le Norn, dans son vêtement noir, avait le regard dans le vide et, juste à coté de lui, Uriel regardait la pierre tombale d’un air étrange. Dans un coin se trouvait Snow, entourée de Brume et Zerael. D’autres lucioles étaient aussi présentes mais Elinne n’aurait su les nommer. Elle, se tenait à genou, devant la plaque, pleurant à chaudes larmes.

Quand une main vint lui tapoter l’épaule, elle tourna la tête et regarda le visage pâle au regard triste de Snow, la jeune femme aux cheveux blancs :

- Ne reste pas là Elinne. Suis-moi, tu ne seras plus seule.


Si je peux me permettre, et sans tomber dans l'arrogance, je dédie ce BG que j'ai pris beaucoup de plaisir à écrire à Snow pour tout ses conseils et son impatience !
avatar
Adhémar
This is... SPARTAAAA !!!
This is... SPARTAAAA !!!

Messages : 343
Date d'inscription : 07/04/2013
Age : 28
Localisation : Basse Normandie
Masculin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Background de Keneth Stark

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum