[GW2] Pflege "Le Bigle"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[GW2] Pflege "Le Bigle"

Message par Pflege le Mar 12 Juin 2012 - 18:48

Prequel

Né en 1291 Après-Exode en Tyrie, aux abords du prieuré de Durmand, Pflege, dit "le Bigle", doit sa vie à deux marchands en route vers le Promontoire Divin. Ces derniers l'avaient trouvé bébé à un carrefour de la grand-route. Les deux marchands souhaitaient monter leur propre étale dans la grande capitale humaine, ils vouaient une haine sans limite envers les autres races, d'où le refus de s'installer à l'Arche du Lion, pourtant berceau du commerce.

Les deux hommes étaient frères. Jyra et Marno habitaient jusqu'alors chez leurs parents, dans une ferme sur la côte qui faisait face à l'île des tempêtes. Le premier était un ingénieur adepte, il enseigna le peu de ses connaissances à Pflege, qui se montra très talentueux dans ce domaine. C'est ainsi que "le Bigle" devint maitre dans l'art de l'ingénieurie, il est aussi doué pour fabriquer de bon mousquets. Eddard ,quant à lui, enseigna à l'enfant les rudiments du commerce. Il lui apprit les généralités de ce monde, la politique, l'histoire et aussi, malheureusement, lui transmit sa haine raciale envers les Charrs.

Pflege, arrivé à âge mature, tenta de monter sa propre échope d'arme à feu. Jyra et Eddard ayant prit leur retraite, ils se sont installés au sud des Chutes des Mages, ils ne le reverront jamais.

Son échope ne fît pas succès, Pflege abandonna vite son entreprise, et décida de devenir aventurier.
Aujourd'hui encore, vous pouvez le rencontrer aux alentours du Promontoire Divin si vous avez besoin d'une bonne arme pour vous épauler, tant que vous n'avez pas de poils dans les oreilles, et une odeur de chien trempé.

avatar
Pflege
This is... SPARTAAAA !!!
This is... SPARTAAAA !!!

Messages : 317
Date d'inscription : 09/06/2012
Age : 25
Localisation : Reims
Masculin

Revenir en haut Aller en bas

Re: [GW2] Pflege "Le Bigle"

Message par Pflege le Mer 4 Juil 2012 - 18:04

(L’histoire raconte l’aventure de deux personnages distincts et de deux époques différentes)

La haine est une lame à double tranchant. Elle nous protège et nous agresse.

Un monastère est érigé à l'Est de la Kryte, près des Cimefroides. Le Prieuré de Durmand, ses membres mènent des recherches pour récupérer les savoirs anciens, les connaissances cachées derrière les légendes oubliées ou les fragments perdus de l'Histoire tyrienne.
Jyra et Marno avaient prévu d'y faire halte pendant leur long voyage.
Ils prévoyaient d'installer une échoppe au Promontoire Divin, capitale des humains.
Les deux frères ont donc fait une pause au bord de la grand-route pour chasser et amasser quelques provisions.

- Va pas falloir qu'on reste longtemps dans l'coin. J't'ai d'jà dit qu'ça grouillait d'gros bestiaux à poils dans ces plaines.
- T'va pas m'dire c'que j'sais déjà mon gueux ! J'finis juste d'récupérer nos collets. Y a p't'être bien un lapin qu'y s'est pris d'dans.
- Fait vite alors. Faut qu'on couche près du prieuré de Durmand avant le crépuscule.


Marno regardait attentivement les branches plantées de-ci de-là dans les fourrés. Cherchant désespérément une boule de poils à grande oreille. Mais ce qu'il découvrit là n'avait rien d'un lapin, d'un lièvre ou d'un quelconque léporidé. Cette chose-là braillait sans cesse, était long d'au moins deux pieds et avait la peau rose-saumon.

- Viens voir Jyra ! T'va pas en rev'nir !
- Qu'est c't'as trouvé encore ? Un chien ? Un porc ? .... oh .... Non pour sûr, ç'a rien d'un porc ça ...
- Té ... C't'un gosse ... Qu'est c'qu'on en fait ?
- Egorge le ... On a pas d'quoi l'nourrir ni l'élever. Pis vaux mieux pour lui ... l'monde est trop dur.
- Peux pas faire ça ... c'qu'un bambin ... Amenons le au monastère !
- Et tu crois qu'y vont en faire quoi eux ? Z'ont d'jà du mal à accueillir tous les mendiants, c'pas pour servir en plus d'maternité.
- On verra bien. Moi j'l'emmène, j'lui filerais une part d'ma ration.


Marno prit alors son sac en cuir de vache, le vida du peu de chose qu'il y restait et y installa le bébé. Lorsque les frères se remirent en route, le soleil commençait déjà à rencontrer l'horizon et le monastère profilait au loin.




La chair représente la vie. Je la tranche à quiconque s'oppose à moi.

Le clair de lune éclairait les cadavres des soldats, le cuir se mêlait au sang, les tripes se mêlaient à la maille, et les pensées des survivants se mêlaient aux vertiges de dégoûts et de haine. La rancœur inondait les cœurs des Charrs encore debout. La cavalerie Séraphine avait de nouveau frappé un camp de mercenaires renégats. Et debout, trônant du haut de la colline qui surplombait le côté sud du champ de bataille, Grürk l’affamé, bête de 3 mètre de haut de fourrure blanche à tâche brune, observait l’horizon. Ses yeux reflétaient la haine. Une haine raciale envers les humains. Ces maudits bipèdes qui ravageaient les rangs de ses soldats. L’un des survivants s’approchait de lui, l’air dépité.

- Au rapport, Sergent-Chef.
- Je t’écoute.
- Sur les quatre-vingt-dix soldats que nous possédions,
commença-t-il à énumérer, cinquante-trois sont morts durant l’assaut, quinze sont morts de leurs blessures, onze sont blessés grièvement, nous ne sommes plus que quatre, vous, moi-même et deux autres soldats.
- T’as fait une erreur … L’en manque sept …
- Ils ont fui Sergent-Chef.
- Les chiens galeux !
Le Charr aux poils blancs pointa ses yeux sur le soldat. Envoie un corbeau à l’Eminence avec le message suivant : « Plus d’armée, avons essuyé attaque Séraphine, dernier message. »
- Dernier message ? Mais … et nous ?
- Tu comptes encore servir en tant que mercenaire ?
Grürk redirigea son regard vers l’horizon. Nous sommes derrières les lignes ennemies et nous sommes des bandits ! Si tu crois qu’on va réussir à traverser toute la région sans s’faire trancher la gorge … Le seul moyen c’qu’on d’vienne mercenaire pour le compte de l’Arche du Lion, on change d’identité. S’il y en a parmi nous qui veulent pas … je leur arrache la tête. Voilà les ordres, tuez les blessés, faites vos paquetages et on part vers l’Ouest, en direction du Prieuré de Durmand.

L’armée, devenue une petite compagnie de quatre charrs, partit donc pour le monastère. L’aurore avait déjà pris place dans le ciel, et la puanteur des cadavres attirait déjà les charognards de la région.



avatar
Pflege
This is... SPARTAAAA !!!
This is... SPARTAAAA !!!

Messages : 317
Date d'inscription : 09/06/2012
Age : 25
Localisation : Reims
Masculin

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum