Récit d'un voyageur en Bordeciel : Bwulf

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Récit d'un voyageur en Bordeciel : Bwulf

Message par Fálki le Jeu 11 Avr 2013 - 1:41

Bonjour à tous,

Ayant un perso Skyrim nommé Bwulf (dont Elentar parle dans son RP), j’ai eu l’occasion, au cours d’un combat, de faire un killmove tellement épique que j’en croyais pas mes yeux ; en en parlant avec Elentar, il m’a proposé d’écrire un petit rp et de le poster ici.
Je dois quand même dire que je suis pas très doué pour les rp, et j’ai commencé par l’écrire en anglais en essayant de me rapprocher du style de Tolkien qu’on peut trouver, par exemple, dans le Silmarillion. Et comme je me suis dit que tout le monde ne comprend pas l’anglais, je l’ai traduit en français.
Sauf que la version française n’est que la traduction la plus fidèle possible à la version anglaise, donc elle n’est pas très épique je trouve, car je n’avais pas totale liberté en l’écrivant. J’ai donc écrit en français plus pour la compréhension que pour la qualité du rp.

Petite précision : je jouais donc à Skyrim, et je testais à ce moment-là le mod Deadly Dragons (d’où vient le dragon du rp). A partir du début du combat, tout ce que je raconte (en dehors de la foule qui observe) s’est réellement passé tel que je l’écris, avec une killcam à partir du moment où le sort est relâché, jusqu’à la fin.
Le sort, lui, provient d’un mod de pouvoirs de One Piece (Ursus Shock, de Kuma, pour ceux qui connaissent). Je me suis permis de le tester sur ce dragon au vu de la situation critique et aussi parce qu’après tout, Bwulf est un «dieu mineur», donc il peut se le permettre Very Happy

Voilà, n’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez, surtout pour les tournures de phrases de la version française (j’ai essayé de coller au plus près de l’anglaise, mais je ne trouvais pas forcément les bonnes formulations).

Merci d’avance ! rendeer

_____________________________________________________________________________________

VERSION ANGLAISE

It has been told in the Quenta Bwulfon how the Maia Bwulf discovered a brand new continent in the Far North of the Kingdom of Arda, after the Downfall of Sauron. Here dwelt some of the last remnant of Grimbeorn’s people, living in the most inhospitable lands, and thus where called “Nords” by the other peoples.

For one year Bwulf wandered across the province of Skyrim, learning about their customs and putting his sword Glamdring, ancient weapon of King Turukáno of Gondolin, at the service of the country. For the base dragons were back onto Middle-earth! And all the kinsfolk of Ulfric were smitten with terror, for they knew that a dark power was rising again.

Now when Bwulf had gathered the Stormcloak’s army, it became known to the enemy that one of the Lords of the West was going to war. Of the content of the meeting they held in their remote mountains little is said in the ancient tales; but the dragons secretly began to spread on the lands, causing the most sensitive animals to get queerly sick.

Great was the sorrow of the Nords, for they feared for their lives; thus Bwulf arrived at Whiterun with his faithful housecarl Argis the Bulwark, and asked for a meeting with the Jarl. And the Master of Dragonsreach said: “Hail Bwulf, heir of the Valar, by whom the Dark Lord was locked up! Hail Bwulf, Wrath of the West, mighty among the mighty! My castle shalt be thine. Thou canest consider thyself as a guest, along with Argis. Wilt thou help us in our war?”

Then Bwulf answered: “I will, as long as the Secret Fire shall live. I am a servant of the Heaven, and I have come to warn thee, Lord, about the danger of this war. Do not walk alone in the Darkness! Thy army does not know much about the dragons. Let me go against them, for I have sworn an oath with my master Aulë: I shall not find rest until the evil has been eradicated.”
Yet Bwulf did not know the issue of such a fight, neither did he know the fate Eru had reserved to Alduin and his henchmen at the end of Days.

And the Maia left his horse Fëamorë in the stable, and he prepared his armour on this beautiful spring day. And long after Skyrim will disappear shall this Day be remembered in tales of old lore.
On this expedition Argis did not go, for Bwulf feared the dragons’ cruelty and he knew that his friend couldn’t resist against the Great Worms.

In those days it is said that Bwulf went alone to the ancient Western Watchtower; and what he saw here surpassed everything he could imagine, for a magma dragon was flying over the plain. It was the mightiest of the evil beasts dwelling in the province, feared by the Dragonborns themselves.
Thus came Bwulf, bearer of the hope of the Nords, of warriors most valiant. Bright were his eyes, and dread was his hand. And he took his bow, and firing an arrow he caught the monster’s attention. Then the dragon swooped down on the Maia, and shouted a large fire breath on his head. But Bwulf was alert, and he protected himself with his shield forged on Aman. He then pulled out his sword and dealt the dragon a powerful blow on the neck; yet the beast did not feel any injury, for its scales were harder than steel.

At this moment began a fierce battle between the Maia and the Evil; the protectors of Whiterun could see powerful blasts and feel the earth shaking under their feet, yet they couldn’t help in anything. Above the warm air, the sky was darkening as the clouds were starting to gather on the plain.
Thus the fight lasted for hours, and the fighters were getting out of breath. And seeing that his opponent was worn-out, the mighty dragon summoned the Apocalypse: dozens of meteorites began to fall from the sky, and those who looked at the scene covered their face in horror. In a few seconds, the plain had become a waste-land ravaged by fire, and life had almost disappeared in the area.

But it was not the End. As many tales told it later, there was one who stood up against the fire, defying the Lord of the Beasts. Bwulf the dragon slayer was he, who could even challenge Alduin himself.

Feeling great wrath in him, guided by the will of Eru, Bwulf gathered his last strength in his hands. Argis could see for the first time the true strength of a Maia: Bwulf was creating a kind of magical ball, a little air ball that could explode in a destructive wave by his will. But he needed time to prepare this powerful attack, and he was under the fire of the Enemy.

Bwulf spent the following thirty seconds trying to dodge the meteorites, as the crowd was holding its breath; and at the exact moment he released his power in the small blue ball, several meteorites and rocks fell around him, creating a gigantic inferno that could be seen from a far distance. Thus Bwulf disappeared in the flames, and silence fell on Whiterun.

Three seconds had passed, and Argis was starting to fall into despair. But then all could see a small tunnel opening in the fire and Argis, looking at it carefully, saw a little ball slowly moving out of the fire and going to the dragon.

Situated on the ground, about fifteen meters far from the inferno, the dragon opened his mouth. This time, Argis thought it was the end for Bwulf would not have the time to flee; but as the beast was starting to breath his fire, the mighty power of the Maiar reached the inside of the Dragon’s mouth and suddenly exploded. The dragon died instantly, as did every single life form within a radius of several meters; the blast extinguished the fire all around the watchtower, and all the peoples in Whiterun could see Bwulf standing here, looking at the slain dragon.

Thus an end was made of the greatest power of the dragons; for Alduin had lost his most faithful servant, and he didn’t dare to challenge the World before regaining his strength. But this is not part of the present tale.
_____________________________________________________________________________________

VERSION FRANÇAISE

Il a été raconté dans la Quenta Bwulfon comment le Maia Bwulf découvrit un tout nouveau continent à l’extrême Nord du Royaume d’Arda, après la chute de Sauron. A cet endroit habitaient certains des derniers membres restant du peuple de Grimbeorn ; ils vivaient dans les terres les plus inhospitalières et étaient appelés Nordiques par les autres peuples.

Pendant un an, Bwulf erra à travers la Province de Bordeciel, apprenant les coutumes des Nordiques et mettant son épée Glamdring, ancienne arme du roi Turukáno de Gondolin, au service du pays. Car les vils dragons étaient de retour en Terre du Milieu ! Et tout le clan d’Ulfric était frappé de terreur, car ils savaient qu’un Pouvoir sombre grandissait de nouveau.

Quand Bwulf eut rassemblé l’armée Sombrage, l’information parvint aux oreilles de l’ennemi que l’un des Seigneurs de l’Ouest partait en guerre. De la teneur du Conseil qu’ils tinrent dans leurs montagnes reculées, peu en est dit dans les anciens contes ; mais les dragons commencèrent secrètement à se répandre sur la contrée, ce qui causa d’étranges maladies chez les animaux les plus sensibles.

Grande fut la tristesse des Nordiques, car ils craignaient pour leurs vies ; alors Bwulf arriva à Blancherive avec son fidèle Huscarl Argis le rempart, et demanda à rencontrer le Jarl. Et le maitre de Fort Dragon dit : «Salut Bwulf, héritier des Valar, par qui le Seigneur des Ténèbres fut enfermé ! Salut Bwulf, colère de l’Ouest, puissant parmi les puissants ! Mon château est Tien. Considère-Toi comme un invité, avec Argis. Nous aideras-Tu dans notre guerre ?»

Puis Bwulf répondit : «je le ferai, aussi longtemps que le Feu Secret vivra. Je suis un serviteur des Cieux, et je suis venu pour Te prévenir, Seigneur, des dangers de cette guerre. Ne marche pas seul dans les Ténèbres ! Ton armée connait peu les dragons. Laisse-moi aller à leur rencontre, car j’ai prêté serment avec mon maitre Aulë : Je ne trouverai pas le repos tant que le Mal ne sera pas éradiqué.»
Mais Bwulf ne pouvait pas connaitre l’issue d’un tel combat, pas plus qu’il ne savait quel sort Eru réservait à Alduin et ses sbires à la fin des Jours.

Et le Maia laissa son cheval Fëamorë à l’écurie, et il prépara son armure en ce beau jour de printemps. Et longtemps après la disparition de Bordeciel, on devait se souvenir de ce jour dans les contes de vieilles traditions.
A cette expédition, Argis ne vint pas ; car Bwulf craignait la cruauté des dragons et il savait que son ami ne pourrait résister contre les Grands Vers.

En ce jour, il est dit que Bwulf partit seul à la vieille Tour de Garde ouest. Et ce qu’il y vit surpassa tout ce qu’il pouvait imaginer, car un dragon de magma volait au-dessus de la plaine. C’était la plus puissante des bêtes démoniaques qui hantaient la province, crainte des Enfants de Dragons eux-mêmes.

Alors vint Bwulf, porteur de l’Espoir des Nordiques, de tous les guerriers le plus vaillant. Brillants étaient ses yeux, et redoutable était sa main. Et il prit son arc, et tirant une flèche il attira l’attention du monstre.
Ainsi le dragon plongea sur le Maia, et expira un grand souffle de feu sur sa tête. Mais Bwulf était vigilant, et il se protégea avec son bouclier forgé sur Aman. Il dégaina alors son épée et délivra un puissant coup derrière la tête du dragon ; mais la bête ne ressentit aucun dommage, car ses écailles étaient plus dures que l’acier.

A ce moment commença une bataille féroce entre le Maia et le Démon ; les défenseurs de Blancherive pouvaient voir de puissantes explosions et sentir la terre trembler sous leurs pieds, mais ils ne pouvaient aider en rien. Au-dessus de l’air chaud, le ciel s’assombrissait comme les nuages se rassemblaient au-dessus de la plaine.

Ainsi, le combat dura des heures et les combattants finirent par être à bout de souffle. Et voyant que son adversaire était épuisé, le monstrueux dragon invoqua l’Apocalypse : des dizaines de météorites commencèrent à tomber du ciel, et ceux qui regardaient la scène se couvrirent la tête d’horreur. En quelques secondes, la plaine était devenue une terre désolée, ravagée par le feu, et la vie s’était presque éteinte dans la zone.

Mais ce n’était pas la fin. Comme de nombreuses légendes l’ont dit plus tard, il y en eut un qui se dressa contre le feu, défiant le Seigneur des Bêtes. Bwulf le pourfendeur de dragons était-il, qui pourrait combattre Alduin lui-même.

Ressentant une grande colère en lui, guidé par la volonté d’Eru, Bwulf rassembla ses dernières forces entre ses mains. Argis put voir pour la première fois la vraie puissance d’un Maia : Bwulf créait une sorte de bulle magique, une petite balle d’air qui pourrait exploser en une onde dévastatrice sous sa volonté. Mais il avait besoin de temps pour préparer son attaque, et il était toujours sous le feu de l’ennemi.

Bwulf passa les trente secondes qui suivirent à essayer d’esquiver les météorites, alors que la foule retenait son souffle. Et au moment exact où il relâcha son pouvoir, plusieurs projectiles de roche et de feu venus du ciel s’écrasèrent autour de lui, créant un gigantesque brasier qui pouvait être vu à grande distance. C’est ainsi que Bwulf disparut dans les flammes, et le silence tomba sur Blancherive.

Trois secondes passèrent, et Argis commençait à tomber dans le désespoir. C’est alors que tous purent voir un petit tunnel d’air se créer dans les hautes flammes, et Argis, observant la scène avec attention, découvrit une petite boule bleue s’éjectant lentement du feu et se dirigeant vers le dragon.

Situé au sol, à environ quinze mètres du brasier, le dragon ouvrit grand la gueule. A ce moment, Argis pensa que tout espoir était perdu car Bwulf n’aurait pas le temps de fuir. Mais, alors que la bête commençait à expulser des flammes de sa gorge, le Pouvoir des Maiar atteignit l’intérieur de la gueule du dragon et explosa soudainement. Le dragon mourut instantanément, tout comme toute forme de vie dans un rayon de plusieurs mètres. Le souffle éteint le brasier qui recouvrait les environs de la tour, et toutes les personnes présentes à Blancherive purent voir Bwulf se tenant debout, observant le dragon qu’il venait de tuer.

Alors une fin fut mise au plus grand pouvoir des dragons ; car Alduin venait de perdre son plus fidèle serviteur, et il n’osa défier le Monde avant de regagner de la puissance. Mais ceci ne fait pas partie du conte ci-présent.

_________________

avatar
Fálki
En panne d'inspiration
En panne d'inspiration

Messages : 2351
Date d'inscription : 17/03/2013
Age : 25
Localisation : Lyon
Masculin

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum