[GW2] Au commencement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[GW2] Au commencement

Message par legann le Mar 19 Juin 2012 - 0:12

Bonjour à tous, voici un premier texte qui présente plusieurs des personnages de la famille d'Angéla, la plupart de ceux présents dans le texte sont déjà créés dans le jeu et seront remis à la release si nos perso sont supprimés. Ceci est donc le point de départ de plusieurs histoires en parallèle. En espérant que ça vous plaise et désolé pour les fautes qui n'auront pas manqués de se glisser ici et là. Désolé aussi pour le léger manque d'originalité, j'espère me rattraper par la suite.




Plusieurs corps de centaures jonchaient le sol de la maison isolée au fond de la campagne, au milieu de ces derniers gisaient deux humains adultes, un couple visiblement tombés en défendant leur vie.
Plus loin dans la pièce, les deux centaures survivant acculaient deux fillettes dans l’un des coins.
La plus grande des deux, une petite brune d’environs huit ans, tremblante de peur, tentait tant bien que mal de repousser les créatures à coups de bâton et de flammes, protégeant la plus jeune, une blondinette à couettes de six ans qui regardait la scène en suçant son pouce, pas effrayée le moins du monde.
Le plus vieux des deux centaures, certainement le chef, se passa la main sur le visage en soupirant en voyant son acolyte reculer devant une nouvelle bouffée de flammes.

- Mais c’est pas vrai… Pourquoi il a fallu que je tombe sur une bande de poulains ?! Même pas foutu d’attraper deux gamines. Allez, dégage, on va pas y passer la nuit.

Le centaure poussa violement son acolyte et s’avança vers les deux fillettes, les toisant de toute sa hauteur.
L’ainée lança son bâton vers le genou de son adversaire mais ce dernier encaissa sans broncher avant de lui administrer une claque magistrale l’envoyant s’écraser la tête la première contre le mur. La jeune fille tomba au sol comme une poupée désarticulée.

- Voilà ! C’était dur ? Abrutit, tu aurais dû crever comme les autres imbéciles qu’on m’a mis dans les pattes. Six centaures qui claquent contre deux humains et deux gosses. Embarque celle qui reste. On s’en va !

Le chef centaure sortit de la maison, furieux, pendant que le plus jeune jetait la petite blonde sur son dos sans qu’elle n’oppose la moindre résistance.





Deux jours plus tard, dans l’une des riches maisons de l’arche du Lion.

L’homme agrippa le Charr et le colla au mur qui trembla sous l’impact.

- Retrouve là ! Même si ta bande doit retourner chaque foutu pierre et fouiller chaque foutu fossé de la Tyrie !

Le Charr grogna en montrant les crocs avant d’inspirer profondément pour se calmer.

- Bordel Legann, tu me prends pour qui ? J’ai déjà envoyé tout le monde et relancé tous mes contacts, il y a actuellement plus de familiers qui recherchent ta nièce que je n'ai de poils. Calme-toi un peu et arrête de martyriser mon dos et ce mur.

Legann relâcha son compagnon en secouant la tête.

- Désolé, je suis sur les nerfs et je suis coincé ici. Ça me rend malade.
- Je sais, mais tu ne peux rien faire de plus pour le moment. Laisse nous faire.


Le Charr posa son poing contre sa poitrine

- Ta Famille, notre famille.
- Ma famille, votre famille
, répondit Legann en adoptant la même posture, le salut habituel de cette bande de mercenaires.
Le charr sortis de la pièce, laissant l'homme seul avec une norn assise dans l'un des fauteuils et qui était restée silencieuse tout au long de la discussion.

- Chéri, il à raison. Cesse de tourner en rond à cogner dans les murs à coups de poings ou d'amis. Tu n'arranges rien comme ca, au contraire. Reginal est certes très patient pour un poilu, mais tu as de la chance qu'il ne t'ai pas déchiqueté la gorge pour ce que tu viens de lui faire.
- Kira... Je sais, tu as raison mais... Par les dieux! Ma sœur et Stan morts, Léonore blessée et Anjy disparut! Moi catapulté à la tête de notre maison alors que j'ai dormis plus souvent sur le sol que dans un vrai lit... Je ne sais pas quoi faire, comment je me bas contre tout ca? Sur quoi je dois abattre mes poings?


Lassée par les va et viens incessants de l'ingénieur qui lui servait de compagnon, Kira se leva pour le bloquer doucement dans ses bras. Bien que l'homme soit grand, ils faisaient tous les deux la même taille, aussi pu t'elle le regarder dans les yeux sans lever la tête.

- J'aimais ta sœur et son mari, il était lamentable au combat mais l'un des meilleurs hommes d'affaires que j'ai connus. Et j'aime tes deux nièces presque autant que toi. Mais je suis désolée, tu ne pourras faire exploser personne pour faire face cette fois ci. Nous sommes tous les deux habitués aux champs de bataille et au sang, mais cette fois, c'est un combat d'une autre nature.

Legann ferma les yeux et posa son front contre celui de la norn, se calmant à son contact et son odeur.

- je t'..., il fut interrompu par un doigt posé sur ses lèvres.
- Fait gaffe beau gosse. La situation ne m'empêchera pas de te coller une baffe si tu m'y obliges.

L'homme sourit, Kira détestait les déclarations sentimentales et était parfaitement capable de mettre sa menace à exécution. Plus d'un homme s'était retrouvé castré pour l'avoir sous estimée.
La porte s'ouvrit, mettant fin à ce moment sentimentale rare pour tous les deux.
Le majordome de la maison entra, un Sylvaris au service de la famille depuis quelques années, d'une efficacité redoutable.

- Monsieur?
- Arrête de m'appeler monsieur, je déteste ca Ervald.
- Oui monsieur
, répondit le majordome ignorant royalement la requête, je suis venu vous prévenir que Mademoiselle est réveillée.

Legann et Kira sortirent rapidement en direction de la chambre de la jeune fille.





- Oncle legann!!! hurla la fillette en se jetant au cou de son oncle dès qu'il ouvrit la porte.
- hé, salut la puce. Il se tourna vers le vieil asura dans la pièce, médecin et amis de son beau frère. Comment elle va?

Le docteur finis de ranger son matériel avant de répondre de manière aussi pragmatique qu'à son habitude.
- Fêlures aux cotes six et huit, hématome sur la partie droite du visage, mâchoire déboitée mais remise en place, une superbe bosse, léger choc psychologique, épuisée physiquement et mentalement. Les fonctions vitales sont stables, elle s'en remettra avec du repos.
L'ingénieur grogna avant de revenir à sa nièce toujours accrochée à lui.

- Comment tu te sens Léo?
- j'ai mal partout ou presque mais ca va.
Elle hésita, détournant le regard, avant de poser les questions qui lui brulaient les lèvres. Papa et maman...

Legann secoua lentement la tête pour confirmer ce qu'elle savait déjà.

- Et Anjy? Tu l'as retrouvée?
- Pas encore, mais tout le monde la cherche, on va la retrouver, promis.
- c'est ma faute... si j'avais été plus forte, j'aurais pu... j'aurais du...
les sanglots emportèrent les restes de la phrase.
- Chut, tu n'y es pour rien, on va retrouver ta sœur.

Prêt de la porte, la norn et l'asura regardaient la scène.
- Dis moi le nain, elle va s'en remettre?
- Ne m'appelle pas le nain, grandes guibolles. Et oui, elle s'en remettra. Ils sont résistants dans cette famille.

La norn acquiesça silencieusement.


Dernière édition par legann le Mar 3 Juil 2012 - 2:09, édité 1 fois

_________________
avatar
legann
This is... SPARTAAAA !!!
This is... SPARTAAAA !!!

Messages : 336
Date d'inscription : 09/06/2012
Age : 34
Localisation : mickey
Masculin

Revenir en haut Aller en bas

Re: [GW2] Au commencement

Message par legann le Jeu 21 Juin 2012 - 23:19

Angéla fit au revoir à la maison qui s’éloignait. Assise sur le monsieur dada, elle appréciait la ballade, bien qu’un peu déçue que sa sœur ne l’accompagne pas.
Elle n’avait pas compris la dispute entres les messieurs dadas et ses parents mais tout le monde semblait s’être mis d’accord à la fin.
Après une heure de chevauché, ils croisèrent un groupe de soldats en patrouille. Le chef centaure sortit son arme sans hésiter.

- Ahah ! Débarrassons-nous de ces envahisseurs ! Pour la haaaaaarde ! hurla-t-il en fonçant vers ses ennemis.

Le plus jeune fonça aussi, mais en sens inverse.

- Pour la harde, pour la harde, j’ai pas envie de finir en steak moi. Va donc crever tout seul vieux fou.

Il se rappela soudain de la présence de sa jeune cavalière. Il l’agrippa par le col et la jeta sans ménagement vers la rivière qu’ils suivaient depuis le début de la matinée.
Angéla, ravis du vol plané, battit des bras en gloussant, si les oiseaux y arrivaient pourquoi pas elle ?
Son atterrissage aquatique mis fin à cet espoir. Elle nota dans sa tête : les gens ça vole pas.
La blondinette s’ébroua, et décida qu’il était temps de rentrer à la maison. Mais par où était ce déjà ?
Une grenouille, réveillée par le plongeon d’un corps étranger dans sa rivière quelques minutes plus tôt, atterrie sur la bottine de la fillette, avant de se retrouver agrippée par cette dernière et levée à hauteur de son visage.

- t’ai eu ! Dis grenouille, tu sais c’est pas où la maison ?
- croooa
- D’accord ! On va par-là alors.


C’est ainsi que la patrouille de soldats, qui venait de se débarrasser d’un centaure suicidaire, trouva une petite fille aux vêtements trempés, les couettes en batailles, marchant tranquillement sur la route en tenant une grenouille à moitié écrasée dans la main.

- Hé petite, tu vas ou comme ça ? lança le commandant de l’escouade.
- Bah à la maison.
- Tu n’es pas un peu jeune pour te promener toute seule comme ça ? Y a pas mal de centaures qui rodent par ici, c’est dangereux.
- Je suis pas toute seule, y a grenouille avec moi
, répondit Angéla en tendant la malheureuse bestiole qui pendouillait entre ses doigts. Mais là elle dort, fatiguée.

Le capitaine se gratta la barbe devant cette enfant étrange. Il était déjà tombé sur des gosses errants le long des routes suite à une attaque, mais ils étaient toujours hagards, fatigués et le plus souvent blessés. La petite demoiselle semblait en parfait santé et calme, malgré ses vêtements dégoulinants d’eau.

- Hum… Bon, je comprends pas bien cette histoire de grenouille mais je peux décemment pas te laisser là ma grande. Je t’emmène au village le plus proche.

Il attrapa la jeune fille et la hissa devant lui sur la selle.

Angéla fut déposée dans un petit village par le groupe de soldats. On la fit descendre et le capitaine expliqua rapidement la situation, espérant que quelqu’un pourrait s’occuper de la petite.

- Qu’est ce ? Qu’est ce ? D’où viens toute cette agitation ? lança une voix éraillée à l’arrière de la foule qui s’était amassée. Les villageois s’écartent pour laisser passer la doyenne et sorcière du village, appuyée sur sa vieille canne tordue. Ca par exemple, le petit Versten ! Il y a bien longtemps que je ne t’avais vu. Capitaine maintenant ?
- Bonjour mamie crâne, et oui, je suis passé capitaine il y a deux ans. J’ai trouvé cette gamine sur…
- Hé ! Je suis pas gamine ! Angéla moi.
Râla la petite blonde en donnant un coup de grenouille contre la cuisse du soldat.
- Heu oui, bref, vous n’avez pas quelqu’un ici qui pourrait s’en occuper ? Elle est incapable de me dire d’où elle vient et ne connais pas son nom. Vu qu’on l’a trouvée juste après qu’un centaure nous ai attaqué, j’ai peur que ses parents ne … il ne finit pas sa phrase, pour ne pas choqué la petite, mais le message n’échappa à personne dans l’assemblée.

La vieille femme s’approcha de la jeune fille et l’observa des pieds à la tête avant de la fixer dans les yeux. Angéla soutint son regard sans ciller. Après une longue minute, Mamie Crane se redressa.

- Je vais m’en occuper, elle me plait bien cette gamine et je cherchais justement une apprentie.
- c'est quoi une prentie? demanda la blondinette.
- Une élève, il serait fort dommage que mes quelques années d'expériences ne me survivent pas.


Angéla pencha la tête, perplexe, en observant la drôle de dame.

- t'es forte toi?
- Je me défend.


Anjy trottina jusqu'au soldat et lui colla le cadavre de la grenouille dans la main.

- tu gardes madame grenouille siteuplé?

Et elle retourna face à la grand mère sans attendre la réponse.
L'une des dernières recrues de l'escouade s'approcha de son chef.

- heu elles vont se battre là? Une gosse à l'ouest et ce vieux sac d'os?
Il reçu un coup de coude dans les côtes.
- fait gaffe à ce que tu dis petit. Mamie crâne est juste la nécromancienne la plus puissante que je connaisse. Tu ne t'es jamais demandé pourquoi ce village à l'écart de tout n'était jamais attaqué? Ou pourquoi on ne croise aucune créature sauvage plusieurs kilomètres autour de ce patelin?
- Et je ne suis pas sourde! Fais donc taire ce jeune freluquet Versten, on verra ce qu'il pense de moi dans quelques minutes.
Elle reporta son attention vers la gosse qui lui faisait face. Et bien jeune fille?
- Tu montres à moi comment t'es forte? Moi suis forte aussi, mais pas autant que maman.


La foule s'écarta, créant une arène humaine autour des deux adversaires.
Mamie crâne frappa le sol de sa canne et deux petits démons firent leur apparition à ses cotés, tous crocs dehors.

- Hé je connais eux! Tu connais les bébés lapins de ma maman? Comment ca se fait?
- Les quoi? Ce ne sont pas des lapins voyons! Ce sont des démons. Attends une seconde... ta mère savait en invoquer?
- Vi, je joue souvent avec eux, ils sont rigolos mais pas très forts.
- Tu .... Jouais? Avec des démons invoqués? Quel est le nom de ta mère dis moi?
- Léana.
- Léana comment? Quel était son nom de famille?
- Je sais pas, je l'appelle juste maman moi.


La vieille femme fronça le sourcils, se pourrait il... Non, la Léana qu'elle connaissait s'était retirée depuis plusieurs années et on disais qu'elle ne pratiquait plus la magie. Pourtant, il y avait bien quelque chose dans le regard de la petite fille.
D'un geste de la main, elle envoya ses deux créatures à l'attaque, prête à les renvoyer au cas ou.
Les deux petits démons foncèrent vers Angéla à grand renforts de couinements stridents, leurs griffes raclant le sol et se jetèrent dans un superbe ensemble vers la tête, pas bien haute, de la petite blonde. Cette dernière se baissa en gloussant, trouvant le jeu très rigolo, et ils passèrent bien au dessus d'elle.
La gamine se redressa et recula d'un pas face aux deux bestioles infernales, sourire ravis aux lèvres. Bien plus tenaces qu'intelligents, ils se remirent à courir droit sur leur cible quand soudain, ils furent soufflés par une explosion provenant du sol. Les deux démons volèrent en éclats et retombèrent en une pluie de chair moisie, d'os et de boyaux sous les applaudissement d'Angéla.

- Ouiiiii!! Boum les lapins!!! Elle sautillait sur place, les couettes pleines de morceaux immondes, sous les regards sidérés des villageois et des soldats. Mamie crâne, elle, ne semblait pas surprise.
- Joli coups ma petite, tu dessines les sceaux rapidement et efficacement.
- les quoi? j'ai fait le dessins qui fait boum moi, c'est le seul que je sais faire. Mais ils sont pas forts les lapins, t'as dis que t'étais forte, montre à moi!


La vieille femme ferma les yeux, la lumière sembla faiblir autour d'elle, faisant reculer un peu plus les villageois. Les deux petits démons réapparurent à ses pieds, accompagnés cette fois ci d'une dizaine d'autres créatures monstrueuses, plus grandes et clairement plus dangereuses que les deux premières.

- Bordel de... j'ai jamais vue un nécro invoquer autant de monstres à la fois! s'extasia le jeune soldat. Je savais pas que c'était possible.
- Normalement non, mais mamie Crâne n'est pas tout à fait normale et elle à encore de la réserve, crois moi. Alors évite de la contrarier à l'avenir gamin.
Rétorqua Versten.

Face à la funeste armée, Angéla restait bouche bée.

- Oh la la... je vais pas pouvoir faire assez de dessins boum pour tout ça... T'es super forte!
- Je ne te le fais pas dire, petite. Tu acceptes de rester quelques temps avec moi? Je peux t'apprendre à faire la même chose.
- Je pourrais faire apparaitre pleins des zamis comme toi?
- Oui
- D'accord.


Un claquement de doigts et les "zamis" de mamie Crâne retournèrent dans leur monde, mettant fin au combat le plus étrange qu'on ai jamais vu dans le village.

Ainsi Angéla s'installa chez la vieille nécromancienne, dans ce village à l'écart du monde, pour étudier le savoir de la grand mère et à rendre presque fou plusieurs villageois avec ses raisonnements particulièrement difficiles à suivre. Elle allait y rester plusieurs années.

_________________
avatar
legann
This is... SPARTAAAA !!!
This is... SPARTAAAA !!!

Messages : 336
Date d'inscription : 09/06/2012
Age : 34
Localisation : mickey
Masculin

Revenir en haut Aller en bas

Re: [GW2] Au commencement

Message par legann le Dim 24 Juin 2012 - 14:49

Huit ans plus tard, l'aube se levait sur le champs de bataille encore fumant et résonnant des râles des hommes à l'agonie. Le jeune soldat qui avait suivis Versten pendant quelques temps avant d'être pris dans une section spécialisée dans les grandes manœuvres, reprenait son souffle après la longue nuit de combat qu'il venait de mener, tirant sur un mélange d'herbes à fumer. A cotés de lui, assis à même le sol, un Charr se reposait lui aussi, il faisait partit de la troupe de mercenaires que l'armée avait engagée en renfort pour cette bataille. La troupe avait été d'une aide précieuse, bien plus disciplinée que toutes les autres que le soldat avait vu. Leur chef les avait dirigés avec précision et rapidité alors qu'il était lui même au cœur du combat. Ce chef était justement le Charr assis à coté du soldat. Il lui tendis le mélange d'herbes.

- T'en veux?
- Non
- Tu t'appelles comment?
- Reginal
, répondit le charr, gardant le regard fixé sur l'horizon.
- T'es pas bavard toi. C'est pas grave, j'ai besoin de parler pour évacuer après ce genre de nuit.

Le charr garda le silence, quoi qu'il fasse, ce soldat blablaterait pendant plusieurs minutes. Autant écouter d'une oreille, au cas où une information filtrerais. La longue litanie commença, tout y passa, son enfance, son père mort de maladie, ses débuts dans l'armée, sa rencontre avec une drôle de gamine pendant ses années de patrouille, Angéla qu'elle s'appelait.
Reginal tiqua à ce prénom, il demanda, plus par habitude que par véritable espoir, à quoi ressemblait la gosse.

- Une petite blonde, avec des couettes, mignonne mais un peu étrange. Je l'ai vu éclater deux serviteurs démons en rigolant. On l'a laissé dans un petit village, je l'ai jamais revue depuis.

Cette fois ci, le mercenaire releva la tête vers son interlocuteur.

- Vous l'avez trouvé où exactement?
- Sur une route, à plusieurs lieus au nord est d'ici. Y à presque que des champs là bas. Je me souviens qu'au village, il y avait une vieille nécro, mamie...quelque chose, j'me rappelle plus. C'est elle qui à recueillis la gosse. Pourquoi?
- Merci, je dois y aller. Un de mes gars passera plus tard pour le paiement.


Et il partit sans un mot de plus. Le soldat haussa les épaules et replongea dans ses pensées.






Mamie Crâne se préparait mentalement à la terrible épreuve qui l’attendait. Elle savait que son cerveau n’en sortirait pas sans dommages mais elle ne pouvait y échapper. Elle allait avoir, horreur des horreurs, une discussion sérieuse avec son apprentie.
La jeune femme était justement assise en face d’elle, se demandant pourquoi la vieille dame grimaçait.

- Angéla. Tu auras quatorze ans demain, si on se base sur la date où tu es arrivée ici et si tu ne t’es pas trompée sur ton âge à l’époque. Comme tu le sais, c’est l’âge ou les jeunes quittent notre village pour aller faire leurs propres expériences dans le monde.
- Voui !
- Il est donc temps que je te révèle ce que je sais sur toi… Je sais qui tu es.
- Bah oui tu sais qui je suis, je vis chez toi depuis beaucoup longtemps.
- Angéla, concentre-toi s’il te plait… Je connais ton nom, je sais à quelle famille tu appartiens.
- Bah mon nom c’est Angéla et je suis de la famille des nécromanticiennes.


Mamie Crâne se pinça l’arête du nez, une migraine commençait déjà à poindre derrière ses yeux.

- Bon… nécromancien, c’est ta magie, et non ta famille, mais passons. J’ai connu ta mère il y a bien des années, elle était très puissante à l’époque.
- T’as connus maman ? Pour du vrai ?
- Oui ma petite. J’ai su qui tu étais lorsque je t’ai vu tracer ton sceau à l’époque, la méthode est la même. Tu es une Ryvharen.
- Une reine de quoi ?
- Non, pas une reine, Ry-vha-ren. Angéla Ryvharen.
- D’accord !
- Tu comprends ce que je viens de te dire ?
- Non.


La migraine s’était maintenant installée pour un bon moment.

- Ton prénom, c’est Angéla et ton nom de famille c’est Ryvharen.

La jeune femme ne comprenait pas pourquoi Mamie Crâne attachait autant d’importance à ce nom, mais elle le nota tout de même dans son carnet mental : Angéla rivareine.

La vieille dame continua ses explications.

- Je te conseille de te diriger vers l’arche du Lion, je pense que tu y trouveras des choses intéressantes. Tu te rappelleras des consignes habituelles Angéla ?
- Voui !
- Les invocations ?
- Pas plus de trois à la fois en dehors des combats.
- Les serviteurs squelettes ?
- Pas boum dans la maison, ça tache les murs.
- Les inconnus ?
- Pas tuer sauf si ils m’attaquent.
- Les bêtes sauvages ?
- Heu… Bien les cuirs avant de les manger ?


Mamie crâne soupira, elle avait fait ce qu’elle avait pu durant toutes ces années, la blondinette apprenait la magie et les sorts avec une facilité déconcertante mais avait bien plus de mal avec le reste, traduisant les consignes à sa façon toute personnelle.

- Bon, je suppose que cela suffira. File préparer tes affaires pour demain jeune fille.
- Vouiiiiiii !




Le lendemain, trois adolescents se préparaient à quitter leur foyer sous les regards rougis de leurs parents. Parmi eux, Angéla trépignait déjà d'impatience.
Deux des hommes du village allaient les accompagner jusqu'à la route principale, de là, libre à chacun d'eux d'aller où bon lui semblerait.
Mamie Crâne, un peu à l'écart, se tenait aux cotés de l'ex soldat Versten, qui s'était installé dans le village pour ses vieux jours.

- Vous n'allez pas lui dire au revoir grand mère?
- Non, je savais qu'elle partirait un jour, je lui ai fait mes adieux hier.
- Je vois. Vous pensez qu'elle s'en sortira?
- Oh que oui gamin! Tout ira bien pour elle, je n'en doute pas une seule seconde.
- Vous ne m'avez jamais dis pourquoi vous l'aviez prise sous votre aile. Vous ne faites rien sans raison, elle va jouer un rôle important dans notre monde?


Mamie Crâne haussa les épaules.

- Comme nous tous voyons. Tu as changé le monde toi aussi.
- Hein? Ne racontez pas n'importe quoi, je ne suis qu'un vieux soldat sans haut faits d'armes, je n'ai rien d'un héro et je n'ai jamais eu de famille. Je n'ai rien changé.
- Tssk tssk tssk. Ne te sous estime pas Versten, tu as sauvé des vies et en a pris d'autres. Chacune de nos actions modifie la suite des évènements, il est juste difficile de mesurer les conséquences de nos actes. Et puis sans toi, cette gamine n'en serait pas là aujourd'hui.


Le vieux soldat souris, mamie Crâne avait toujours aimé philosopher sur la vie en général.

- Ne vous moquez pas de moi, je n'ai rien fais de si exceptionnel, Angéla est différente. Allez quoi, on se connait depuis de longues années vous et moi, vous pouvez bien me dire.
- Non mais tu penses réellement que je peux lire l'avenir? As tu déjà vu des boyaux de poulet étalés sur ma table? Je n'ai fais que pincer l'une des cordes du destin pour voir quelle note j'en tirerais.


Le petit groupe de jeunes gens se mit en route accompagnés de mouchoirs agités et derniers conseils parentaux. Mamie Crâne ravala la boule qui lui serrait la gorge depuis quelques minutes.

- Au revoir... Mon apprentie... marmonna t'elle dans sa barbe.

Versten posa sa main sur l'épaule de la vieille femme.

- Moi aussi je la trouve attachante.

La grand mère haussa l'épaule pour repousser la main de son ami.

- Bah! Assez de sentimentalisme. Mais tu as raison sur un point, cette petite va apporter quelque chose au monde.
- Quoi donc?
- Une forte augmentation des migraines !


L'ex soldat éclata de rire.


A une lieu du village, un corbeau regarda la procession passer sous ses pattes. Il s'envola peu de temps après.

Angéla, suivant les conseils de mamie Crâne, se dirigea d'un pas décidé vers l'Arche du lion.


Dernière édition par legann le Mar 3 Juil 2012 - 2:17, édité 1 fois

_________________
avatar
legann
This is... SPARTAAAA !!!
This is... SPARTAAAA !!!

Messages : 336
Date d'inscription : 09/06/2012
Age : 34
Localisation : mickey
Masculin

Revenir en haut Aller en bas

Re: [GW2] Au commencement

Message par legann le Ven 29 Juin 2012 - 0:20

Le corbeau se posa sur l’épaule d’un petit homme fin en armure de cuir noire aux dents gâtées. Plusieurs tatouages zébraient ses mains et son visage, ses vêtements en cachaient surement d’autres.
L’animal crossa plusieurs fois, l’homme hocha la tête et rentra dans l’une des tavernes sordides des bas-fonds de l’arche du lion.
La salle était pauvrement éclairée par quelques bougies fatiguées, cachant la crasse et les traces cuivrées au sol et tentant tant bien que mal de couvrir l’odeur de sueur et de bière qui imprégnait les lieux. Par groupe de deux ou trois personnes, chacun complotait dans son coin, surveillant les autres du coin de l’œil, juste au cas où.
L’homme passa devant le comptoir sans un regard pour le barman épais, qui astiquait le bar de manière mécanique plus que pour le nettoyer, et se dirigea vers l’une des tables du fond, occupée par un Charr, un humain et un Norn monstrueux. Il prit place sur l’une des chaises libres en face de l’imposant Charr.

- J’ai des nouvelles, chef. La gamine est enfin sortie, elle devrait arriver à l’Arche d’ici une heure.
- Ok mon gars, merci pour l’info.


Reginal sourit, voilà plusieurs semaines qu’il avait entendu parler de cette enfant recueillis dans ce village. Il avait envoyé plusieurs familiers vérifier l’information mais les animaux refusaient de s’approcher à moins d’une lieu du hameau et les invocations des nécromanciens disparaissaient sans explication quand elles tentaient leur chance.
Il avait donc demandé à l’un de ses hommes de poster l’un de ses familiers en permanence aux abords du village. Il semblait que son instinct ne l’avait pas trompé.
Il jeta une pièce d’or sur la table.

- Voilà pour ta peine, tu peux y aller.
- Vous voulez que j’aille l’accueillir ? Je serais très content de lui faire découvrir les joies de… cette ville.


Le chef des mercenaires fronça les yeux et montra les crocs.

- Pas touche le pervers. Approche-toi de cette gosse et tu vas avoir de très gros problèmes, pigé ?

L’homme ne sembla pas impressionné et répondis sans conviction.

- Ok, ok, c’est bien dommage. Elle est à croquer…

Il se leva et partis sans ajouter un mot.

- Chef, tu crois vraiment qu’il va se tenir à carreaux ? Ce type est un malade.
- Je sais, mais si c’est bien la nièce de Legann, c’est pas pour la gosse que je m’inquiète.
- Et si c’est pas la bonne ?
- Tu seras là pour vérifier qu’il garde ses mains et le reste à distance.


Le charr indiqua la porte d’un signe de tête et l'humain compris le message, il n'était pas dans la bande depuis longtemps mais les ordres de son chef étaient toujours clairs. Il partit lui aussi sans un mot.
Le Norn pris la parole.

- Pourquoi on garde ce taré? J'l'aime pas, il aime attaquer en fourbe, les proies faciles comme les vieux, les gosses ou les blessés. Et c'est marqué sur sa tronche, il préfère les filles jeunes, très jeunes.
- C'est un lâche, et c'est ce qui en fait un si bon espion. Mais je ne l'aime pas non plus, il n'est pas fiable. Si le petit nouveau que je viens d'envoyer à sa suite ne s'en occupe pas, je le ferais moi même d'ici peu.
Le charr se leva Bon, si il y a un problème, tu t'en occupes.

Le norn hocha la tête et regarda son chef sortir lui aussi de la taverne.






- Non! Tu ne sortiras pas toute seule! C'est juste hors de question Léo! Tu es beaucoup trop jeune!
- Trop jeune? J'ai seize ans! Je ne suis plus une enfant! Je vais devoir attendre jusqu'à quand pour que tu m'autorises à vivre par moi-même?
- Tes quarante ans, si t'es sage...
Grogna Legann.
- Tu n'es pas drôle! Je te parle sérieusement, tu es totalement immature! Hurla Léonore.
- Je ne plaisante pas non plus! Je fais ça pour ton bien, c'est trop dangereux.

Il se tourna vers la norn qui observait la scène avec intérêt, assise dans son siège préféré, la tête en appuie sur son poing.

- Kira, dis quelque chose!
- Je suis d'accord avec Léo.
- heu... non, ne dis rien finalement.
- Tu m'as demandé mon avis, je le donne. Elle a parfaitement raison, tu la surprotèges. Cela fait déjà un moment que nous en discutons elle et moi. Ce n'est plus une petite fille, regarde là Legann.


La jeune femme releva fièrement le menton, croisa ses bras sous sa poitrine, rehaussant ses attributs naturels qui tentaient vaillamment de donner raison à Kira. Etant fine de nature, le résultat n'était pas forcement des plus convainquant. L'ingénieur ignora totalement cette tentative.

- hein? Parce que vous discutez dans mon dos en plus? Mais c'est pas vrai, c'est une conspiration ou quoi?
- Chéri... Crois moi, il y a des discutions entre femmes que tu ne veux pas entendre.
- Ca n'est pas le problème, je refuse de la laisser sortir sans protection sous prétexte que vous avez discuté chiffons. Elle ne pourra pas se défendre en cas de besoin.


La boule de feu partit sans sommation, laissant une sensation de brulure au niveau de l'oreille gauche de Legann, pour finir sa course en explosant contre le mur. L'homme se retourna pour voir d'où venait cette attaque et découvrit, ahurit, sa nièce qui avait encore la mains tendu en l'air.

- Mais que... Vous pouvez m'expliquer toutes les deux?

La norn, qui s'était levé, posa tendrement la mains sur l'épaule de son compagnon.

- Moi discuter chiffons? Et puis quoi encore? Elle m'a demandé de l'aider à apprendre à se défendre, ce que j'ai fais avec l'aide d'un ami élémentaliste. Elle est douée, bien plus que son père. Ton argument ne tient donc plus la route chéri.

Legann s'approcha de la trace brulée sur le mur, l'observa un moment, puis posa sa tête contre le bois tapissant la pièce en poussant un long soupir.
Léonore s'approcha et lui enserra la taille.

- Oncle Legann, je sais très bien pourquoi tu réagis comme ça. Et j'apprécie que tu t'inquiètes pour moi mais tu peux comprendre ce que je ressent, maman n'aurait jamais supporté d'être sous surveillance tout le temps et toi encore moins pas vrai?

L'homme se retourna et baissa les yeux vers celle qui n'était plus la petite gamine qu'il avait récupéré plusieurs années auparavant mais qu'il n'arrivait pas à voir comme une femme, pas encore.

-Vous avez raison, toutes les deux, même si c'est dur pour moi de l'admettre. Je suppose que les chiens ne font pas des chats. Depuis combien de temps tu t'entraines à cramer des murs et des oreilles?
- Elle à commencé environs six mois après son retour ici.


Répondit calmement la norn alors que la jeune femme rentrait la tête dans les épaules, se préparant à la réaction de son oncle.

- Quoi? Tu te fous de moi? Vous êtes en train de me dire que vous me cachez ca depuis presque dix ans??

La porte s'ouvrit à ce moment précis, évitant aux deux femmes de s'expliquer. Le majordome se tenait sur le seuil.

- Monsieur?

Kira sourit, il était probable que le Sylvaris ai patienté devant la porte pendant plusieurs minutes pour choisir le moment le plus opportun de faire son entrée.

- Pas maintenant l'ortie sur pattes! grogna Legann.

Le Sylvaris haussa les sourcils et décida de se venger de cette insulte.

- Monsieur, il y a là monsieur l'ami de monsieur qui souhaite voir monsieur, je lui ai dis que monsieur était occupé mais monsieur à insister pour voir monsieur tout de suite. Monsieur attend monsieur en bas. Que dois je dire à monsieur de la part de monsieur?

Legann se prit la tête entre les mains sous le regard de sa nièce qui tentait de cacher son rire, une mains devant la bouche, et Kira qui elle pleurait littéralement de rire en voyant la grimace de son compagnon. Ce jeu entre les deux mâles existait depuis leur rencontre, Legann n'ayant jamais réussis à s'en sortir face au parlé tortueux du majordome qui n'hésitait pas à en rajouter pour se venger des noms de plantes dont il se voyait affublé par le maitre des lieux.

- Pitié... J'ai la tête qui va éclater. Qui veut voir qui pour quoi? soupira l'ingénieur.
- Monsieur moi veut voir monsieur toi mon pote

Répondit Reginal à la place de majordome en entrant dans la pièce. Le charr avait lui aussi bien du mal à retenir son hilarité.

- T'y mets pas aussi ou je t'épile à la mains!
- Ca va, ça va, t'énerves pas, tu vas encore casser un mur.
Répondit le Charr en souriant. J'ai une info pour toi qui pourrais t'intéresser.

Le charr laissa passer quelques secondes, Kira finissait de reprendre son souffle, Léonore avait lâché son oncle pour s'assoir sur l'accoudoir d'un siège et le majordome n'avais pas bougé d'un pouce, droit comme un i dans l'encadrement de la porte. Puis il laissa tomber ces mots :
- On a retrouvé Angéla.



Dernière édition par legann le Mar 3 Juil 2012 - 2:35, édité 2 fois

_________________
avatar
legann
This is... SPARTAAAA !!!
This is... SPARTAAAA !!!

Messages : 336
Date d'inscription : 09/06/2012
Age : 34
Localisation : mickey
Masculin

Revenir en haut Aller en bas

Re: [GW2] Au commencement

Message par legann le Lun 2 Juil 2012 - 15:19

Voici la dernière partie de cette histoire.
Pour vous situer dans le temps, la scène se déroule environs deux mois avant la période en cours dans le jeu. Encore une fois, je m'excuse par avance des nombreuses fautes qui m'auront échappées et si ce n'est pas toujours évident à suivre.
J'espère que les aventures de la famille Ryvarhen vous auront au moins amusés.






La jeune fille trottinait joyeusement depuis plusieurs heures, son bâton dans le dos, sa légère robe verte et les couettes flottant paresseusement dans la brise lorsqu'elle arriva enfin à destination.
Angéla leva la tête, bouche bée. Devant elle, immense, bruyante et pleines de vie, se dressait l'arche du lion.

- Oh lala... c'est suuuuuuuper graaaaaand!

s'extasia la jeune fille en pénétrant dans la ville. Tournant la tête dans tous les sens, totalement dépassée et ravie par tout ce qui l'entourait, elle se mit à courir gaiement dans les rues pavées.
Elle passa devant d'énormes colonnes de pierre taillées, asuras, bidules bizarres, gigantesques maisons magnifiques, robes très compliqués, au milieu de centaines de personnes, humains, un nombre incalculable d'échoppes, haches, sylvaris, épées, soldats à chaque coin de rue, bâtons, infinité de vêtements, potions, armures brillantes, fusils, peaux de bêtes, cuirs, charrs, tissus.
Elle finit par s'arrêter après plus d'une heure de visite aussi désorganisée qu'agréable.
Elle entra dans un magasin proposant divers fruits, attrapa une pomme et la dévora en quelques secondes à peine.

- Hé! j'spère qu't'as d'quoi payer la gosse! Gronda le marchand, un homme dégarnis et bedonnant.

- Hein?
- T'as bouffer une pomme, tu paies.
- C'est quoi payer?
Le marchand lui agrippa violement le bras.

- Tu t'fous d'moi ou quoi gamine? T'sais c'que j'leur fait aux voleuses moi? j'prend leur mains!
- Bah non, t'es trop vieux. Tu peux pas m'épouser.


L'homme mis plusieurs secondes à tenter de traduire la phrase de la fillette, il n'y réussis pas.

- Que... quoi?
- Bah voui, tu peux pas demander ma mains, t'es beaucoup vieux puis t'es pas beau.
- Mais non! J'veux pas d'ta mains! Enfin si, s'tu paies pas, mais j'te la coupe ou j'appelle l'garde et t'vas finir pendue!
- Ah non, moi j'aime pas être pendue par les pieds, mamie Crâne elle me punissait comme ça des fois.
- Pas par l'pied! La corde au cou qu'tu vas avoir!


Une énorme dame sortis du fond de la boutique, s'essuyant les mains dans un torchon sale.

- Vous avez pas bientôt finis de brailler non? C'est quoi ce foutoir? Albort, espèce de bon à rien, pourquoi tu t'accroches à cette gosse comme à une bouteille de gnole?
- Mais mimine...


Angéla coupa le pauvre marchand.

- Le monsieur il m'a demandé ma main pour me passer la corde au cou. Mais je lui ai dis qu'il était trop vieux. T'es sa femme? Je savais pas qu'on pouvait se marier plusieurs fois.

Albort, les yeux ronds, la mâchoire à deux doigts de toucher le sol, regardait les deux femmes tour à tour, totalement perdu.

- Pervers! Monstre! je te suffis plus c'est ça? Une gosse en plus! Fulmina la grosse dame qui se mit à lancer à son mari tout ce qui lui tombait sous la mains. Pourriture! Ordure! Satyre! Bourreau d'enfants!

L'homme se mit à courir en tous sens pour éviter la pluie de projectiles et poussait un couinement aigüe lorsque l'un d'eux l'atteignait.
La blondinette observa la drôle de scène quelques secondes puis sortit tranquillement du magasin, tout en notant dans son carnet mental : Manger des pommes en villes, ça énerve les grosses dames.

Du haut d'un toit, un homme en armure de cuir noire, aux dents gâtées, un corbeau sur l'épaule, surveillait Angéla qui avait repris sa promenade.

- oui... très mignonne... Tout juste mûre... rien à foutre de ce que dis ce rabat joie de charr, tu es à moi ma petite chouette... Papa va s'occuper de toi.

l'homme se passa la langue sur les lèvres, une lueur perverse au fond des yeux. Il poussa un sifflement très haut. A quelques mètres de là, un loups plein de puces et borgne releva la tête, le museau encore dégoulinant de sang du chat dont il dévorait les boyaux.






Legann parcourait la ville à la recherche de sa nièce, accompagné de Kira, Léonore et Réginal. Le charr leur avait résumé l'histoire et leur avait annoncé que la petite blonde était de retour en ville après huit années d'absence. Malheureusement la ville était grande et cela faisais un moment qu'ils cherchaient lorsqu'ils passèrent devant un magasin dont la vitrine semblait avoir explosé de l'intérieur. Plusieurs cadavres de fruits gisaient, éclatés, sur le sol.
Léonore accéléra l'allure, se mettant presque à courir.

- On est sur la bonne voie! Elle ne doit pas être loin.
- Comment tu le sais?
S'étonna Kira
- Maman disais toujours que pour trouver Angéla, il suffisait de suivre les catastrophes.

L'ingénieur et le charr ne purent réprimer un sourire.







Alors qu'Anjy allait passer devant l'une des nombreuses ruelles de la ville, un loup abimé en sortit et lui barra la route en grognant, le poil hérissé.

- Oh le mignon toutou!

Angéla s'approcha pour lui caresser la tête mais du esquiver la gueule de la créature qui tenta de lui mordre la main.

- Hé! Vilain toutou! Pourquoi tout le monde veut ma main??

Elle attrapa son bâton pour frapper le loup, ce dernier attrapa le bout de l'arme dans sa gueule, plantant profondément les crocs dans le bois.
La jeune fille tira pour libérer son arme mais le canidé ne lâcha pas.

- Oh? Tu veux jouer? D'accord, on fait la toupie!

Modifiant la position de ses pieds, elle cessa de tirer le bâton vers l'arrière et poussa vers le coté. Les griffes du loup crissèrent sur le pavés, puis, emporté par l'élan, il décolla du sol. Angéla le fit tournoyer plusieurs fois en tournant sur elle même avant de tout lâcher.

- Toutou voooooooole!! Vouiiiii!

Le pauvre loup fila dans les airs et s'écrasa violement contre un mur. Il chuta lourdement au sol, du sang coulant de ses oreilles et de sa gueule, mort sur le coup.
La blondinette ramassa son bâton et poussa le loup du bout de sa bottine.

- Uh? Tu veux plus jouer?
- Bordel! Tu as tué mon loup!


La fillette sursauta et se retourna pour voir d'où venait la voie. L'homme en armure de cuir noire se tenait face à elle.

- tu vas me payer ça, et en nature ma grande!
- Uh? Payer en nature? Tu veux que je te donne des feuilles et des champignons?
s'étonna Anjy, les habitants des grandes villes avaient vraiment des coutumes étranges.
- Te fous pas de moi ou je vais vite me fâcher, et fais moi plaisir... débat toi un peu.

Sur ces mots, l'homme tira un couteau du fourreau accroché à sa ceinture, un sourire mauvais aux lèvres. Le visage d'Angéla s'éclaira en voyant le couteau.

- Oh! Tu m'attaques? On fait la bagarre?
- Heu bin oui, t'es complètement abrutie ou quoi?
- D'accord! Tu vas voir, je suis beaucoup forte.


Elle frappa le sol de son bâton et deux serviteurs squelettes apparurent. L'homme en noir s'éclaffa.

- Oh, c'est trop mignon! Une bébé nécromancienne. Ils font très très peur tes deux rats miniatures.
- Je peux faire plus grand si tu veux, regardes.


Une guivre de chair apparut à son tour.

- heu... c'est moins mignon là... l'homme recula d'un pas, beaucoup moins motivé soudainement.
- Encore? Aller!

Un golem de chair apparut devant la fillette. Etrangement, cela sembla rassurer l'homme en noir.

- Je vois, je vois, ça fait beaucoup d'invocation pour une gamine de ton âge tout ça. Elles doivent être très faibles. Le corbac, débarrasse moi de ces saloperies.

Le corbeau perché sur son épaule décolla et fonça droit sur le golem, les serres en avant. L'un des deux serviteurs squelette bondit et arracha la tête du volatile d'un coup de dents. Le corps de l'oiseau plana encore quelques instant avant de tomber au sol. L'homme blêmit, son familier le mieux entrainé battu en une fraction de secondes par un simple serviteur squelette?

- Mais t'es quoi toi? C'est pas humain là, t'es un putain de monstre!!

Il commença à reculer dans la ruelle d'où son loup était sortit.

- T'es rigolo toi, à mon tour!

D'un geste de la main, la blondinette envoya sa petite armée vers son adversaire mais la ruelle était étroite et les créatures monstrueuses se coincèrent les unes contre les autres. La jeune fille grogna, escalada le tas ridicule et tenta de les décoincer en sautant sur la tête du pauvre golem.

- Allééééheu! Vous faisez n'importe quoi! Dé-coin-cez vous!

L'homme en noir n'arrivait pas à décider si la gamine essayait de le décontenancer ou si elle était juste complètement débile. Il saisie sa chance.

- Hum et si tu les renvoyais? Elles ne seraient plus coincées non?
- Hé! c'est pas bête!


Elle claqua des doigts, le golem et la guivre disparurent, Angéla se retrouva donc les pieds dans le vide.

- Uh? Ouaa!

Elle tomba lourdement sur les fesses, l'homme en noir lui sauta dessus sans hésiter, lui arracha son bâton et plaça son couteau sous le cou de la fillette.

- Cette fois je te tient!

Les petits démons qui n'avaient pas été renvoyés se mirent à feuler mais n'osèrent pas attaquer.
Une nouvelle voix retentie à l'entrée de la ruelle.

- Je savais que t'étais un malade! Je vais débarrasser la bande de toi salopard! Lâche cette gosse.

L'homme en noir leva la tête, Anjy se tordis le cou en arrière, ils découvrirent le mercenaire que Réginal avait envoyé en surveillance qui les tenais en joue de son fusil.

- Bordel, qu'est ce que tu fous là toi? Tire toi, c'est pas tes affaires! Hurla l'homme en noir.

Le mercenaire s'approcha de l'étrange couple au sol jusqu'à appuyer son canon contre le front de l'homme en noir.

- Désolé mais je reste, j'ai des ordres et très en vie de faire gicler ta cervelle pourrie sur le sol.

Un marchand bedonnant, couvert de bleus et de morceaux de fruits, visiblement furieux et armé d'un bout de bois, entra à son tour dans la ruelle.

- Sale gosse! J'me suis fait jeter dehors à cause d'toi! T'vas m'payer ça!

C'est à ce moment là que Léonore et sa bande arrivèrent à leur tour pour trouver Angéla allongée sur le sol, un homme peu rassurant allongé sur elle, un mercenaire qui pointait son arme sur l'homme en question et un marchand en colère.
Anjy reconnus rapidement les membres de sa famille.

- Oh? Bonjour tonton, tata Kira et Léo!

Malgré sa position, elle semblait très calme, comme si elle ne comprenait pas la moitié de ce qui se déroulait.

- Non mais c'est pas bientôt finis?? C'est plus une ruelle, c'est une vraie foire ici! On peut même plus violer une gosse sans être emmerdé par toute la ville ?? L'homme en noir semblait fou furieux.

- Heu, quelqu'un peut m'expliquer? Demanda le charr en se grattant le crâne.

Legann soupira.

- J'ai comme dans l'idée qu'il ne vaut mieux pas, bon essayons d'éviter un drame. Déjà toi, lâche ma nièce.
- Va te faire voir! Elle est à moi! à moi! à moi! allez vous en, j'en ai marre...
chouina l'homme en noir.
- Je ne bougerais pas non plus tant que je n'aurais pas fait sauter la tête de cette ordure. Renchérit le jeune mercenaire.
- Je... je ne... partirais pas. Conclu le marchand.

Réginal grogna et montra les crocs

- Et si je vous bouffait tous les deux?
- Bouges un poil et je l'égorge.
Menaça l'homme en noir.

Léonore tira sur la manche de Kira et lui chuchota quelque chose à l'oreille. Cette dernière acquiesça puis siffla entre ses dents.
Plusieurs secondes passèrent, tous attendirent, tendus. Puis, une dizaine de petites araignées tombèrent des toits qui laissaient la ruelle dans l'ombre et se dirigèrent vers Angéla et son adversaire.
Legann blêmit.

- Oh merde... Gamin, tire toi! hurla t'il à l'intention du jeune mercenaire.

Il sortit de la ruelle en tirant le charr avec lui, les deux femmes en firent autant. Le jeune mercenaire, bien que ne comprenant pas, obéis et les rejoignis en courant, laissant le marchand et l'homme allongé sur la blondinette complètement perplexes.

- Bin, pourquoi y paniquent pour d'bêtes araignées? s'étonna le marchand.

L'homme en noir ne comprenait pas non plus mais son attention fut détournée par un cris strident sous lui. Les araignées avaient atteint la fillette et lui grimpait le long des bras. Les deux serviteurs se joignirent à leur maitresse en poussant eux aussi de longs hurlement en se tenant la tête.
Anjy commença à se débattre, complètement paniquée, tentant de se relever.

- Mais bordel, tu vas te calmer oui?

L'homme avait de plus en plus de mal à la maintenir au sol.
Les cris devinrent insupportables, montant dans des aigües vrillant les tympans quand soudains, les deux serviteurs explosèrent violement, éjectant l'homme en noir et propulsant le marchand contre l'un des murs, il s'évanouit sous le choc.
L'homme en noir se releva, sonné et couvert de résidus immondes. A peine remis sur ses pieds, il sentit une énorme mains l'attraper à la gorge et le coller violement au mur. Réginal, son ancien chef, tenait ses crocs à quelques centimètres à peine de son visage, il avait profité des quelques secondes de confusion prendre ce type aux dents pourries par surprise.

- Tu sais quoi mon gars? T'es viré.

Le charr serra le poing, l'homme tomba au sol, le cou déchiqueté.
Léonore se précipita vers sa sœur qui hurlait toujours, se roulant au sol et la serra dans ses bras.

- Anjy! Calme toi, c'est finis, elles sont partis.

La blondinette cessa de hurler, vérifia rapidement que sa sœur disait vrai, puis fondit en larmes.

- Il c'est passé quoi là exactement? Pourquoi elle s'est mise à hurler d'un coups?
Demanda le charr en s'essuyant les griffes sur la tunique de celui qu'il venait de tuer.
Ce fut Legann qui répondit alors que lui et Kira s'approchaient des deux sœurs.

- Elle a une peur bleue des araignées.
- Pardon? Un type la menace avec un couteau sous la gorge pendant qu'un autre veut lui fracasser le crâne à coup de pied de chaise, ça à juste l'air de l'amuser mais elle ne supporte pas une minuscule araignée?


La Norn haussa les épaules en souriant.

- C'est Anjy. Tu t'habitueras.

Legann souleva la blondinette dans ses bras, elle s'endormis en quelques secondes mais elle ne lâcha pas la main de Léonore.

- Aller, on rentre.

_________________
avatar
legann
This is... SPARTAAAA !!!
This is... SPARTAAAA !!!

Messages : 336
Date d'inscription : 09/06/2012
Age : 34
Localisation : mickey
Masculin

Revenir en haut Aller en bas

Re: [GW2] Au commencement

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum